Vous avez lancé votre culture de weed avec plein de beaux espoirs. Hélas, l’un de vos plants commence à avoir une triste mine. Vous vous demandez sûrement : « Pourquoi mon plant est-il en train de mourir ? ».

Alors, que faire face à ça ? Tout d’abord : on ne pa-ni-que pas ! Rencontrer des difficultés est une partie inévitable de la culture de cannabis. Après avoir calmé vos nerfs et accepté la situation, il est temps de passer aux choses sérieuses. Il y a de multiples raisons qui pourraient être derrière l’apparence maussade de votre plant et chaque problème a sa propre solution. Ci-dessous, nous vous expliquerons en détail comment redonner vie à un plant malade en se focalisant sur 8 étapes cruciales.

Redonner vie à votre plant de marijuana

Afin de déterminer ce qui a rendu votre plant malade en premier lieu et pour remédier à cela, nous vous recommandons de tenir un journal cannabique. Noter vos observations peut réellement vous aider à remonter le fil des symptômes vers les potentielles causes et solutions. Utilisez cet outil pratique pour enregistrer la croissance et le comportement des plants au fil des semaines ainsi que n’importe quel symptôme que vous rencontreriez comme des nuisibles ou de possibles carences.

Cela étant dit, nous allons passer en revue une série d’étapes pour identifier et redonner vie à un plant malade. À la fin de ce guide, vous aurez à disposition toutes les connaissances nécessaires pour leur insuffler une nouvelle vie.

Étape 1 : analyser les symptômes

Les plants de cannabis malades ou stressés présentent un large éventail de symptômes.

La rapidité avec laquelle les symptômes apparaissent sera déjà symptomatique. Apparaissent-ils du jour au lendemain ou s’agit-il de quelque chose de construit dans le temps ?

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des symptômes communs que présentent les plants malades ainsi que des moyens rapides et simples d’y remédier.

  • Feuilles jaunes

Les feuilles jaunes peuvent apparaître pour diverses raisons comme des problèmes d’arrosage, de nutriments et d’éclairage.

Sur-arrosage

Les novices ont tendance à prendre un peu trop soin de leurs plants. En essayant de répondre à tous leurs besoins, ils arrosent trop souvent et finissent par systématiquement saturer le milieu. Cela peut étouffer les racines et les rendre sensibles aux agents pathogènes tels que la pourriture des racines.

Feuilles jaunes

Sous-arrosage

À l’opposé de ce qui précède, le manque d’eau résulte principalement de la négligence. Les plantes sont généralement trop sèches lorsque les cultivateurs partent en vacances ou en cas de canicule. Dans des conditions de chaleur extrême, l’absence d’un jour ou deux d’arrosage peut sérieusement affecter la vitalité d’une plante.

Feuilles jaunes

Carence en azote

Ce macronutriment essentiel est un composant clé des acides aminés (les éléments constitutifs des protéines) et une partie importante de la molécule de chlorophylle, le pigment qui rend possible la photosynthèse. Un manque de cette molécule clé dû à une mauvaise fertilisation entraîne une carence en azote et un jaunissement des feuilles. Cette couleur disgracieuse commence en bas de la plante et remonte vers le haut.

Heureusement, il existe de nombreuses sources d’azote parmi lesquelles choisir. Commencez par appliquer un pulvérisateur foliaire d’algues liquides en suivant les instructions du produit. Ensuite, appliquez les Easy Grow Booster Tablets pour une source équilibrée de nutriments tout au long de la phase végétative.

Feuilles jaunes

Brûlure liée aux nutriments

La brûlure liée aux nutriments résulte d’un sur-engraissage des plants. Alors qu’un manque de nutriments peut provoquer des carences, une trop grande quantité appliquée en une seule fois crée un effet toxique qui se traduit par des feuilles d’un vert extrêmement foncé qui développent des pointes jaunes et brunes. Ce problème survient lorsque les cultivateurs appliquent un peu plus leurs nutriments que ce qui est recommandé ou appliquent du compost « frais » et non à point sur leurs plates-bandes extérieures.

Pour remédier à la brûlure des nutriments, vous devez immédiatement rincer votre sol en utilisant de l’eau propre et au pH équilibré. Procédez à une restriction des nutriments jusqu’à ce que les symptômes disparaissent pour forcer vos plantes à utiliser l’excès. Ensuite, vous devrez réévaluer votre programme d’engraissage. Suivez scrupuleusement les instructions du produit pour éviter de répéter la même erreur. Si ce sont elles qui vous ont mis dans ce pétrin, commencez par réduire de moitié les valeurs recommandées.

Feuilles jaunes
  • L’étirement

L’étirement peut affaiblir la structure des plantes et les exposer au risque de basculement. Bien que certaines variétés s’étirent naturellement plus que d’autres, ce symptôme est surtout dû à des facteurs environnementaux. Si vos plantules deviennent « dégingandées » ou si vos plantes en pleine croissance commencent à s’étirer excessivement, il est probable que vous deviez simplement repositionner vos lampes.

Un manque d’exposition à la lumière pousse les plantes à se diriger vers la source lumineuse disponible dans un acte désespéré.

Une chaleur excessive peut également amaigrir les plantules. Placez un thermo-hygromètre dans votre salle de culture – un outil de culture utile qui mesure à la fois la température et l’humidité. Vous devez viser des températures de 19–20 °C le jour et de 13 °C la nuit. Utilisez des ventilateurs pour réguler ces températures ou des climatiseurs dans les environnements plus extrêmes.

Gardez à l’esprit que la plupart des plantes passent par un « étirement de floraison » dans les premières semaines de la floraison au cours de laquelle elles s’élargissent. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, mais les plantes qui sont quelque peu dégingandées en fin de croissance risquent davantage de se renverser lorsqu’elles entrent en floraison. Préparez donc en amont des structures de soutien si nécessaire.

Video id: 265566531
  • Croissance ralentie

Une croissance ralentie peut donner l’impression que les plantes sont malades et avoir un impact sur les rendements. Plusieurs variables peuvent provoquer un arrêt de la croissance. Voici une solution rapide pour chacune d’entre elles :

Manque de nutriments Vous verrez également d’autres signes de carences en nutriments. Appliquez des doses régulières de Easy Boost et ajoutez des champignons mycorhiziens pour soutenir les racines.
Carence en calcium Une carence en ce nutriment, en particulier, peut entraîner une croissance ralentie. Vous remarquerez également de jeunes pousses décolorées et de nouvelles pousses recroquevillées sur elles-mêmes. Appliquez un complément de Cal-Mag en suivant les instructions du produit.
Manque de lumière Visez un cycle d’éclairage de 18 heures de jour et 6 heures de veille pendant la phase végétative. Assurez-vous que vos lampes de culture intérieure soient réglées correctement.
Stress de la transplantation Réduisez au minimum le nombre de transplantations pendant le cycle de croissance. Dans l’idéal, transplantez les plantules saines directement dans leurs conteneurs définitifs et spacieux.
Croissance ralentie
  • Têtes sous-développés

Aussi connues sous le nom de « têtes popcorn », ces petites fleurs aérées et sous-développées ne sont pas vraiment impressionnantes. Utilisez les conseils ci-dessous pour éviter et inverser la probabilité de voir apparaître des têtes popcorn :

Défolier Défolier vos fleurs augmente l’exposition à la lumière et à l’air des têtes qui seraient autrement éclipsées par une canopée dense.
Fertilisation efficace Engraissez bien vos plantes avec une formule contenant des niveaux élevés de phosphore et de potassium spécialement conçue pour la phase de floraison comme les Easy Bloom Booster Tablets.
Dissuadez les nuisibles Le stress induit par les nuisibles peut entraîner la formation de têtes de mauvaise qualité. Utilisez les techniques de prévention et contrôle biologique pour réduire au minimum la pression exercée par ces détracteurs.
Têtes sous-développés
  • Les feuilles se courbent vers le haut

Avez-vous remarqué que les feuilles de vos plants de cannabis se courbent vers le haut ? Certains cultivateurs appellent cet état « canoë », car les feuilles prennent l’aspect concave de ces anciennes embarcations.

Des conditions trop chaudes ou trop froides peuvent entraîner un recourbement des feuilles vers le haut et un ralentissement de la croissance. Visez des températures de 22–28 °C pendant la végétation et de 20–26 °C pendant la floraison.

Les feuilles se courbent vers le haut
  • Taches blanches poudreuses

Les taches poudreuses blanches sur les feuilles nourricières et résineuses indiquent la présence d’oïdium, une maladie fongique qui peut endommager les plantes dans les derniers stades de l’infestation. Les symptômes de ce pathogène comprennent une croissance ralentie, des feuilles déformées et une infection des tissus nouvellement formés. Pour éliminer cette moisissure avant que les choses ne deviennent incontrôlables, vous pouvez envisager les options suivantes :

  • Essuyez régulièrement les feuilles avec une serviette en papier humide
  • Appliquez un pulvérisateur foliaire d’huile de neem
  • Mélangez 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude dans 4,5 litres d’eau et appliquez la solution en pulvérisation foliaire
Taches blanches poudreuses

Étape 2 : analysez votre programme d’arrosage

Bien que ces deux états puissent donner l’impression que vos plantes sont sur le point de mourir, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour les réanimer.

  • Suivez bien votre journal

Tout d’abord, l’utilisation d’un journal de culture de cannabis peut vous aider à suivre votre programme d’arrosage. En notant la date de votre dernier arrosage et la quantité administrée, vous aurez une bonne idée de la quantité qu’ils tolèrent. Si vos plantes développent des symptômes de sur-arrosage ou de sous-arrosage, vous devez ajuster la quantité ou la fréquence.

  • Comment réanimer une plante trop arrosée

Les principaux symptômes d’un arrosage excessif sont les suivants :

Feuilles mollassonnes Croissance ralentie
Feuilles jaunes

Commencez par améliorer le drainage par tous les moyens possible. Retirez votre pot de toutes les soucoupes ou plateaux remplis d’eau stagnante. Placez-les sur une couche de gravier ou de billes d’argile pour faciliter l’évacuation de l’excédent au fond du pot.

Ensuite, arrêtez simplement d’arroser vos plantes aussi souvent ! Reportez-vous à votre journal pour voir où vous vous êtes trompé. Notez-y le temps qu’il faut habituellement pour atteindre cet état dans votre environnement.

Vous pouvez également peser vos plantes empotées lorsqu’elles sont complètement sèches et lorsqu’elles sont complètement saturées d’eau, puis utilisez cette information pour évaluer le degré de saturation de vos pots à un moment donné. Notez ces chiffres dans votre journal et consultez-les pour déterminer quand il est temps d’arroser à nouveau.

Comment réanimer une plante trop arrosée
  • Comment réanimer une plante sous arrosée

Les plantes qui manquent d’eau ont l’air malades, mais vous pouvez facilement les faire revivre si vous vous en apercevez suffisamment tôt. Faites attention à ces symptômes clés :

Un sol extrêmement sec Feuilles flétries
Feuilles sèches et croustillantes

Là encore, la solution est assez évidente : vos plantes ont besoin de plus d’eau ! Consultez votre journal et inscrivez-y quelques séances d’arrosage supplémentaires au cours de la semaine. Commencez par saturer l’ensemble du milieu de culture de sorte qu’environ 15 % de l’eau s’écoule par le fond. Ensuite, faites le « test du doigt » pour déterminer votre timing. Si vous n’avez pas le temps de bien arroser, pensez à l’irrigation goutte à goutte pour les maintenir constamment hydratés.

Si vos plantes continuent à souffrir d’un manque d’eau, vous devez reconsidérer la taille de vos pots. Les plants matures dans des pots trop petits absorbent rapidement toute l’eau. Si cela continue à se produire, transplantez dans un pot de plus grande taille.

Comment réanimer une plante sous arrosée

Étape 3 : analysez votre programme d’engraissage

Les plantes ont besoin de certaines quantités de macronutriments et de micronutriments pour survivre et se développer. Cependant, si vous faites trop pencher la balance dans un sens ou dans l’autre, cela peut entraîner une carence ou une toxicité. Si vous suspectez les symptômes de l’un ou l’autre de ces troubles, vous devrez remettre en cause votre programme d’engraissage.

  • Vérifiez votre journal

Si vous avez utilisé un journal jusqu’à présent, il vous suffit de l’ouvrir pour voir les heures et les quantités d’engrais que vous avez administré. Avez-vous noté des changements dans votre programme d’engraissage ? Avez-vous manqué un créneau ?

  • Révérifier le ratio NPK

Si votre programme semble normal, vous devez vérifier le produit que vous utilisez pour vous assurer qu’il répond aux exigences de votre plante. Le cannabis a besoin de toute une gamme de nutriments pour rester en bonne santé, mais il dépend des macronutriments – azote, phosphore et potassium (NPK) – pour la majeure partie de sa nutrition.

Les plantes ont besoin d’un équilibre différent des macronutriments à différents stades de la culture. Elles ont besoin de plus grandes quantités d’azote pour alimenter la croissance des feuilles pendant la phase végétative et de plus grandes quantités de phosphore et de potassium pour établir et développer les fleurs.

Cependant, des symptômes de carence peuvent apparaître même si vous fournissez à vos plantes tous les bons nutriments. C’est un trouble appelé blocage de l’absorption des nutriments qui se produit lorsque le pH du sol devient trop acide ou trop alcalin et que les racines sont incapables d’absorber les nutriments essentiels.

Les symptômes du blocage de l’absorption des nutriments ressemblent à ceux d’une carence normale. Les plantes prennent un aspect jaune et brun et leurs feuilles peuvent se recroqueviller sur elles-mêmes. Pour déterminer la cause du problème, il faut un testeur de pH. Utilisez cet appareil pour tester un échantillon de votre sol et utilisez un produit d’ajustement du pH pour ramener la valeur entre 6,0–6,5.

  • Comment remédier au sur-engraissage

Donner trop d’engrais à votre plante peut entraîner une brûlure des nutriments. L’azote étant un élément nutritif primaire dans la plupart des produits, la brûlure des nutriments prend souvent la forme d’une toxicité azotée. Les principaux symptômes de ce problème sont les suivants :

Feuilles d’un vert extrêmement foncé Extrémités des feuilles courbées
Tiges et branches rouge foncé ou pourpres Dépérissement des extrémités du calice

Le premier réflexe à adopter est de réduire immédiatement l’engraissage. Rincez votre milieu de culture avec de l’eau au pH équilibré pour éliminer l’excès de sel. Ensuite, utilisez un nettoyant enzymatique. À l’avenir, nous vous recommandons d’utiliser un compteur TDS pour mesurer les parties par million (PPM) de l’écoulement de votre solution pour vous assurer que vous n’engraissez pas trop.

Comment remédier au sur-engraissage

Étape 4 : analysez votre milieu de culture

Si vos plants ont l’air malades, vous devriez examiner de près leur milieu de culture. Les symptômes de carence en nutriments et d’arrosage excessif peuvent en effet résulter d’un sol de mauvaise qualité.

Certains sols et composts sont formulés pour des espèces végétales spécifiques. Assurez-vous que vous n’avez pas accidentellement ramassé un sac d’un milieu de culture trop acide !

Certains composts et terres végétales sont tout simplement de mauvaise qualité. Ceux qui sont trop compacts compliquent la pénétration et l’expansion des racines. Ils réduisent également le drainage et l’aération et augmentent les chances d’infection fongique. Si votre compost semble trop compact, envisagez de le rempoter dans un mélange de terre de qualité supérieure.

Si vous rempotez une variété photopériodique pour tenter de la faire revivre, créez votre propre super soil pour la ramener à la vie. Vous devrez adopter une approche différente si vous travaillez avec une variété à autofloraison. Ces variétés préfèrent moins d’engrais. Utilisez notre recette de substrat pour autofloraison qui contient un mélange parfait de tourbe, de compost, de perlite et de vermiculite.

Si vous avez de la place dans votre jardin, le compostage est un excellent moyen de réutiliser les déchets végétaux et domestiques. Transformez ces matériaux en un substrat riche en nutriments pendant plusieurs mois afin de stimuler la fertilité de votre espace de culture. Si vous n’avez pas de jardin, vous pouvez installer un petit bac à vers sous votre évier pour transformer vos déchets domestiques comme les sachets de thé et les coquille d’œuf en lombricompost avant de l’utiliser pour amender la surface des substrats des plantes qui souffrent de carences.

  • Attention à l’Aminopyralide

Vous avez choisi le meilleur compost que vous avez pu trouver. Il a un ratio NPK parfait pour la phase végétative, beaucoup de matière organique pour nourrir les microbes bénéfiques et de la perlite pour améliorer la structure. Cependant, votre plante a toujours l’air malade. Si vous avez vérifié le pH et êtes sûr que vous arrosez et fertilisez correctement, vous pourriez avoir affaire à un ennemi caché.

L’aminopyralide, connu plus simplement sous le nom de AP, cause du tort à des milliers de jardiniers chaque année. Cet herbicide se fraie un chemin dans l’appareil digestif des vaches et des chevaux et contamine souvent les réserves de compost. Si vos plantes sont jaunes, rabougries et que le jeune feuillage semble déformé, il s’agit très probablement de l’AP.

Faites tout votre possible pour éviter cette situation en contactant votre fournisseur de compost. Demandez-lui d’où provient son fumier et s’il effectue des tests de dépistage de l’AP. Mieux encore, commencez à construire votre propre tas de compost pour ne pas avoir à prendre ce risque. Heureusement, les microbes décomposent l’AP après environ un an. De plus, l’herbicide n’affecte pas les membres de la famille des graminées. Allez-y, plantez du maïs doux et utilisez-le normalement la saison prochaine.

Attention à l’Aminopyralide

Étape 5 : analysez votre environnement

Plusieurs facteurs environnementaux déterminent la santé des plants de cannabis. Ceux-ci se développent dans une fenêtre spécifique de température et d’humidité. Lorsque ces facteurs fluctuent, les plants peuvent commencer à avoir l’air malades et peu productifs. Vous pouvez utiliser un thermo-hygromètre numérique dans votre espace de culture pour mesurer simultanément la température et l’humidité.

  • Humidité

L’humidité relative (HR) désigne la quantité d’eau présente dans l’air à une certaine température. Les maladies fongiques se développent lorsque le taux d’humidité est trop élevé et elles sont particulièrement friandes de l’environnement humide et collant des fleurs de cannabis. Pour éviter ces maladies et les symptômes qui les accompagnent, visez les niveaux d’humidité relative suivants :

Plantules et clones : 65–70 %
Stade végétatif : 40–70 %
Stade de floraison : 40–50 %

Vous pouvez contrôler l’humidité à l’intérieur en utilisant des ventilateurs, un système de circulation de l’air et des humidificateurs/déshumidificateurs. Bien que vous ne puissiez pas contrôler la météo dehors, vous pouvez réguler l’humidité dans les serres et les polytunnels en utilisant les mêmes techniques d’intérieur.

  • Température

Les plantes se portent également mieux lorsqu’elles poussent dans une certaine fourchette de température. Des conditions trop chaudes ou trop froides peuvent entraîner un stress et un retard de croissance. Visez les températures diurnes suivantes :

Plantules et clones : 20–25 °C
Stade végétatif : 22–28 °C
Stade végétatif : 20–26 °C
  • Les plantes se remettront-elles du stress de chaleur ?

Les plantes subissent un stress considérable lorsqu’elles sont exposées à des températures élevées pendant de longues périodes. Les symptômes du stress de chaleur comprennent une croissance ralentie, un aspect sec et flétri ou des feuilles recroquevillées. Vous pouvez sauver vos plantes stressées et réguler la température de votre espace de culture à l’aide des méthodes suivantes :

  • Placez des ventilateurs à oscillation dans votre espace de culture
  • Installez un système de climatisation
  • Installez un système d’extraction
  • Déplacez vos plantes à l’extérieur dans un endroit plus frais avec une meilleure aération.

Si vous voulez éviter tout travail supplémentaire, vous pouvez relier les ventilateurs ou la climatisation à un capteur de température pour automatiser la régulation de la température.

Les plantes se remettront-elles du stress de chaleur ?

Étape 6 : analysez votre installation

Pour sauver un plant malade, vous devrez peut-être modifier quelques éléments de votre installation. Découvrez ci-dessous deux des pièges les plus courants en matière d’équipement.

  • Éclairage

Les plants de cannabis ont besoin de lumière pour créer de l’énergie et ils sont très peu performants lorsqu’ils sont privés d’une exposition adéquate. Les plants extensibles et chétifs ne reçoivent probablement pas assez de lumière. En plus de maintenir la distance adéquate par rapport à la source (30–70 cm pour les LED de 200–400 W et 50–80 cm pour les LED de 450–600 W), vous devez considérer le nombre de plants que vous pouvez raisonnablement faire pousser avec votre installation.

120 W ≈ 0.5 m² ≈ 1 plant
200 W ≈ 0.8 m² ≈ 2 plants
280 W ≈ 1 m² ≈ 4 plants
350 W ≈ 1.5 m² ≈ 6–8 plants

Régénération

Parfois, trop de lumière peut aussi causer des problèmes. Les plantes photopériodiques ont besoin d’un cycle d’obscurité de 12 heures ou moins pour leur faire croire que les saisons changent. Si elles sont exposées à des fuites de lumière, les plantes en pleine floraison peuvent repasser en phase végétative, ce qui fait généralement paniquer de nombreux cultivateurs. Comme la régénération accidentelle peut avoir un impact négatif sur les rendements et stresser les plantes, vous devez l’empêcher de se produire en réparant votre tente et en bouchant les points de fuite.

  • Taille du pot

La taille du pot peut limiter le potentiel d’un plant de cannabis. Des pots plus petits signifient des plants plus petits. De plus, un pot plus petit augmente considérablement les risques de sous-arrosage, car il n’y a pas assez de milieu pour retenir une humidité suffisante. Si votre plant a l’air malheureux, vous pouvez lui insuffler une nouvelle vie en le mettant simplement dans un pot plus grand.

Analysez votre installation

Étape 7 : Inspectez vos plants pour détecter les nuisibles

Bien sûr, les parasites sont l’une des principales raisons pour lesquelles les plantes commencent à avoir l’air malades. Les symptômes d’une infestation de nuisibles peuvent varier considérablement en passant des trous dans les feuilles au jaunissement et au flétrissement.

  • Pucerons

Les pucerons sont des parasites courants du cannabis qui sucent la sève du feuillage et se multiplient rapidement.

Pucerons
Symptômes
  • Nombreux sur la face inférieure des feuilles
  • Fuites de sève
  • Plantes jaunes et rabougries
Solutions
  • Introduire des coccinelles dans l’espace de culture
  • Appliquer de l’huile de neem
  • Appliquer des savons insecticides
  • Mineuses

Les mineuses sont de minuscules créatures qui creusent des tunnels à l’intérieur des feuilles de cannabis et mangent les tissus internes.

Mineuses
Symptômes
  • Traces blanches et sinueuses à la surface des feuilles
Solutions
  • Enlever les feuilles affectées
  • Appliquer de l’huile de neem
  • Utiliser des filets à l’extérieur
  • Déployer des guêpes parasites comme moyen de lutte biologique
  • Mouches du terreau

Les mouches du terreau sont des mouches éphémères qui ciblent les racines des plants de cannabis.

Mouches du terreau
Symptômes
  • Jaunissement et flétrissement des feuilles
  • Croissance ralentie
  • Symptômes de carences en nutriments malgré un engraissage approprié
Solutions
  • Arroser moins souvent
  • Installer des pièges à bandes jaunes collantes
  • Appliquer de l’huile de neem
  • Saupoudrer le substrat de terre de diatomée
  • Déployer des bactéries Bacillus thuringiensis
  • Les araignées rouges

Les araignées rouges résident sur la face inférieure des feuilles où elles perforent les tissus végétaux pour se nourrir.

Les araignées rouges
Symptômes
  • Œufs visibles sous les feuilles
  • Feuilles jaunes
  • Têtes non développées
Solutions
  • Arroser les plantes avec un tuyau
  • Tailler les zones affectées
  • Vaporiser du savon insecticide
  • Administrer des huiles essentielles diluées comme le romarin, l’eucalyptus et la menthe poivrée

Étape 8 : Donnez à vos plantes les nutriments et compléments essentiels

À moins que votre cannabis n’ait l’air malade à cause d’une surfertilisation, l’application d’une gamme de compléments peut aider à relancer le développement après une période de croissance ralentie.

Matière
organique
Pensez au compost, au fumier, au lombricompost et aux paillis. Ajoutez-les à votre sol comme engrais à libération lente pour les communautés de microbes bénéfiques.
La mélasse La mélasse de canne à sucre est une superbe source de nutriments pour les organismes microscopiques du sol. En vous efforçant de les nourrir, vous créerez une population stable qui profitera en retour à votre plante.
Enzymes Ces protéines microscopiques aident à catalyser des réactions. L’application de enzymes dans le sol permet d’accélérer la croissance, d’améliorer les rendements et de favoriser un système racinaire plus sain.
Champignons mycorhiziens Ces espèces de champignons symbiotiques se lient aux racines des plantes et les aident à accéder aux nutriments du sol. Ils contribuent à les empêcher de tomber malades et peuvent aider celles non fertilisées à se remettre sur pied rapidement.
Rhizobactéries Ces espèces de bactéries qui vivent dans les racines aident à réduire les risques de maladies des racines et sont connues pour aider à améliorer le rendement du cannabis.

Les plants ont l’air malades ? Ne perdez pas espoir !

Alors, vous pensez que votre plante de marijuana est en train de mourir ? S’inquiéter ne fera qu’empirer les choses ! Vous êtes désormais équipé d’un tas de connaissances et vous n’avez jamais été aussi prêt à relever le défi.

Utilisez les nombreuses informations ci-dessus pour redonner vie à vos plants malades. Ce faisant, vous saurez exactement comment éviter qu’une telle situation ne se reproduise à l’avenir et comment la gérer facilement si elle se reproduit. Les cultivateurs de cannabis sont très protecteurs vis-à-vis de leurs plantes ; nous comprenons le sentiment de déception que vous pouvez éprouver. Mais en réalité, quelques feuilles jaunes recourbées sur elles-mêmes ne suffiront pas à entraver votre récolte !

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.