Comme le cannabis et sa culture sont plus populaires que jamais et que cette tendance semble ne pas s’arrêter de sitôt, on voit de plus en plus de gens qui veulent cultiver leur propre weed. La plupart des débutants en culture n’ont ni l’expérience ni les connaissances pour se lancer dans une opération complète de culture en intérieur ou en extérieur, ils choisissent donc une option plus simple – une micro culture. Prendre quelques graines et les planter dans un placard ou dans un espace similaire, en essayant d’en tirer les meilleurs résultats possibles – ou dans d’autres mot – une micro opération de culture. C’est un moyen naturel pour que les cultivateurs débutants puissent obtenir l’expérience nécessaire et pour pouvoir expérimenter sans s’inquiéter de ruiner une grosse opération coûteuse. Cet article couvrira les bases de la micro culture et les différences avec une culture standard en extérieur, alors allons-y.

Micro culture cannabis petit espace intérieurLES BASES ET LES DIFFÉRENCES

La micro culture se définit comme le processus de faire pousser un petit lot de cannabis dans un espace limité, en essayant d’en tirer les meilleurs résultats possibles. Ceci dit, la micro culture est un type de culture en intérieur, simplement à une taille plus petite. La principale différence entre une micro culture et une culture normale en intérieur est tout simplement cet aspect – l’espace disponible. À cause du manque d’espace, tous les aspects de base de la culture du cannabis – la lumière, l’eau et l’air, la terre, le choix es variétés – diffèrent légèrement de la culture en intérieur normale. Presque tous les espaces imaginables peuvent servir en micro culture, des placards aux tours d’ordinateurs. L’idée principale (et le défi) est de créer des conditions optimales pour que vos plants s’épanouissent dans cet espace.

CHOISIR UNE VARIÉTÉ ADAPTÉE

Pour la micro culture, choisir la bonne variété est très important à cause de l’espace disponible limité. Une des choses à surveiller est la hauteur de votre variété de cannabis. Les sativas poussent plus hautes et élancées que les indicas, qui ont tendance à être courtes et buissonneuses.

De plus, pendant la période de floraison, les sativas connaissent un étirement en hauteur de 200-300 %, alors que les Indicas ne poussent que de 50-100 %, ce qui nous montre que les Indicas sont plus compatibles avec la micro culture.

Une autre option raisonnable serait une variété autofloraison. Peu importe les conditions, les variétés autofloraison restent petites à cause de leurs gènes (beaucoup d’entre elles sont encore plus petites que les indicas) et ne dépendent pas du cycle lumineux, ce qui signifie qu’elle ont un délai plus court avant la récolte.

QUANTITÉ DE TERRE

La plupart des plants que vous voyez occupent autant de volume sous le niveau du sol qu’au-dessus. La raison est que le système des racines est d’une importance vitale pour le plant, car c’est la partie qui absorbe les nutriments et l’eau. La quantité d’espace occupé par le système des racines d’un plant a une grande influence sur la taille du plant. Nous pouvons utiliser cette corrélation à notre avantage pour la micro culture. Le volume du pot que vous utilisez pour faire pousser votre pied est directement lié à la taille du pied. Pour vous donner une idée :

  • Environ 12 litres et plus : plant de taille moyenne
  • Environ 5 litres : hauteur du plant jusqu’à 60cm
  • Environ 2-3 litres : hauteur jusqu’à 24cm
  • Environ ½ litre : hauteur jusqu’à 13cm

Une chose à noter est qu’en raison de la faible quantité de terre, vos plants auront besoin de plus d’engrais et d’eau que des plants normaux.

LUMIÈRE

On ne peut pas faire pousser de cannabis sans lumière, et impossible de faire pousser du cannabis de bonne qualité sans un bon éclairage. Choisir les lampes optimales pour votre micro culture est une décision importante et vous pouvez choisir parmi une variété de lampes – tubes fluorescents, CFL (à économie d’énergie), HPS, HPI et ampoules LED. Quand vous choisissez une lampe, vous devez surveiller le wattage et la chaleur dégagée par la lampe. Pour le wattage, une moyenne de 400W est nécessaire pour un mètre carré.

Les lampes HPS et HPI sont les lampes de base pour la culture en intérieur à cause de leur forte production de lumière et 400W est assez léger pour ce type de lampes. Mais le problèmes avec ce genre d’ampoules, c’est qu’elles produisent beaucoup de chaleur, ce qui ne sera pas d’une grande aide pour votre micro culture. À cause du manque d’espace, la température peut monter très vite et vos plants courent le risque de se dessécher.

Mais pas d’inquiétudes, c’est une des raisons pour lesquelles on utilise aussi les tubes fluorescents et les CFLs. Elles sont très similaires et donnent beaucoup de lumière, ne dégagent pas trop de chaleur et existent en plusieurs couleurs de lumière. Vous pouvez aider votre cannabis avec des lumières de différentes couleurs – un plant en phase végétative a besoin de plus de lumière bleue, alors qu’un plant en floraison demande plus de lumière rouge.

Et enfin, les lampes LED. Bon choix pour la micro culture, car leur spectre lumineux est large et elles ne dégagent pratiquement pas de chaleur, mais elles sont assez coûteuses et pourraient ne pas être adaptées si votre budget est serré.

APPORT EN AIR ET EN EAU

Comme pour la lumière, vos plants ne peuvent ni vivre ni grandit sans air et sans eau. Avoir une bonne ventilation propre et un système d’apport en eau est une nécessité pour toute culture, y compris les micro cultures.

La circulation de l’air est nécessaire dans la culture, car l’air riche en CO2 est rapidement épuisé et il est nécessaire pour la photosynthèse de vos plants, qui permet la croissance de nouvelles cellules dans la plante. L’air chaud à cause des lampes doit aussi être éliminé hors de la culture, sinon il sèche les plants. En général, on utilise des ventilateurs en intérieur, en combinaison avec un système d’extraction d’air, mais ce n’est pas pratique pour votre micro culture. Une bonne solution est un ventilateur d’ordinateur. Vous en placez un en bas qui sert d’apport en air et un autre en hauteur qui sert d’extracteur d’air. De cette manière, comme l’air chaud monte, il sera éliminé et remplacé par de l’air frais. N’oubliez pas de placer des filtres sur les ventilateurs qui aideront à combattre les nuisibles et odeurs indésirables.

Arroser votre micro culture devient difficile après un certain moment, comme les plants deviennent plus buissonneux et s’étendent en largeur. Vous pouvez utiliser un petit système d’arrosage ou rendre la culture accessible sur le côté pour arroser vos plants à partir du bas. N’oubliez pas que les plants en micro culture ont besoin de plus d’eau que les plants dans une culture normale, car ils ont moins d’espace de racines.

TECHNIQUES DE CULTURE

Techniques de culture hauter LST ScrOGComme nous l’avons déjà dit, l’espace est la principale différence entre une micro culture et une culture normale en intérieur. Ce manque d’espace demande en général des plants plus courts et buissonneux, ce qui se reflète dans le choix de la variété. Il existe aussi d’autres façons d’influencer sur la taille de la variété, avec plusieurs techniques de culture : l’étêtage, le super cropping, Screen of Green (ScrOG) et le Low Stress Training (LST).

Le topping ou étêtage est le fait de couper la partie supérieur du plant, ce qui pousse le plant à développer de nouvelles branches secondaires. De cette façon, le plant pousse plus en largeur et pas en hauteur, avec une forme de buisson et plus de têtes. Le Super Cropping (ou HST – High Stress Training) d’un autre côté, demande de briser la tige de la branche principale. Cette technique doit être réalisée précautionneusement. Il vous faut briser la tige d’une telle façon que le plant pense qu’elle est cassée pour de bon et qu’il se mette à développer plus de branches latérales, mais pas la briser totalement pour qu’elle puisse récupérer et pousser à une petite hauteur.

La technique ScrOG demande de placer un grillage entre le niveau du sol et la source lumineuse. Une fois que les branches poussent à travers la grille, vous pouvez les nouer à la grille pour les forcer à pousser horizontalement, d’où le nom. Avec le ScrOG, vous gérez la hauteur du plant et toutes les parties supérieures reçoivent la même lumière. Le LST est une technique assez similaire, ou vous attachez les branches supérieures au sol, en forçant le plant à développer des branches latérales et plus de têtes, le résultat final étant un rendement plus élevé dans un espace plus petit, parfait pour une micro culture.

Les cultivateurs doivent comprendre qu’une micro culture n’est pas un substitut à valeur équivalente à une vraie culture en intérieur ou en extérieur. Mais c’est parfait pour débuter et se faire la main verte pour apprendre tous les aspects importants dans la culture du cannabis. N’hésitez pas à essayer et à expérimenter avec de nouvelles variétés, de nouvelles techniques et de nouveaux instruments, tant que vous traitez vos plants avec soin. Le processus de culture du plant est en lui-même une récompense, sans oublier la récolte, alors qu’est-ce que vous attendez ?

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander