Arroser des plants de cannabis peut sembler d’apparence extérieure, être un processus extrêmement simple et pourtant, de nombreux cultivateurs et surtout les débutants, se trompent encore. Le sur-arrosage est l’une des raisons les plus communes qui engendre toutes sortes de problèmes dans le développement des plants comme une carence en nutriments ou des maladies. Cependant, un arrosage pas assez régulier ou trop faible peut également impacter négativement leur croissance.

QUELLE QUANTITÉ D’EAU POUR LES PLANTS ?

Ce qui est assez difficile avec l’arrosage des plants, c’est que c’est difficile de déterminer précisément la quantité nécessaire, et de nombreux facteurs différents contribuent à la quantité nécessaire. Exemple assez évident : tandis que vos plants s’élargissent, leurs besoins en eau vont changer. Mais il y a d’autres variables plus complexes qui déterminent également s’il faut en administrer plus ou moins. Parlons des facteurs principaux :

  • STADES DE CULTURE

Les plants de cannabis ont différentes demandes en eau selon leur stade de maturité. Ce guide spécifique que nous vous partageons ci-dessous s’applique aux plants matures en croissance et aux plants en floraison. Les plantules et les clones nécessitent bien moins d’eau.

Lors des premiers stades, évitez d’arroser vos plantes d’un jet puissant qui pourrait venir les coucher et perturber le développement racinaire. À la place, utiliser une fine bruine pour délicatement humidifier le substrat.

Attendez que le sol sèche complètement avant de répéter la procédure. La rapidité de séchage du substrat dépendra des conditions environnementales, cela se traduit généralement par une légère brumisation tous les 2–3 jours.

  • MILIEU DE CULTURE

Le type de milieu de culture que vous utilisez déterminera grandement aussi la quantité d’eau que la terre peut retenir en elle, et le drainage joue un rôle clé dans la gestion de la fréquence/quantité d’eau nécessaire à vos plants. Le cannabis apprécie les sortes de terre assez riches et pourtant aérées qui permettent un bon écoulement de l’eau. Un autre facteur essentiel, vos conteneurs de culture devraient avoir des trous au fond pour permettre à l’eau de s’écouler et ne pas stagner. Les mélanges plus compacts de terre retiendront l’humidité bien plus longtemps, ce pourquoi vous n’aurez pas besoin d’arroser autant. Sinon, l’humidité peut perdurer dans la terre pendant un certain temps et engendrer des carences en nutriments, un pourrissement des racines, des champignons, des nuisibles et toutes sortes d’autres problèmes.

Voici une façon simple et efficace de voir si votre eau s’écoule bien : si cela prend plusieurs minutes afin que l’eau s’écoule après avoir arrosé votre terre, et/ou, si cela prend plus de 3–4 jours pour que la terre soit sèche, vous avez vraisemblablement un problème de drainage sur les bras. Si vous n’observez pas immédiatement des réactions négatives de la part de vos plants, cela peut résulter en des problèmes majeurs un peu plus tard. Dans ce cas, vous pouvez ajouter des perlites ou autres absorbants similaires pour aérer le mélange de la terre et améliorer sa capacité de drainage. Les perlites permettent d’éviter une stagnation de l’eau dans le pot. La clé pour avoir une bonne terre, qu’elle soit faite maison ou achetée en magasin, c’est d’avoir un bon équilibre de la rétention de l’humidité et de l’écoulement de l’eau. Cela veut souvent dire une terre riche et sombre, mais à laquelle on a ajouté des perlites et/ou d’autres substances afin de promouvoir un milieu efficace et sain où les plants s’épanouiront.

QUELLE QUANTITÉ D’EAU POUR LES PLANTS ?

  • TAILLE DU CONTENEUR

Bien sûr, les dimensions de votre récipient, pot ou conteneur affecteront aussi l’équilibre général entre la rétention d’humidité et le drainage. Si vous avez un petit plant dans un grand pot, imbiber l’intégralité du substrat risque de noyer votre précieux plant avant même qu’il ne se développe correctement. Pareillement, vous pouvez rencontrer le problème inverse avec un pied possédant de larges racines qui se trouverait dans un petit pot. C’est également la raison pour laquelle les cultivateurs lancent généralement leurs plantules dans de plus petits pots, puis les transplantent plus tard dans un pot plus large. Accorder la taille du plant à celle du pot permet d’éviter le sur-arrosage d’une plantule encore fragile.

  • TEMPÉRATURES EXTÉRIEURES ET INTENSITÉ DE LA LUMIÈRE

Les plants de cannabis ne poussent pas toujours à la même vitesse. Un plant dans un environnement plus frais va par exemple, se développer plus lentement qu’un plant situé quelque part où il fait doux et tempéré. L’intensité de la lumière joue également un rôle clé ici. Les plants qui reçoivent suffisamment de lumière et de chaleur sont plus à même d’avoir des besoins accrus de nutriments et d’eau que ceux exposés à moins de lumière ou des températures plus fraîches.

  • SANTÉ DES PLANTS DE CANNABIS

La santé et la vitalité générale de vos plants détermineront aussi la quantité d’eau nécessaire. Si la croissance est lente ou paralysée, ou si un plant souffre de maladies ou d’attaques de nuisibles, ils auront sûrement besoin d’une quantité réduire d’eau contrairement à un plant qui s’épanouit pleinement.

COMMENT SAVOIR SI VOS PLANTS ONT BESOIN D’EAU

Vous connaissez désormais les facteurs qui indiquent et affectent le besoin en eau de vos plants, ainsi que la raison pour laquelle ces facteurs diffèrent selon les climats. Alors maintenant, comment savoir si vos plants ont besoin d’eau ?

Voici quelques signes explicites :

  • DES PLANTS FAIBLARDS ET MOUS

Si vos plants ont vraiment besoin d’eau, ils deviendront mous. Le plant entier aura une apparence malade et sans vitalité, un indice qu’il est difficile de rater. En revanche, ce qui est ennuyeux, c’est que les plants peuvent avoir la même apparence faiblarde et maladive si vous les arrosez beaucoup trop. Ce qui nous permet de différencier ces deux situations, c’est que les feuilles d’un plant sur-arrosé prennent une couleur penchant vers le vert sombre et forment une sorte de « griffe » là où elles se replient et se recourbent sur elles-mêmes vers le bas, un indice qui vous montrera que votre plant est lourd et saturé en eau.

Si vous avez un peu d’expérience en la matière, vous devrez pouvoir être à même de différencier ces deux problèmes. La plupart du temps, l’apparence faiblarde est assez facile à déterminer si elle provient d’un sur, ou d’un sous-arrosage : si la terre est très sèche et que vous n’avez pas arrosé depuis plusieurs jours, l’apparence maladive du plant ne sera très certainement pas liée à un sur-arrosage.

Conseil : sachez qu’il est préférable de sous-arroser vos plants que l’inverse. Si vous arrosez des plants sains ou en besoin drastique d’eau, ils devraient récupérer rapidement leur apparence. Un sous-arrosage occasionnel n’a pas vraiment de conséquences graves alors qu’à l’inverse, le sur-arrosage lui peut subtilement éliminer vos plants.

DES PLANTS FAIBLARDS ET MOUS

  • FEUILLES JAUNES OU MARRONS

Si un plant en besoin d’eau a une apparence maladie et faiblarde, il va également présenter des feuilles possédant une teinte variant entre le jaune et le marron. Bien qu’il soit tout à fait normal que les feuilles d’un plant jaunissent lors des dernières semaines de la floraison, un plant sain dans la phase végétative ne devraient pas ou peu, avoir un feuillage jaune, marron et frêle.

  • INSPECTEZ SIMPLEMENT LA TERRE !

Débarrassez votre routine d’arrosage du doute avec cette méthode simplissime. Plonger le bout de votre doigt dans les 5 premiers centimètres de terre vous fournira un bon indicateur de la sécheresse de cette dernière. Cependant, cela ne vous permettra pas de détecter le taux d’humidité du milieu et du fond du pot.

À la place, peser le pot vous offrira une bonne idée de la quantité d’eau restante. Vous pouvez vous contenter de sous-peser le pot à main nue, pour avoir une estimation de la différence de poids entre un sol sec et saturé. Mieux encore, pesez-les pour savoir exactement à quel moment y rajouter un peu d’H₂O.

COMMENT ARROSER VOS PLANTS DE CANNABIS

Il existe une règle très simple : Arrosez-moins, Arrosez-mieux ! Plutôt que de souvent apporter un peu d’eau à vos plantes, offrez leur un trempage sain et moins fréquent. Mais quelle quantité d’eau est suffisante ?

Un bon trempage signifie d’arroser le substrat entre 25–33 % de la capacité du pot. Cette quantité d’eau offrira au système racinaire tous ses besoins, sans accumulation ni potentiels problèmes fongiques.

Lors de l’arrosage, visez d’abord le milieu du substrat. Après avoir laissé les racines respirer, arrosez aussi les bords du contenant. Cette approche encouragera la motte racinaire à atteindre les bords du pot et viendra aussi transporter les nutriments se trouvant sur le dessus du substrat vers le système racinaire souterrain.

Cette méthode offrira une quantité suffisante d’eau, sans créer d’accumulation dans le substrat. Un excès d’eau mène à un environnement humide, terrain rêvé pour les pathogènes fongiques qui mènent à la pourriture des racines.

  • NE LAISSEZ PAS VOS PLANTS CROUPIR DANS L’EAU STAGNANTE

En plus des trous au fond de vos conteneurs pour que l’eau s’en échappe, ces derniers devraient être légèrement surélevés du sol pour que toute l’eau puisse s’en écouler et éviter que vos plants ne croupissent dans de l’eau stagnante. Les plateaux de drainage peuvent récupérer l’eau écoulée, mais elle devrait être immédiatement jetée après coup pour éviter la création de bactéries, de moisissures ou la prolifération de nuisibles.

NE LAISSEZ PAS VOS PLANTS CROUPIR DANS L’EAU STAGNANTE
Cannabis pH chart for Hydroponics
  • L’IMPORTANCE DU PH LORS DE L’ARROSAGE DE VOS PLANTS

Si vous cultivez organiquement votre cannabis dans de la terre, vous n’avez normalement pas trop besoin de vous inquiéter du niveau pH de votre mélange eau/nutriments. Mais pour la plupart des cultivateurs qui utilisent les nutriments aux minéraux lambda et cultivent leur ganja dans de la terre, en coco ou en hydro, le niveau correct du pH de l’eau est très important.

La raison en est que les plants de cannabis ont une fenêtre de pH limitée où ils peuvent absorber une certaine quantité de nutriments. Si le pH de l’eau est trop élevé ou trop bas, les plants ne peuvent pas absorber les éléments nutritifs même s’ils sont présents, un phénomène connu sous le nom de blocage des nutriments.

Lorsque vous cultivez dans de la terre, le niveau pH de votre eau devrait être entre 6,3–6,8. Si vous cultivez sans terre, soit en coco ou en hydro, le niveau pH doit être encore plus faible, soit 5,5–6,1. Pour tester le pH de votre eau, utilisez un bâtonnet de mesure pH ou des pastilles de mesure de pH. Si le pH est trop haut ou bas, utilisez des gouttes de « pH down » ou « pH up » pour ajuster le niveau qu’il vous faut atteindre selon votre milieu. Souvent, si vous utilisez l’eau du robinet, votre pH aura tendance à être trop haut. 

De plus, si vous ajoutez des nutriments pour cannabis à votre eau, mesurez le pH après chaque repas. Cela vous donnera accès à des données précises de l’influence sur le substrat. Cela vous permettra également de savoir si vous devez ajouter plus de nutriments ou modifier la dose pour le prochain repas de vos plantes.

COMMENT ARROSER LES PLANTES DE CANNABIS LORSQUE VOUS N’ÊTES PAS PRÉSENT

Il y a des moments où vous devez vous éloigner de vos plantes pendant le cycle de culture. Parfois, les vacances, les obligations et les événements majeurs peuvent vous obliger à laisser vos plantes pendant un certain temps. Vous pouvez laisser les lumières allumées et les nourrir avant de partir, mais les plants de cannabis ont besoin d’eau après quelques jours.

Si vous êtes absent le week-end, elles se porteront très bien. Mais si vous devez les laisser plus longtemps, vous devrez trouver un moyen de vous assurer que leur besoin en eau soit satisfait. Vous trouverez ci-dessous des moyens simples et créatifs de garder vos plantes en vie et de les faire prospérer en votre absence.

OPTIONS ÉCONOMIQUES

Vous n’avez pas besoin d’investir beaucoup de temps et d’argent pour trouver un moyen de satisfaire vos plantes. Les options simples et bon marché fonctionnent tout aussi bien. Vous trouverez ci-dessous les trois moyens les plus efficaces de maintenir vos plantes arrosées avec un budget restreint.

  • DEMANDEZ À UN AMI

Demandez à un ami de confiance ! Bien sûr, vous devez demander à quelqu’un en qui vous avez entièrement confiance. Vous ne voulez pas que l’on parle de votre passe-temps botanique, et vous ne voulez surtout pas que des fleurs disparaissent.

Si possible, recrutez un ami qui a une certaine expérience de la culture. Ainsi, il saura quelle quantité d’eau donner et à quel moment. Si vous demandez à un ami qui ne connaît pas le monde de la culture, veillez à l’informer sur le sous-arrosage et sur le sur-arrosage pour éviter la pourriture des racines et le blocage des nutriments.

À votre retour, remerciez votre ami en l’invitant à une session et n’oubliez pas de partager certaines de vos récoltes en guise de remerciement pour son aide.

  • SYSTÈME DE GOUTTE-À-GOUTTE FAIT MAISON

Les systèmes de goutte-à-goutte sont un excellent moyen de fournir un approvisionnement en eau lent et régulier à vos plantes. Au lieu de déverser de l’eau dans votre sol de temps en temps, les systèmes de goutte-à-goutte fournissent une quantité d’eau constante, mais infime qui s’accumule et se draine de manière régulière au fil du temps.

Prenez une bouteille d’eau usagée et faites quelques trous dans le bouchon à l’aide d’un marteau et d’un clou. Remplissez la bouteille d’eau et remettez le bouchon en place. Creusez un trou dans votre conteneur ou votre parterre et placez-y d’abord la bouteille du côté du bouchon. Cette méthode permet de garder vos plantes hydratées pendant environ cinq jours.

SYSTÈME DE GOUTTE-À-GOUTTE FAIT MAISON

  • SERRE RUDIMENTAIRE

En utilisant un simple sac en plastique, les cultivateurs peuvent créer une serre rudimentaire temporaire qui recycle l’eau que les plantes libèrent par leurs feuilles. Placez quatre tuteurs en bois espacés uniformément à chaque coin de votre conteneur pour former une structure de soutien. Puis, arrosez bien votre plante et placez-la dans un endroit à l’abri de la lumière directe du soleil.

Prenez un grand sac en plastique transparent et couvrez votre plante, en posant le haut sur les quatre piquets. Utilisez un morceau de ficelle pour attacher l’ouverture du sac au bord du récipient sans serrer, tout en laissant passer de l’air. Le sac fonctionne de manière à former de la condensation et à faire retomber l’eau dans le sol, créant ainsi un cycle continu.

OPTIONS TECHNOLOGIQUES

Si vous avez l’argent, pourquoi ne pas investir pour arroser vos plantes et protéger vos récoltes ? Certains cultivateurs sont prêts à investir tout ce qu’il faut, et d’autres, plus geek, apprécient tout simplement se lancer avec du matériel de culture de haute technologie. Découvrez les deux meilleures options de haute technologie pour garder vos plantes hydratées pendant votre absence.

  • SYSTÈME D’IRRIGATION

Les cultivateurs modernes ont le luxe de pouvoir choisir parmi une large gamme de produits d’irrigation sur le marché. Ces appareils utilisent des minuteries et des contrôleurs pour arroser le cannabis à la demande. Des systèmes de tuyaux reliés à un réservoir acheminent l’eau vers les conteneurs individuels au moment et à l’endroit choisis par le cultivateur. Certains modèles sont même compatibles avec le Wi-Fi et permettent aux cultivateurs de modifier les paramètres via leur smartphone.

  • SYSTÈME DE GOUTTE-À-GOUTTE AVEC MINUTERIE INTELLIGENTE

Les systèmes de goutte-à-goutte avec des minuteries intelligentes sont la version de pointe de la bouteille expliquée plus tôt. Ces systèmes sont super faciles à monter à la maison et fournissent un filet d’eau constant qui garde les plants de cannabis heureux et hydratés.

Les systèmes de goutte-à-goutte sont livrés avec un tuyau, des raccords de goutte-à-goutte, des accroches pour maintenir le tuyau en place et une minuterie. Les cultivateurs peuvent placer les couples de goutteurs n’importe où le long du tuyau, ce qui leur permet d’arroser des plantes individuelles espacées le long des parterres et des chambres de culture. Il suffit de régler les points de départ et d’arrivée de la minuterie selon vos préférences et vous serez paré.

CONCLUSION—ARROSEZ BIEN, MAIS PAS SYSTÉMATIQUEMENT !

Si vous savez quand et comment arroser vos plants, et que vous êtes au courant des potentiels problèmes que vous pouvez rencontrer, vous pourrez éviter la quasi-totalité des problèmes que l’on peut avoir dans une culture. Vous obtiendrez ainsi, des plants sains et vigoureux qui vous donneront de belles têtes juteuses !

Bonne culture à vous ! 

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.