La saison de la plantation en extérieur est enfin venue ! C'est le moment de l'année où les cultivateurs de cannabis cherchent des petites zones parfaites dans leur jardin ou sur leur balcon pour tirer parti des températures plus clémentes et d'un beau soleil pour leurs plants. Tandis que les cultivateurs se réjouissent de pouvoir enfin être en mesure de cultiver dehors (sachant qu'un sacré paquet d'entre eux ont sûrement déjà investi une petite fortune en graines, substrats et engrais), un facteur des plus importants est très souvent négligé : la pollution lumineuse. Celle-ci peut être un véritable danger pour votre culture, car elle pourrait interrompre le cycle le plus important, celui d'obscurité. 

L'IMPORTANCE DE LA PHOTOPÉRIODE 

Comme les plants photopériodiques, le cannabis compte sur un cycle jour/nuit pour savoir quand passer de la croissance végétative à celle de floraison. En gros, lorsque la durée des heures de lumière naturelle diminue vers la fin de l'Été, vos plants ressentiront le changement saisonnier et concentreront toutes leurs énergies dans le développement de belles grosses têtes. Dans l'Hémisphère Nord, les jours deviennent progressivement plus courts après le solstice d'Été, ce qui fait que la floraison se déclenche vers le mois d'août. 

L'un des problèmes lorsque l'on cultive des variétés photopériodiques de cannabis, c'est que le cycle d'obscurité ne peut pas être interrompu. Malheureusement, la pollution lumineuse émise par une lumière artificielle comme des lampadaires dans la rue, peut suffire à dérégler complètement votre culture. Selon la fréquence et la sévérité de la pollution lumineuse, le stress peut pousser les plants à revenir en phase végétative, ou d'être intersexuée. Cela signifie qu'elles commenceront à produire du pollen et à développer des têtes pleines de graines comme le ferait un plant mâle. Ce n'est pas l'idée qu'on envisage de base lorsque l'on cultive chez soi. 

Lampes Et Pollution Lumineuse Pour Le Cannabis

TROUVER UN COIN À L’EXTÉRIEUR AVEC TRÈS PEU DE POLLUTION LUMINEUSE

Lorsque vous êtes en quête de chouettes zones pour planter en extérieur, gardez toujours à l'esprit une éventuelle pollution lumineuse. Afin d'être sûr d'avoir trouvé la zone parfaite, vous aurez bien évidemment besoin d'attendre la nuit et de voir si la moindre source de lumière peut déranger le cycle d'obscurité. Des fautifs évidents comme les lampadaires sont faciles à remarquer, mais d'autres sources peuvent être plus difficiles à démasquer. 

Si vous n'êtes pas vraiment sûr de savoir si l'obscurité est suffisante ou non, il existe une petite astuce : une fois qu'il fait nuit, allez faire un tour vers votre endroit et prenez un magazine avec vous. Ouvrez ce dernier et voyez si vous pouvez lire les gros titres et les descriptions. Si vous pouvez encore lire sans problèmes, votre endroit n'est sûrement pas idéal. Bien sûr, de nombreux cultivateurs n'ont pas énormément de choix quant à la localisation de leurs futurs plants. Une chose dont les micro-cultivateurs peuvent tirer parti c'est de planter dans des pots. Avoir la possibilité de déplacer les containers autant qu'on le souhaite dans ce genre de situation peut être assez pratique. 

POLLUTION LUMINEUSE ET CULTURE DANS UNE SERRE

Une serre est conçue dans l'optique que les plantes puissent tirer avantage de « la grosse lumière brillante dans le ciel ». Cela combine les bienfaits de la culture en extérieur, avec une abondance de lumière naturelle, en plus de pouvoir avoir un contrôle accru comme dans une culture en intérieur. Cependant, la pollution lumineuse peut toujours être un problème pour les cultures en serre, puisque vous ne pouvez pas simplement allumer ou éteindre la lumière comme vous le feriez en intérieur. Encore une fois, la pollution lumineuse peut survenir de multiples endroits. Et puisqu'il est assez rare de pouvoir déplacer toute une serre, vous devez trouver un moyen de compenser cette lacune. 

Pollution Lumineuse Du Cannabis À Effet De Serre

LES SYSTÈMES OBSCURITÉ TOTALE 

Une manière de faire cela, selon la taille de votre serre, est d'utiliser des systèmes d'obscurité totale. C'est un peu un « fourre-tout » pour de nombreuses techniques, mais souvent, cela implique un système mécanique qui déplace un grand drap ou un store pour bloquer toute lumière non désirée. Tout comme avec vos lumières de culture, votre système d'obscurité totale devrait être connecté à un minuteur. Ainsi, vous pouvez procurer à vos plants 12 heures de nuit sans interruption et nuisances.

CANNABIS AUTOFLORAISON : SI LA POLLUTION LUMINEUSE EST INÉVITABLE

Les variétés autofloraison de cannabis, qui fleurissent selon l'âge plutôt que le cycle lumière/obscurité, sont idéales pour ceux qui ne peuvent pas échapper à la réalité de pollution lumineuse. Bien que les variétés autofloraison aient longtemps été considérées comme du cannabis « inférieur », les nouvelles variétés innovantes sont des spécimens impressionnants qui rivalisent de plus en plus avec les cultivars photopériodiques. Bien entendu, leur plus grand avantage est le fait que vous n'ayez pas besoin de faire des insomnies à vous demander si vos plants subissent en ce moment même du stress causé par une pollution lumineuse. La plupart des variétés autofloraison vont végéter pendant approximativement 4 semaines, ce après quoi elles commenceront à fleurir. C'est le principe même des autos.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander