Avoir une idée des rendements de sa culture de cannabis avant de la récolter n’est pas une mince affaire. En effet, c’est impossible à faire avec une précision ultime. Pour autant, ce que l’on peut faire, c’est prendre en compte son système de culture, les variétés des plantes choisies, la quantité de lumière et de nutriments qu’on leur fournit et l’espace maximal qui leur est alloué afin d’avoir une idée des rendements potentiels.

Il y a un tas de facteurs qui affectent la quantité de weed par plante atteignable et le contrôle de ceux-ci vous permettra d’estimer et d’augmenter la taille de vos rendements !

Où se trouvent les sites de têtes sur un plant de cannabis ?

Il existe deux types de sites de têtes sur un plant de cannabis. Le premier est le calice principal, qui se forme près de l’apex du plant, là où vous viendriez mettre l’étoile s’il s’agissait d’un sapin de Noël. En employant des techniques de culture très simple, ce calice est susceptible de donner lieu à un gros amas de têtes.

Mis à part cela, vous trouverez des formations de têtes sur les branches latérales, elles apparaitront d’abord où les branches rencontrent la tige principale. Lorsque la préfloraison commence, vous remarquerez l’apparition de petits pistils blancs sur ces sites. Avec le temps, des têtes commenceront à venir se développer et remplir les branches.

Par le biais de certaines techniques de palissage, la taille des têtes peut être augmentée de manière significative. Par exemple, l’étêtage ou le ScrOG ont pour objectif de transformer chaque site de tête en calice principal. Mais nous y reviendrons plus tard.

Qu’est-ce que le rendement par plant de cannabis ?

Le rendement est la quantité finale de têtes que vous obtiendrez de vos plants après la récolte. Au sein de l’industrie du cannabis, la mesure est généralement effectuée en grammes.

Déterminer si vous cultivez en intérieur ou en extérieur permettra de statuer sur la meilleure manière de mesurer ou prédire vos rendements. En extérieur, les rendements sont principalement mesurés en grammes par plant. Vous verrez donc les sélectionneurs promouvoir leurs plants comme produisant (par exemple) 300 g/plant. En intérieur cependant, la mesure est souvent en gramme par mètre carré (g/m²). Les plants se retrouvent souvent entre des valeurs de 400 et 500 g/m².

Cette dernière mesure prend en compte chaque mètre carré de la canopée qui est exposé à la lumière. Elle suppose qu’une technique de type SOG ou ScOG est employée afin de maximiser l’exposition des sites de têtes à la lumière. Si vous n’employez pas de telles méthodes, les rendements seront significativement plus bas que les valeurs annoncées par les banques de graines.

Qu’est-ce que le rendement par plant de cannabis ?
Qu’est-ce que le rendement par plant de cannabis ?

Rendement du cannabis sec VS humide

Avant de trop vous exciter au sujet d’un rendement massif, il est important de distinguer les rendements secs de ceux humides.

Lorsque les têtes sont récoltées à partir d’un plant de cannabis, elles seront pleines d’eau et cette dernière représentera près de 75–80 % de son poids. Si vous récoltez 100 grammes juste après la récolte, vous ne vous retrouverez qu’avec 20–25 grammes une fois affinée.

Un calcul très simple vous permet de déterminer votre rendement sec, une fois votre récolte humide pesée, multipliez ce chiffre par 0,25. Vous saurez ainsi ce que représente 25 % du poids de votre récolte humide.

Comment estimer des rendements pour des plants de cannabis en intérieur ?

Mais quelle quantité de weed un plant produit-il ? Ou bien dans le cas de la culture en intérieur, combien chaque mètre carré de canopée produit-il ? L’estimation est difficile et ne sera jamais plus qu’une estimation. Cela dit, en prenant en compte quelques-unes des influences majeures du rendement, il est possible d’avoir une idée de ce que votre culture produira.

L’influence de la taille du pot sur les rendements

La taille du pot aura un effet sur le rendement final. Pour faire simple, un plus grand pot signifie plus de récoltes potentielles. Cela dit, n’achetez pas le pot le plus grand que vous puissiez trouver, car cela s’accompagne d’un défi de taille : si vous ne le gérez pas correctement, alors c’est toute votre récolte qui est en péril.

Une augmentation de la taille du pot signifie plus d’espace pour le développement racinaire, ce qui vient encourager une augmentation du développement de tout ce qui se trouve au-dessus du sol. Une plante ne se développera pas plus qu’à une taille gérable par son système racinaire. Si les racines ne disposent pas de plus d’espace pour se développer, la plante ne sera pas à même de se soutenir ni d’assimiler des quantités suffisantes d’eau ou de nutriments.

De plus grandes plantes auront besoin de plus grande quantité d’eau, de nutriments et de lumière. Sans mentionner le fait qu’elles prennent aussi plus de place. De plus, une fois qu’une plante a atteint une certaine taille, elle nécessitera un palissage pour donner de bons résultats. Si vous n’êtes pas habitué à la culture du cannabis, nous vous conseillons de vous contenter de petites plantes qui demanderont moins d’entretien. Voici une raison de plus pour la mesure du rendement intérieur en g/m². Vous pouvez aussi bien disposer de 4 énormes plantes que de 16 petites. Même si les rendements finaux seront similaires, les plus petites plantes se développeront plus rapidement et demanderont moins d’entretien.

Le cultivateur moyen utilisera en intérieur des pots de 11 litres, cela permettra à votre plante d’atteindre les 90 cm : une taille raisonnable, surtout si vous cultivez en intérieur.

Cela dit, la taille n’est pas forcément un indicateur du rendement final. Certaines plantes peuvent prendre de la hauteur et finir grandes et toutes fines tandis qu’une plante plus trapue offrira davantage de rendements.

Pour les plantules et les jeunes plants végétatifs Pour de robustes plants en végétation Début du seuil de la taille de pot finale
10cm = 0,5L 25cm = 11L 46cm = 57L
13 - 15cm = 1L 30cm = 19L 61cm = 95L
18 - 20 cm = 4L 36cm = 26L  76cm = 114L
22cm = 7,5L 41cm = 19L
 

Comment les génétiques influent sur les rendements

Chaque variété de cannabis est génétiquement prédisposée à produire des rendements au sein d’une fourchette approximative. Certaines produisent des rendements titanesques de 1 500 g/plant ou plus en extérieur ! D’autres plantes, peu importe la manière dont vous les traiterez, proposeront des rendements significativement moindres.

Alors, faites vos recherches au préalable quant à quelles variétés cultiver et voyez si leurs rendements maximums vous conviennent. De plus, soyez conscient que ce n’est pas parce qu’une variété peut produire d’énormes rendements qu’elle le fera nécessairement : ce sera à vous de la traiter comme il se doit.

  • Estimer les rendements selon l’éclairage et la puissance en watt

Il est possible d’estimer votre rendement final selon la puissance générale en watt des éclairages employés. Cependant, il s’agit d’une estimation grossière qui variera selon le type d’éclairage. Par exemple, les lampes CFL, HPS et LED d’une même puissance en watt n’offriront pas la même photo-puissance à vos plantes. Les LEDs sont très efficaces et peuvent de ce fait offrir de très bonnes performances à une puissance en watt faible.

Dans la communauté des cultivateurs, la limite maximale de 1 gramme/watt est traditionnellement utilisée. Cela signifie que pour tout watt que votre culture reçoit, vous pouvez espérer obtenir 1 gramme de weed en retour. Donc, le rendement moyen d’une culture sous une lampe de 600 W devrait être 600 g. Espérer cela, surtout pour un novice, c’est être très optimiste. De manière plus réaliste, il vaut mieux viser 0,5 gramme/watt pour se faire une meilleure idée.

Une fois de plus, ici, c’est votre système qui compte. L’intensité des lampes est plus importante directement sous son centre et diminue au fur et à mesure de la périphérie de son rayon. Alors, pour maximiser la puissance en watt disponible, il vaut mieux placer quelques plantes en pleine lumière au centre, plutôt qu’un tas de plantes plus à l’ombre en périphérie.

CFL HPS
WATT 200W 100W
CABINET 60 x 60 x 160 60 x 60 x 160
GRAMS 80 - 150 gr 80 - 100 gr
HPS LED LED
250W 100W 400-600W
80 x 80 x 160 60 x 60 x 160 120 x 120 x 200
230 - 250 gr 100 - 150 gr 400 - 650 gr
 
  • Estimation des rendements selon l’espace disponible

Disposer de plus d’espace équivaut à avoir l’opportunité de cultiver des plantes plus imposantes. Même s’il existe plusieurs équations vous permettant de déterminer le rendement exact selon la place dont vous disposez, le principe général est le suivant : plus vous avez de place, plus vous pouvez cultiver de grosses plantes ou de grandes quantités de plantes. De plus, vous serez à même d’utiliser des lampes puissantes et de plus gros pots.

Si vous ne pouvez pas illuminer ou même chauffer suffisamment un grand espace afin de répondre aux besoins de plantes, alors vous obtiendrez très probablement de meilleurs résultats en diminuant la taille de votre culture et en offrant à vos plantes tout ce dont elles ont besoin.

Comment estimer les rendements de vos plantes d’extérieur

Alors, quelle quantité de weed pouvez-vous tirer d’une seule plante en extérieur ?

Lorsque l’on passe à la culture en extérieur, le rendement potentiel de chaque plante augmente considérablement selon la variété. Dans un bon environnement, les plantes auront accès à l’incroyable pouvoir du soleil ainsi qu’à énormément d’espace où se développer. Tout cela peut se traduire par de plus gros rendements.

  • Estimer le rendement selon la taille du pot

En extérieur, la taille du pot peut même commencer à 25 litres. En considérant que cela est plus du double du volume du pot moyen en intérieur, il semble logique qu’une plante montre une croissance bien plus importante en extérieur.

Mais comme auparavant, la taille du pot seule ne garantit pas des rendements massifs. C’est seulement lorsqu’elle reçoit suffisamment de soleil et de nutriments qu’une plante remplira les promesses d’un pot gigantesque.

Estimer les rendements des plantes à autofloraison

L’estimation des rendements de plantes à autofloraison est légèrement différente de celle des plantes photopériodiques. Globalement, puisqu’il s’agit de plantes plus petites, les autoflos ont tendance à offrir de meilleurs rendements en extérieur, surtout en SOG. Alors que les rendements des plantes photopériodiques peuvent augmenter de manière exponentielle en extérieur, la frontière entre les deux n’est clairement pas aussi importante avec les variétés à autofloraison.

Cependant, même si les rendements sont moins importants, la culture des autoflos est généralement plus rapide et plus simple que celle des variétés photopériodiques. Plus spécifiquement, elles iront généralement 33 % plus vite que les variétés photopériodiques à atteindre la récolte : il est donc possible d’accéder à plusieurs récoltes en une seule saison de culture.

En extérieur, les plantes photopériodiques ne commenceront leur floraison qu’à la fin de l’été. Même si le soleil printanier et estival contribue à l’énormité de leurs rendements, il est possible de récolter 3 récoltes consécutives en autofloraison durant ce laps de temps et non pas une seule récolte de plants photopériodiques.

Au fur et à mesure que les plantes à autofloraison se stabilisent, leur qualité ne fait qu’augmenter. Bientôt, leurs rendements dépasseront celles des photopériodiques.

Estimer les rendements des plantes à autofloraison

Autres points importants qui affectent le rendement du cannabis

Même si nous avons pris en compte les déterminants principaux des rendements finaux de vos récoltes, il reste de nombreux facteurs qui finiront par dicter la qualité de votre récolte.

  • Génétique

Comme nous l’avons mentionné auparavant, la génétique joue un rôle crucial dans le rendement de vos plantes. Heureusement, la recherche de gènes en particulier est très simple par le biais du catalogue RQS. En général, les hybrides à dominance sativa seront les plantes les plus généreuses, mais certaines variétés indica pourraient vous surprendre en réfutant cette affirmation.

Il est aussi possible de chercher spécifiquement un cannabis à haut rendement.

Les quatre variétés à plus hauts rendements actuellement en stock sont :

  • Green Gelato — Jusqu’à 700g/m² | 800g/plant
  • Amnesia Haze — Jusqu’à 650g/m² | 700g/plant
  • Shogun — 600g/m² | 750g/plant
  • Skunk XL — 650g/m² | 675g/plant
  • Nutriments

Les plantes doivent être nourries ! SI une plante ne dispose pas d’assez de nutriments, elle ne sera pas à même de produire un nombre de têtes impressionnant. Cependant, ne faites pas d’excès de zèle dans vos routines de nutrition. Trop d’engrais provoquera un blocage des nutriments. Il s’agit du moment où les niveaux de nutriments du substrat sont tellement élevés, qu’ils viennent bloquer l’assimilation de la nourriture par les racines.

Les variétés à autofloraison ont tendance à nécessiter moins de nutriments, n’oubliez pas cela. Vous devrez peut-être commencer par en apporter moins que recommandé et voir comment elles se portent.

Nutriments
  • Puissance lumineuse

Des lampes plus puissantes équivalent à une croissance plus vigoureuse et des têtes plus grosses… Sauf si elles sont trop intenses et qu’elles viennent brûler vos plantes. De la même manière, un ciel sans nuage et un soleil intense viendront offrir de meilleurs rendements qu’une météo bretonne stéréotypée.

En intérieur, le nombre de plants et la taille des pots devront coïncider avec la quantité de lumière offerte. En extérieur, vivre dans le Sud de l’Europe ou en Californie offrira un bon coup de pouce !

  • Météo, température et humidité

Les niveaux lumineux ne sont pas le seul facteur environnemental à prendre compte. Les plantes aiment la chaleur et un bon niveau d’humidité. Les sativas sont particulièrement délicates et aiment les environnements chauds et plutôt secs. Si vous cultivez dans le nord, choisissez plutôt un hybride robuste à dominance indica. La culture de ces variétés se termine généralement plus tôt dans l’année, ce qui s’avère être un point pratique pour ceux habitant dans les régions les plus au nord. Il n’y a aucun intérêt à cultiver une variété sativa qui produit 2 kg de tête et finit sa culture à la fin du mois d’octobre si vous résidez en Suède.

En intérieur, vous pouvez contrôler tous ces facteurs. Si vous disposez d’une tente et d’un système de ventilation, il est possible de faire des microajustements. Si vous disposez d’une pièce de culture, vous avez tout de même un tas de manières de garder le contrôle, surtout sur les températures.

Météo, température et humidité
  • Temps passé en croissance

La phase de croissance détermine la taille finale d’un plant de cannabis. Une fois la floraison débutée, l’énergie va vers le haut et vers les extrémités pour produire des têtes. En général plus vos plantes restent en croissance, plus les rendements finaux seront importants.

Avec les variétés autofloraison, il est impossible de contrôler la durée de cette étape, mais il reste possible de s’assurer que chaque jour de croissance soit bien rempli. Avec les plantes photopériodiques, vous pouvez dicter le moment du déclenchement de la floraison en intérieur (quand vous passez au cycle en 12/12). Généralement, on laisse aux plantes entre 2 semaines et 2 mois pour leur croissance.

En extérieur, les plantes ne commenceront leur floraison que lorsqu’elles sentiront l’automne approcher (alors que la lumière disponible diminue). Pour en tirer le maximum, plantez aussi tôt que possible, car elles continueront de se développer tout le printemps et l’été.

Palissage
  • Palissage

Les techniques de palissage peuvent grandement améliorer vos rendements finaux. La plupart sont utilisées en extérieur, mais l’installation de treillis de culture et des méthodes de palissage à faible stress (LST) peuvent aussi être mises en place en extérieur.

En intérieur, le SOG, ScrOG, l’étêtage, la défoliation et le palissage à haut stress sont des options viables. Bien que chacune de ces méthodes soit différente les unes des autres, elles partagent le même but fondamental : augmenter l’exposition des sites de têtes à la lumière. Votre niveau de compétence, l’espace disponible, le temps dont vous disposez et le type de plante que vous cultiverez viendront déterminer les techniques que vous mettrez en place.

Notez que la plupart des cultivateurs évitent d’étêter les plantes à autofloraison, car elles ne disposent pas d’assez de temps pour s’en remettre avant d’entrer en phase de floraison.

  • Hydroponie

Un système hydroponique peut augmenter vos rendements jusqu’à 20 %. Cela est dû à une assimilation des nutriments plus efficace. Même si cette méthode de culture est efficace, elle s’accompagne de défis très différents et nécessite un système plus complexe laissant un peu plus de place à l’erreur.

Mais si vous ça vous branche, allez-y !

Hydroponie

Déterminer les rendements du cannabis : conclusion

Vous ne pourrez jamais savoir précisément combien de weed vous obtiendrez à partir d’un plant posé devant vous. Mais en comprenant les différents facteurs en jeu, vous pourrez faire une estimation bien plus précise de ce vers quoi vous tendez.

Si vous êtes novice, ne vous en faites pas trop, tout est question d’apprentissage et c’est la pratique qui mène à la perfection. Avec le temps, vous renforcerez vos compétences indispensables et il est clair que vous pourrez atteindre la récolte de vos rêves.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.