Cultiver du cannabis peut être une expérience aussi gratifiante qu’agréable et profitable. Il n’y a rien de semblable au fait de s’asseoir pour se détendre avec un produit fini issu de vos efforts, en repensant aux heures que vous y avez passé et aux techniques que vous avez apprises et qui se ressentent dans les effets qu’il provoque. Pourtant, comme presque tout dans la vie, cela a un prix.

On est souvent récompensé lorsque l’on endure les épreuves et l’adversité d’un défi. Le produit fini, composé de têtes de cannabis collantes et bien mûres est extrêmement gratifiant, pourtant, l’apprentissage de la culture du cannabis peut être long et plein de difficultés auxquelles il faudra vous adapter.

Parmi les plus grosses menaces capables d’empêcher le cultivateur en extérieur d’accéder à des récoltes abondantes et saines, se trouvent les parasites. Les parasites peuvent se trouver dans toutes les tailles et sous toutes les formes, la plupart d’entre eux affectant ou attaquant des parties différentes de l’anatomie de la plante, et cela, de plusieurs manières. Les cultures en extérieur sont bien plus susceptibles d’être affectées par des invasions de parasites que les cultures d’intérieur, principalement, car elles sont beaucoup plus exposées aux éléments et aux petits insectes vivant dans les jardins, les champs et les forêts.

Bien sûr, vous pouvez choisir de suivre le chemin classique et d’appliquer toute sorte de produits chimiques afin d’empêcher de telles invasions. Cependant, beaucoup de pesticides ont été prouvés dangereux, à la fois pour leurs consommations par l’Homme et pour l’environnement. De plus, vous risquez de contaminer votre cannabis, fruit de vos efforts, avec ces produits chimiques.

Ci-dessous, vous trouverez une variété de méthodes que les cultivateurs d’extérieur peuvent employer afin de lutter contre les invasions de parasites, et de minimiser les dommages en cas d’invasion.

LE COMPAGNONNAGE VÉGÉTAL

L’association de plantes se trouve être une excellente manière, naturelle et holistique, de bloquer le passage des parasites indésirables vers votre jardin cannabique. De plus, cette stratégie est l’excuse parfaite pour introduire d’autres plantes au sein de votre jardin, et donc d’en booster la biodiversité et d’y ajouter un attrait esthétique. Et en bonus, certains de ces compagnons pourront même être servis au dîner.

Le concept de compagnonnage végétal est relativement transparent. L’idée est d’entourer votre culture de cannabis de plantes qui feront office d’alliées afin de produire de nombreux effets positifs, tels qu’une réduction du risque de maladie ou d’infection parasitaire.

Disposer de nombreuses rangées du même type de plante est appelé monoculture, et va absolument à l’encontre des écosystèmes vivants dans la nature. Lorsque l’on se balade en forêt, on peut être témoin de ce que l’on appelle la polyculture, c’est à dire la croissance de différentes espèces végétales se développant en synergie. C’est exactement ce que la nature demande.

La diversité se trouvant dans les polycultures augmente la biodiversité locale et forme un habitat, qui sera bénéfique pour les espèces vivant en son sein, et donc pour la santé globale et la vitalité du système. Lorsque l’on incorpore un plant de cannabis dans un système de polyculture, au lieu de juste ne lui offrir qu’une parcelle de terre et de l’y isoler, vous recréerez un environnement naturel, le protégeant ainsi des parasites et autres pathogènes.

La polyculture minimise beaucoup de risques, et peut attirer des insectes prédateurs au sein du système. Le compagnonnage des plantes peut également agir en tant que pesticide naturel grâce aux produits chimiques (naturels) que certaines plantes relâchent dans leur environnement local. Des exemples de plantes faisant de bons compagnons sont la mélisse, la lavande, la coriandre, le basilic, et la menthe poivrée.

Menthe, Ciboulette À L'Ail Et Capucine Plantes Compagnes Pour Le Cannabis

Les arômes forts et puissants des plantes de la famille des menthes déroutent les parasites et de ce fait, protègent les plants de cannabis. Cependant, la menthe est connue pour se répandre à vitesse grand V, il est donc conseillé de la garder en pots. La ciboulette produit aussi une forte odeur, qui pourrait distraire les parasites ; il s’agit de plus d’une plante qui se marie parfaitement avec beaucoup de plats cuisinés.

La capucine est souvent utilisée comme plante sacrificielle ; lorsqu’elle est cultivée en tant que plante d’association, elle agit en attirant les insectes loin des plantes d’intérêt et en les subissant à leurs places. Les fleurs de cette belle plante aident également à attirer les insectes prédateurs bénéfiques.

STÉRILISEZ VOTRE TERRE

Stériliser votre terre vous aidera à ne vraiment plus rien risquer. Beaucoup de parasites et de pathogènes résident peut-être dans votre terre de culture. La stérilisation via l’exposition à de fortes chaleurs, que ce soit par solarisation ou par la vapeur, aidera à tuer la plupart de ces menaces potentielles.

Stérilisation Par Vapeur Et Solarisation

LES INSECTES BÉNÉFIQUES

Des insectes bénéfiques peuvent être introduits dans votre jardin cannabique afin d’agir contre les parasites. Ces prédateurs se nourrissent de toute sorte d’insectes qui auraient tendance à avoir un goût prononcé pour le cannabis et donc à endommager vos récoltes.

L’introduction d’Ichneumonidae (guêpe parasite) dans votre jardin peut aider à diminuer le nombre de chenilles, car ces dernières peuvent causer des dommages significatifs aux récoltes d’intérieur comme aux récoltes d’extérieur.

Les guêpes femelles injectent leurs œufs au sein des chenilles vivantes. Ces œufs se développeront ensuite pour devenir des larves, et ces larves consommeront les chenilles de l’intérieur. Ce n’est pas spécialement ragoûtant, mais ça reste profitable pour la vitalité, la santé, et la productivité de vos récoltes de cannabis.

Les mantes religieuses peuvent elles aussi être introduites à votre jardin et agir en tant qu’insecte prédateur bénéfique, car elles semblent adorer les chenilles.


LA TERRE DE DIATOMÉES OU KIESELGUHR

La terre de diatomées est essentiellement un mélange d’éclats microscopiques composés de fossiles, qui infligent des dommages aux insectes qui entrent en contact avec eux. Elle peut être utilisée pour créer une barrière de protection contre les « locaterre », tels que les fourmis.

L’HUILE DE NEEM

Beaucoup de parasites, tels que les pucerons, détestent l’huile de neem. Une concoction à base d’huile de neem et d’eau, placée dans un pulvérisateur, aidera à lutter contre un grand nombre d’envahisseurs.

STICKY PADS

Des sticky pads (pièges de papier adhésif) peuvent être placés tout autour de vos plants de weed afin de piéger les parasites. Si ces derniers sont volants, comme le sont les moucherons, ils seront piégés sur le papier en s’y posant. Ces pièges ne mettront pas un point final à vos problèmes de parasites, mais ils en réduiront certainement le nombre.

LA MISE EN PLACE D’UN FILET DE PROTECTION

Pour le moment, nous ne sommes concentrés que sur les tout petits. Mais il existe aussi de plus grosses créatures dans ce monde qui pourraient elles aussi voir vos plants de cannabis comme une réserve de nourriture. Les oiseaux sont clairement sur cette liste, et ils sont clairement plus gros que les insectes, et donc bien plus dangereux pour vos récoltes. Cela dit, si votre projet est de vous lancer dans la culture d’une plante à partir d’une graine, il est grand temps de vous soucier de ces dévoreurs de graines volants.

Un moyen simple et efficace de stopper les fringales des oiseaux à l’encontre de vos graines est de mettre en place un filet tout autour de votre plantation. La mise en place d’un filet de protection empêchera les oiseaux d’accéder à vos plantes, tout en laissant passer un afflux normal de lumière.

Il faut noter que la présence d’oiseaux peut aussi parfois être bénéfique, car ils agissent contre certains parasites, tels que les chenilles.

LA MISE EN PLACE DE BARRIÈRES

Il ne fait aucun doute que nous aimons nos animaux de compagnie et que leur place dans nos cœurs est toute particulière. Mais un amour inconditionnel ne les empêche pas de mal se conduire de temps à autre. Les chats et les chiens adorent passer du temps dehors, et s’amusent à explorer les jardins. Certaines de leurs activités préférées incluent de creuser des trous, courir à toute vitesse, uriner et déféquer.

Dresser vos animaux peut leur permettre de profiter de votre jardin, sans pour autant abîmer vos plantes. Si des méthodes plus radicales sont nécessaires, la mise en place de barrières ou de filets peut aussi avoir lieu.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander