Avec les années, beaucoup de choses ont été dites sur le cannabis. En étant complètement honnête, on peut dire que certaines sont entièrement vraies, certaines variétés peuvent vous rendre léthargique et contre-productif, mais pour chaque déclaration se révélant vraie sur le cannabis, on trouve aussi des accusations insensées. Depuis de nombreuses années, la consommation de cannabis est considérée comme préjudiciable à la fertilité. Cette idée s’applique aux hommes comme aux femmes et provient de nombreuses études menées sur ce sujet depuis des années.

Cette théorie vient d’être balayé du revers de la main, et se retrouve la tête en bas depuis que la dernière étude en date a découvert que le cannabis, qu’il soit consommé par l’homme ou la femme, ne fait pas diminuer les chances de grossesses. À la suite d’une telle révélation si différente, on peut commencer à remettre en question l’intégrité des projets de recherches antérieurs ainsi que ce qu’il nous reste à vraiment découvrir sur le cannabis.

POURQUOI ÉTUDIER LES TAUX DE CONCEPTIONS AUJOURD’HUI ?

Publiée par « The Journal Of Epidemiology and Community Health » (JECH), leur proposition était une revue pour évaluer les liens entre la consommation de cannabis et la probabilité de conception. La raison pour laquelle le timing de ce sujet est vraiment essentiel se trouve dans l’augmentation de la tendance à la légalisation du cannabis dans le monde entier. Beaucoup d’États américains considèrent désormais la consommation personnelle de cette drogue comme légale. Même le Canada compte se diriger, plus tard cette année, vers une légalisation de cette drogue dans tout le pays. Si les études antérieures concernant le sujet se révèlent concluantes, cela pourrait être désastreux pour les taux de conceptions.

Le cannabis est considéré comme étant la drogue la plus consommée au sein des couples en âge de concevoir des enfants, de ce fait, Lauren Wise, professeur en épidémiologie « a pensé que ce serait le moment opportun d’enquêter sur l’association faites entre la consommation de cannabis et la fertilité ». L’infertilité coûtant 5 milliards de dollars par an au système de santé publique américain, on peut comprendre pourquoi il était important de se concentrer sur ce sujet.

Fertilité Du Couple Cannabis

LES CONSÉQUENCES DE CETTE ÉTUDE

Cette étude a duré 4 ans et s’est basée sur un échantillon de 4 194 femmes âgées de 21 à 45 ans et vivant aux États-Unis et au Canada. Toutes les candidates se trouvaient dans des relations stables et il leur a été demandé de compléter un certain nombre de questionnaires à remplir elles-mêmes durant toute cette période. Ces quatre mille femmes ont également été invitées à demander à leur partenaire masculin de prendre eux aussi part à l’étude, 1 125 d’entre eux ont accepté. Ces questionnaires à remplir soi-même ont été complétés toutes les 8 semaines durant un an, jusqu’à ce que les candidat·e·s abandonnent, tombent enceinte ou commencent des traitements additionnels d’aide à la fertilité.

Ils en ont déduit que, bien que 12 % des patientes et 14 % des hommes aient révélé avoir consommé du cannabis au cours des deux mois précédant l’enquête initiale, les probabilités de conception entre les couples qui consommaient ou non du cannabis au cours des 12 cycles de suivi étaient très similaires.

Mais cette conclusion n’est pas sans s’accompagner de quelques avertissements. Alors qu’elle a aidé à prouver fausse des études antérieures, elle n’a pas prouvé de manière concluante, qu’il n’y avait pas d’impact existant entre la consommation de cannabis et la fertilité. Les chercheurs ont vite pointé le fait que la nature même d’une étude basée sur internet contenait des variables. Il peut être compliqué de quantifier la validité de données lorsque les candidat·e·s fournissent les informations par eux-mêmes, ils n’ont pas non plus été en mesure de définir si les personnes ayant coché la case « oui » pour la consommation de cannabis étaient des consommateurs réguliers ou ponctuels.

UNE MEILLEURE COMPRÉHENSION EST ENCORE NÉCESSAIRE

Le commentaire de clôture était, que « les études futures avec des données spécifiques au jour le jour sur la consommation de cannabis pourraient être en mesure de distinguer les effets aigus des effets chroniques dus à la consommation de cannabis ». Étant donné qu’il y a encore beaucoup à apprendre sur le cannabis et son impact sur notre fertilité, de nombreuses sociétés médicales recommandent encore d’éviter la consommation de cette drogue chez toute personne enceinte ou essayant de tomber enceinte. Il semble qu’il ne se passe pas un jour sans qu’un contre-argument de certaines recherches antérieures et accablantes sur les effets du cannabis n’apparaisse. Le fait demeure cependant que, malgré ces révélations, beaucoup plus de recul est nécessaire, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander