La maladie de Parkinson est un trouble handicapant, qui demande une réponse rapide. Des scientifiques investiguent à présent si le cannabis pourrait avoir un potentiel pour le traitement.

La Maladie de Parkinson (MP) est le nom contemporain d’une maladie dégénérative du cerveau qui a été remarquée par l’humanité depuis les débuts de l’histoire écrite. Dans l’Inde antique, les médecins du système médical traditionnel Ayurveda l’appelaient Kampavada. En 175 de notre ère, elle a été remarquée par Galien de Pergame, le médecin et philosophe grec, comme la « Paralysie Agitante ». En 1817, le médecin londonien Dr James Parkinson a écrit « Un Essai sur la Paralysie Agitante », détaillant un trouble observé chez plusieurs de ses patients et connaissances. Vers la fin du siècle, avec l’étendue des investigations scientifiques, le neurologue Jean-Martin Charcot a reconnu l’importance des travaux de Parkinson et a donné son nom à la maladie. Nous luttons depuis longtemps contre cette maladie et les traitements modernes sont loin d’être idéaux. Certains scientifiques pensent à présent que le cannabis pourrait aider et ils explorent activement son potentiel.

Tout d’abord, regardons la maladie elle-même.

QU’EST-CE QUE LA MALADIE DE PARKINSON ?

Trouble du mouvement chronique et progressif affectant généralement les personnes âgées, la MP implique une malfonction et la mort de cellules nerveuses vitales dans une partie du cerveau appelée substantia nigra. Certains de ces neurones mourant produisent de la dopamine, une hormone que le cerveau utilise pour communiquer avec d’autres zones du cerveau contrôlant le mouvement et la coordination. Les dégâts provoqués affectent les capacités motrices, ce qui rend le fonctionnement difficile. Avec le temps, il y a de plus en plus de neurones morts, ce qui fait que la production de dopamine réduit encore plus, et la maladie s’aggrave.

Les symptômes spécifiques varient d’une personne à l’autre mais les indicateurs primaires sont :

• Tremblements des mains, bras, jambes, mâchoires et du visage

• Bradykinésie ou lenteur et hésitation du mouvement

• Rigidité et raideur des membres

• Instabilité posturale ou mauvais équilibre et mauvaise coordination

Il y a aussi des symptômes non-moteurs provoqués par l’accumulation de masses de protéine alpha-synucléine dans dans les bulbe olfactif et le tronc cérébral, qui affectent la régulation du sommeil et l’odorat.

Il n’y a pas de cause connue de la MP et pas de remède. Après des années d’études intensives, des médicaments comme le Levodopa ont été développés. Ces médicaments peuvent aider à gérer la maladie, mais pas renverser la gravité de certains symptômes. Malheureusement, la consommation à long-terme de Levodopa et d’autres médicaments similaires peuvent provoquer des effets secondaires comme la dyskinésie, la perte d’appétit et l’insomnie.

cannabis parkinson

 

CANNABIS ET MALADIE DE PARKINSON

Il faut noter que des études cliniques en profondeur doivent encore être menées pour déterminer les effets thérapeutiques des composés du cannabis sur les malades de MP. Cependant, il existe un grand corpus de preuves pré-cliniques volontairement apportées par les personnes atteintes de MP qui consomment du cannabis. Par exemple, 49,5 % des consommateurs de cannabis atteints de MP ont rapporté des effets bénéfiques liés à la consommation de cannabis en répondant à un questionnaire du Centre des Troubles du Mouvement de Prague en 2014.

Ces bienfaits incluaient une réduction des tremblements au repos, un soulagement de la bradykinésie et de la dyskinésie provoquée par le Levodopa, une stimulation de l’appétit et un meilleur sommeil.

D’autres études ont cherché à aborder les effets cliniques observables du cannabis chez les patients consommant déjà du cannabis médical. 17 patients atteints de MP ont été observés par une équipe de chercheurs pour déterminer comment la consommation de cannabis affectait les symptômes de la MP. Il a été découvert que la consommation de cannabis augmentait significativement les capacités motrices tout en réduisant la douleur perçue, 30 minutes après consommation de cannabis. L’étude était à une échelle trop petite pour être considérée comme étant définitive, cependant, elle pose les bases pour des recherches plus en profondeur.

Il reste encore beaucoup à apprendre sur les complexités du cerveau et sur les effets médicaux du cannabis. Il existe des éléments scientifiques qui indiquent que les cannabinoïdes ont un rôle important à jouer dans la santé neurale pour la prévention et le traitement de maladies dégénératives du cerveau comme la MP.

Il n’est pas exagéré de penser que le cannabis peut jouer un rôle positif dans le traitement de la maladie de Parkinson. La région du cerveau affectée par la maladie regorge de récepteurs à cannabinoïdes. D’autres troubles du cerveau et du système nerveux comme la Sclérose en Plaques et la Maladie d’Alzheimer semblent aussi tirer des bienfaits de l’introduction de cannabinoïdes exogènes.

Le développement de traitements pour ralentir ou stopper la maladie de Parkinson est impératif pour soulager les souffrances des patients. Plus de recherches sont certainement dans les cartons. Ce n’est qu’une question de temps avant que le vrai potentiel du cannabis ne soit documenté dans des essais cliniques approfondis.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander