Arroser des plants de cannabis peut sembler d’apparence extérieure, être un processus extrêmement simple et pourtant, de nombreux cultivateurs et surtout les débutants, se trompent encore. Le sur-arrosage est l’une des raisons les plus communes qui engendre toutes sortes de problèmes dans le développement des plants comme une carence en nutriments ou des maladies. Cependant, un arrosage pas assez régulier ou trop faible peut également impacter négativement leur croissance.

QUELLE QUANTITÉ D’EAU POUR LES PLANTS ?

Ce qui est assez difficile avec l’arrosage des plants, c’est que c’est difficile de déterminer précisément la quantité nécessaire, et de nombreux facteurs différents contribuent à la quantité nécessaire. Exemple assez évident : tandis que vos plants s’élargissent, leurs besoins en eau vont changer. Mais il y a d’autres variables plus complexes qui déterminent également s’il faut en administrer plus ou moins. Parlons des facteurs principaux :

ÉTAPE DE LA CROISSANCE

Comme vous pouvez vous en douter, les besoins en eau et nutriments évolueront selon l’étape à laquelle se trouvent vos plants. Une plantule nécessitera bien moins d’eau qu’un plant vigoureux en pleine floraison avec un large système racinaire. En gros, un petit plant devra être arrosé tous les 2–3 jours contrairement à l’arrosage quotidien d’un plant qui se développe rapidement.

MILIEU DE CULTURE

Le type de milieu de culture que vous utilisez déterminera grandement aussi la quantité d’eau que la terre peut retenir en elle, et le drainage joue un rôle clé dans la gestion de la fréquence/quantité d’eau nécessaire à vos plants. Le cannabis apprécie les sortes de terre assez riches et pourtant aérées qui permettent un bon écoulement de l’eau. Un autre facteur essentiel, vos conteneurs de culture devraient avoir des trous au fond pour permettre à l’eau de s’écouler et ne pas stagner. Les mélanges plus compacts de terre retiendront l’humidité bien plus longtemps, ce pourquoi vous n’aurez pas besoin d’arroser autant. Sinon, l’humidité peut perdurer dans la terre pendant un certain temps et engendrer des carences en nutriments, un pourrissement des racines, des champignons, des nuisibles et toutes sortes d’autres problèmes.

Voici une façon simple et efficace de voir si votre eau s’écoule bien : si cela prend plusieurs minutes afin que l’eau s’écoule après avoir arrosé votre terre, et/ou, si cela prend plus de 3–4 jours pour que la terre soit sèche, vous avez vraisemblablement un problème de drainage sur les bras. Si vous n’observez pas immédiatement des réactions négatives de la part de vos plants, cela peut résulter en des problèmes majeurs un peu plus tard. Dans ce cas, vous pouvez ajouter des perlites ou autres absorbants similaires pour aérer le mélange de la terre et améliorer sa capacité de drainage. Les perlites permettent d’éviter une stagnation de l’eau dans le pot. La clé pour avoir une bonne terre, qu’elle soit faite maison ou achetée en magasin, c’est d’avoir un bon équilibre de la rétention de l’humidité et de l’écoulement de l’eau. Cela veut souvent dire une terre riche et sombre, mais à laquelle on a ajouté des perlites et/ou d’autres substances afin de promouvoir un milieu efficace et sain où les plants s’épanouiront.

QUELLE QUANTITÉ D’EAU POUR LES PLANTS ?

TAILLE DU CONTENEUR

Bien sûr, les dimensions de votre récipient, pot ou conteneur affecteront aussi l’équilibre général entre la rétention d’humidité et le drainage. Si vous avez un petit plant dans un grand pot, imbiber l’intégralité du substrat risque de noyer votre précieux plant avant même qu’il ne se développe correctement. Pareillement, vous pouvez rencontrer le problème inverse avec un pied possédant de larges racines qui se trouverait dans un petit pot. C’est également la raison pour laquelle les cultivateurs lancent généralement leurs plantules dans de plus petits pots, puis les transplantent plus tard dans un pot plus large. Accorder la taille du plant à celle du pot permet d’éviter le sur-arrosage d’une plantule encore fragile.

TEMPÉRATURES EXTÉRIEURES ET INTENSITÉ DE LA LUMIÈRE

Les plants de cannabis ne poussent pas toujours à la même vitesse. Un plant dans un environnement plus frais va par exemple, se développer plus lentement qu’un plant situé quelque part où il fait doux et tempéré. L’intensité de la lumière joue également un rôle clé ici. Les plants qui reçoivent suffisamment de lumière et de chaleur sont plus à même d’avoir des besoins accrus de nutriments et d’eau que ceux exposés à moins de lumière ou des températures plus fraîches.

SANTÉ DES PLANTS DE CANNABIS

La santé et la vitalité générale de vos plants détermineront aussi la quantité d’eau nécessaire. Si la croissance est lente ou paralysée, ou si un plant souffre de maladies ou d’attaques de nuisibles, ils auront sûrement besoin d’une quantité réduire d’eau contrairement à un plant qui s’épanouit pleinement.

COMMENT SAVOIR SI VOS PLANTS ONT BESOIN D’EAU

Vous connaissez désormais les facteurs qui indiquent et affectent le besoin en eau de vos plants, ainsi que la raison pour laquelle ces facteurs diffèrent selon les climats. Alors maintenant, comment savoir si vos plants ont besoin d’eau ?

Voici quelques signes explicites :

DES PLANTS FAIBLARDS ET MOUS

Si vos plants ont vraiment besoin d’eau, ils deviendront mous. Le plant entier aura une apparence malade et sans vitalité, un indice qu’il est difficile de rater. En revanche, ce qui est ennuyeux, c’est que les plants peuvent avoir la même apparence faiblarde et maladive si vous les arrosez beaucoup trop. Ce qui nous permet de différencier ces deux situations, c’est que les feuilles d’un plant sur-arrosé prennent une couleur penchant vers le vert sombre et forment une sorte de « griffe » là où elles se replient et se recourbent sur elles-mêmes vers le bas, un indice qui vous montrera que votre plant est lourd et saturé en eau.

Si vous avez un peu d’expérience en la matière, vous devrez pouvoir être à même de différencier ces deux problèmes. La plupart du temps, l’apparence faiblarde est assez facile à déterminer si elle provient d’un sur, ou d’un sous-arrosage : si la terre est très sèche et que vous n’avez pas arrosé depuis plusieurs jours, l’apparence maladive du plant ne sera très certainement pas liée à un sur-arrosage.

Conseil : sachez qu’il est préférable de sous-arroser vos plants que l’inverse. Si vous arrosez des plants sains ou en besoin drastique d’eau, ils devraient récupérer rapidement leur apparence. Un sous-arrosage occasionnel n’a pas vraiment de conséquences graves alors qu’à l’inverse, le sur-arrosage lui peut subtilement éliminer vos plants.

DES PLANTS FAIBLARDS ET MOUS

FEUILLES JAUNES OU MARRONS

Si un plant en besoin d’eau a une apparence maladie et faiblarde, il va également présenter des feuilles possédant une teinte variant entre le jaune et le marron. Bien qu’il soit tout à fait normal que les feuilles d’un plant jaunissent lors des dernières semaines de la floraison, un plant sain dans la phase végétative ne devraient pas ou peu, avoir un feuillage jaune, marron et frêle.

VÉRIFIEZ JUSTE LA TERRE !

L’une des façons les plus simples de savoir s’il faut arroser vos plants est de mettre directement vos mains dans la terre. Il y a deux astuces ici : d’abord, plantez votre doigt à 4–5 cm dans la terre et si cela vous paraît sec, on va de suite chercher son arrosoir.

Encore mieux, on peut aussi soulever tout le pot pour voir si on a encore l’impression qu’il soit lourd dû au dernier arrosage, ou si toute l’eau s’est quasiment écoulée ou évaporée. Gardez à l’esprit que pour que ce test fonctionne, il vous faut savoir au préalable le poids de votre pot lorsque sa terre est sèche comme point de référence. Donc n’oubliez pas ça lorsque vous soulevez/déplacez vos pots.

COMMENT ARROSER VOS PLANTS

Arrosez moins souvent, mais lorsque vous le faites, faites le bien ! Donc plutôt que de leur en donner un petit peu trop souvent, imbibez correctement l’intégralité du milieu, mais moins fréquemment. Mais où s’arrêter dans l’arrosage ?

Un arrosage complet sous-entend imbiber l’intégralité du substrat avec presque la moitié de la capacité en litres du conteneur. Donc, si vous cultivez dans un pot de 4 l, donnez 2 l d’eau à vos plants ou un peu plus au cas où. Comme nous l’avons dit plus tôt, la quantité exacte est difficilement déterminable à cause des nombreux facteurs en jeu. Et pourtant, vous devriez pouvoir observer autour de 10 – 20 % de l’eau que vous venez d’administrer, s’écouler en bas. L’eau qui s’écoule va également rincer les minéraux qui se sont accumulés à chaque arrosage ou engraissage en nutriments, ce qui permet de réduire le risque de blocage ou de carences en nutriments.

Conseil : gardez bien à l’esprit que si vous utilisez certains milieux comme la tourbe, la terre peut au départ, mettre beaucoup de temps à absorber l’eau, voire la repousser jusqu’à ce qu’elle soit bien saturée. Cela veut dire que si vous comptez arroser d’un seul coup tout votre substrat, la plupart de votre eau va simplement s’écouler le long des bords du pot et directement à travers les trous au fond de vos pots. Dans une situation pareille, faites un « pré-arrosage » du substrat et attendez qu’il soit bien imbibé. Au bout de 10 minutes, vous pourrez administrer le reste de l’eau. Si besoin, répétez l’opération. Faites le petit test de « soulever le pot » entre les deux étapes pour déterminer si la terre a bien absorbé l’eau.

NE LAISSEZ PAS VOS PLANTS CROUPIR DANS L’EAU STAGNANTE

En plus des trous au fond de vos conteneurs pour que l’eau s’en échappe, ces derniers devraient être légèrement surélevés du sol pour que toute l’eau puisse s’en écouler et éviter que vos plants ne croupissent dans de l’eau stagnante. Les plateaux de drainage peuvent récupérer l’eau écoulée, mais elle devrait être immédiatement jetée après coup pour éviter la création de bactéries, de moisissures ou la prolifération de nuisibles.

NE LAISSEZ PAS VOS PLANTS CROUPIR DANS L’EAU STAGNANTE

L’IMPORTANCE DU PH LORS DE L’ARROSAGE

Si vous cultivez organiquement votre cannabis dans de la terre, vous n’avez normalement pas trop besoin de vous inquiéter du niveau pH de votre mélange eau/nutriments. Mais pour la plupart des cultivateurs qui utilisent les nutriments aux minéraux lambda et cultivent leur ganja dans de la terre, en coco ou en hydro, le niveau correct du pH de l’eau est très important.

La raison en est que les plants de cannabis ont une fenêtre de pH limitée où ils peuvent absorber une certaine quantité de nutriments. Si le pH de l’eau est trop élevé ou trop bas, les plants ne peuvent pas absorber les éléments nutritifs même s’ils sont présents, un phénomène connu sous le nom de blocage des nutriments.

Lorsque vous cultivez dans de la terre, le niveau pH de votre eau devrait être entre 6,3–6,8. Si vous cultivez sans terre, soit en coco ou en hydro, le niveau pH doit être encore plus faible, soit 5,5–6,1. Pour tester le pH de votre eau, utilisez un bâtonnet de mesure pH ou des pastilles de mesure de pH. Si le pH est trop haut ou bas, utilisez des gouttes de « pH down » ou « pH up » pour ajuster le niveau qu’il vous faut atteindre selon votre milieu. Souvent, si vous utilisez l’eau du robinet, votre pH aura tendance à être trop haut. Aussi, si vous ajoutez des nutriments à votre eau, mesurez d’abord le pH puis ajustez-la après avoir ajouté vos nutriments.

CONCLUSION—ARROSEZ BIEN, MAIS PAS SYSTÉMATIQUEMENT !

Si vous savez quand et comment arroser vos plants, et que vous êtes au courant des potentiels problèmes que vous pouvez rencontrer, vous pourrez éviter la quasi-totalité des problèmes que l’on peut avoir dans une culture. Vous obtiendrez ainsi, des plants sains et vigoureux qui vous donneront de belles têtes juteuses !

Bonne culture à vous !

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.