Il existe beaucoup de facteurs qui contribuent à la réussite d’une culture de cannabis généreuse. L’éclairage, les éléments nutritifs, le débit d’air et l’humidité jouent tous un rôle important dans la croissance et la vitalité d’une culture. L’eau, cependant, est l’un des aspects les plus importants afin de garder ses plants de cannabis forts et en pleine santé.

L’arrosage n’est pas toujours aussi simple qu’il n’y paraît. De nombreux cultivateurs ont l’impression que la saturation complète de leur culture en eau chaque jour, suffit pour aider les plantes à obtenir leurs besoins en eau.

La vérité, c’est que le processus d’arrosage ne se limite pas à l’arrosage. Arroser les plants de cannabis est un exercice d’équilibre qui prend du temps et de l’expérience afin de se perfectionner. Une trop grande quantité d’eau peut entraîner de graves problèmes pour les plantes, et empêcher l’apport d’oxygène. À l’autre extrémité du spectre, trop peu d’eau peut entraîner des conditions extrêmement sèches qui laissent les plants de cannabis assoiffés, ce qui finit par les faire dépérir.

Nous allons voir comment reconnaître si vous êtes en sous ou sur-arrosage, et comment corriger ça.

Sur Arrosage Plantes Cannabis

SUR-ARROSAGE DE VOS PLANTS

Le sur-arrosage est une erreur facile à commettre lorsque l’on cultive du cannabis, et elle est probablement causée par le fait que les plantes ont besoin de doses constantes d’eau. C’est un piège dans lequel les débutants tombent souvent.

Les plants de cannabis utilisent en fait leur système racinaire pour respirer de l’air, en plus d’absorber de l’eau, et si leurs racines sont constamment submergées dans l’eau, elles commenceront à se noyer.

Un des principaux symptômes du sur-arrosage est la chute des feuilles. Cependant, ce n’est pas le même genre de problèmes qu’en sous-arrosage - lorsque les feuilles semblent fanées. En fait, c'est le contraire. Les feuilles sont tellement pleines d’eau qu’elles sont obligées de se recourber sur elles-mêmes. Cela les rend très fermes.

En plus, le taux de croissance des plantes trop arrosées ralentira considérablement ou pourrait même s’arrêter complètement. Ceci est dû aux conditions anaérobies qui surviennent en raison du manque d’oxygène disponible pour le système racinaire.

Un autre symptôme du sur-arrosage d’un plant de cannabis est le jaunissement des feuilles. C’est le signe d’un problème de nutriments, c’est un effet secondaire du sur-arrosage.

Si vous avez l’un de ces symptômes chez vos plantes et que vous pensez que la cause première est un excès d’eau, la meilleure chose à faire est d’arroser moins souvent. Attendez que la couche supérieure du sol semble sèche et s’assèche avant d’arroser de nouveau. Un bon test est de mettre votre index dans le sol jusqu’à l’articulation. S’il est sec, pensez à arroser.

De plus, assurez-vous que chaque plante a un drainage adéquat et que l’eau ne s’accumule pas au fond du pot ou du contenant dans lequel se trouve votre pied. Vous voulez que l’excès d’eau s’écoule du contenant, en laissant le sol humide mais non gorgé d’eau.

Sous Arrosage Plantes Cannabis

LE SOUS-ARROSAGE DE VOS PLANTS

Les plantes de cannabis sous-arroser auront l’air très faibles, sans vie et montreront des signes de flétrissement. Il n’est donc pas étonnant qu’elles commencent à s’en rendre compte, ainsi que le rôle vital de l’eau dans la physiologie des plantes. Le flétrissement du cannabis sous-arroser est différent du frisement ; quand les feuilles se recourbent- même si c’est subtil. Les feuilles seront fragiles, cassantes comme du papier. Elles auront l’air sans vie et ternes. Un autre signe d’une plante de cannabis sous-arroser, un milieu de culture extrêmement sec, comme un sol craquelant.

Le sous-arrosage se produit lorsque les cultivateurs ne répondent tout simplement pas aux besoins de leur plante. Sans une quantité suffisante d’eau, le système racinaire se dessèche et la croissance et le rendement peuvent être réduits. Assurez-vous d’arroser votre plante lorsque la couche supérieure de terre a séché. Laisser la terre plus longtemps comme ça peut avoir des effets néfastes.

Un autre aspect qui peut causer le sous-arrosage est de ne pas utiliser la taille correcte de pot à certains stades de croissance. Par exemple, la croissance d’une jeune pousse dans un grand pot peut réduire les chances de la plante d’absorber suffisamment d’eau, car son petit système racinaire n’a pas la possibilité d’absorber l’eau avant qu’elle ne s’écoule.

LA QUALITÉ DE L’EAU EST PRIMORDIALE

Outre la fréquence d’arrosage, la qualité de l’eau utilisée pour alimenter une culture de cannabis est également un facteur très important.

Les plantes de cannabis sont composées d’environ 90 % d’eau, et la substance est nécessaire lors de divers processus physiologiques vitaux tels que la photosynthèse et la transpiration. Lorsqu’on utilise une source d’eau de mauvaise qualité pour approvisionner les plantes de cannabis, ces processus peuvent être moins efficaces qu’ils ne peuvent l’être, et dans le pire des cas, néfastes.

Lorsque ces perturbations se produisent, les symptômes peuvent se manifester et sembler presque identiques à une série d’autres maladie comme la sur-fertilisation ou la sous-fertilisation, le manque d’eau, et même le stress thermique. C’est un exemple parfait de la raison pour laquelle il faut toujours vérifier deux ou trois fois la cause lorsqu’on a des problèmes avec la santé des plants de cannabis.

Stress De Chaleur Plantes De Cannabis

À QUELLE FRÉQUENCE DEVEZ-VOUS ARROSER VOS PLANTS ?

Cette question a en fait beaucoup de réponses différentes, car de nombreuses variables sont en jeu. Pour cette raison, il n’existe pas de réponse exacte. Par exemple, la température, l’humidité et d’autres facteurs environnementaux peuvent tous changer dans la fréquence d’arrosage demandé.

Cependant, il y a des signes révélateurs qui indiquent qu’il est temps d’arroser à nouveau vos plantes. La vérification de la couche supérieure du sol est une façon de l’identifier. Attendez que cette partie du sol soit sèche avant d’arroser à nouveau pour éviter de trop arroser. Une fois que vous l’avez fait plusieurs fois, vous devriez comprendre combien de temps cela prend entre chaque arrosage, puis vous pourrez continuer avec cette période de temps.

Une autre façon de savoir si c’est le bon moment d’arroser est de faire attention aux feuilles de vos plantes. Bien entendu, attendre suffisamment longtemps avant que les symptômes n’arrivent n’est pas judicieux, mais tout signe de flétrissement doit être immédiatement suivi par un arrosage.

SURVEILLER LE PH

Avant de commencer la culture, vérifiez la qualité de votre eau. Un facteur important en matière de qualité de l’eau est le pH. Le pH est une échelle numérique utilisée pour mesurer l’acidité ou l’alcalinité d’une solution, la valeur moyenne de 7 étant neutre. Les nombres inférieurs à 7 représentent l’acidité, et les nombres supérieurs à 7, l’alcalinité.

Un pH trop élevé ou trop bas peut causer des problèmes aux plantes de cannabis, car le pH de l’eau peut dicter la capacité d’absorption des éléments nutritifs. Un pH trop bas ou trop élevé de l’eau peut affecter le pH de votre milieu de culture au fil du temps, ce qui se traduit par des symptômes identiques à ceux causés par certains problèmes nutritionnels.

Les plantes de cannabis ont tendance à prospérer à un pH d’environ 6,5. Le pH peut être mesuré très facilement en appliquant simplement un pH mètre autour d’un échantillon de ruissellement d’eau. Le ruissellement est l’eau qui s’écoule de votre récipient de culture, après avoir traversé votre milieu de croissance. Si le pH est trop élevé ou trop bas, on peut utiliser des régulateurs de pH pour le ramener à un niveau normal.

PPM

La ppm est un autre facteur important de la qualité de l’eau. La ppm, ou partie par million, est une méthode de mesure de la quantité de minéraux dissous dans l’eau utilisée. Ainsi, une lecture de 90 ppm indique qu’il y a 90 milligrammes par litre de minéraux présents dans l’eau.

Connaitre la teneur en ppm dans l’eau permet aux cultivateurs d’éviter de donner à leurs plantes trop ou pas assez de minéraux. Un manque de minéraux peut entraîner des carences, alors qu’un trop grand nombre peut causer des brûlures. Les plantes de cannabis préfèrent une ppm d’environ 500 ppm en phase végétative, et favorisent une ppm d’environ 1000 ppm pendant la période de floraison du cycle de culture.

Les tests tds, qui mesurent les solides dissous en totalité, peuvent être utilisés pour mesurer les ppm d’une source d’eau.

Surveiller la ppm est assez sophistiqué, mais bien qu’utile, elle n’est pas essentielle pour les débutants. Gardez simplement çà à l’esprit lorsque vous chercherez à élargir vos connaissances et vos compétences.

EAU À OSMOSE INVERSÉE

Bien que les solides dissous en totalité dans votre eau puissent être adéquats, toutes les substances contenues dans une source d’eau ne sont pas nécessairement bénéfiques pour votre culture de cannabis. L’eau pourrait être contaminée par d’autres facteurs, comme des polluants et des bactéries. Les filtres à osmose inversée sont une excellente option pour éliminer presque tout ce qui se trouve dans une source d’eau, permettant aux cultivateurs de ne rajouter que ce qu’ils veulent à leurs plants.

Les filtres à osmose inversée sont capables d’éliminer 95-99 % des sels dissous dans un échantillon d’eau et c’est donc une méthode standard de nettoyage de l’eau à échelle industrielle.

Encore une fois, l’utilisation de l’eau par osmose inverse est une technique de culture sophistiquée.

Avec tout ça en tête, vous devriez être en bonne voie pour comprendre comment le sur-arrosage et le sous-arrosage affectent vos plantes - ainsi que la qualité globale de l’eau en général.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander