Avoir une commotion cérébrale peut être extrêmement traumatisant. Non seulement au moment de l’impact, mais aussi dans les semaines, les mois et même les années qui suivent. Certains symptômes d’une commotion cérébrale peuvent être handicapants et, malheureusement, l’un des traitements les plus efficaces pour cette pathologie est le temps. Souvent, les personnes atteintes doivent attendre que le cerveau tente de se réparer. La recherche, même si elle n’en est qu’à ses débuts, peut montrer que le cannabis détient la clé du rétablissement. Non seulement dans les phases postérieures de la commotion cérébrale, mais aussi pour aider à réduire l’étendue des dommages initiaux.

Malgré les craintes exprimées depuis des décennies par des experts proposant que le cannabis puisse endommager les cellules cérébrales, de nouvelles recherches suggèrent qu’il pourrait aider à réparer les nerfs endommagés par les impacts sur le cerveau. Plusieurs études offrent un aperçu de la façon dont les cannabinoïdes peuvent avoir des effets profonds, bien que beaucoup plus de recherches soient nécessaires pour obtenir des réponses concluantes.

QU’EST-CE QU’UNE COMMOTION CÉRÉBRALE ?

Pour comprendre les symptômes d’une commotion cérébrale, il faut d’abord comprendre ce qu’est une commotion cérébrale. Une commotion cérébrale est un traumatisme cérébral léger (TCC) qui peut survenir à la suite d’un coup à la tête et/ou d’un changement important dans la vitesse de mouvement. Généralement, les victimes d’accidents de voiture peuvent subir des commotions cérébrales. Un choc à la tête est également courant dans les sports de contact comme la boxe, le football américain, et le rugby, où, malgré l’équipement de protection, une commotion cérébrale est encore probable.

La raison pour laquelle nos corps réagissent comme ils le font à ce genre de traumatisme se résume à la façon dont le cerveau est protégé à l’intérieur du crâne. Le cerveau lui-même est très fragile – c’est juste un organe mou qui se trouve à l’intérieur d’une bulle protectrice de liquide céphalorachidien. Lorsque nous subissons un coup violent à la tête ou un changement spectaculaire de vitesse, ce fluide n’est alors pas suffisant pour empêcher le cerveau de bouger, ce qui le fait claquer contre l’intérieur du crâne par inadvertance. Cet impact cause des dommages aux terminaisons nerveuses, des inflammations, et perturbe le processus chimique naturel à l’intérieur de notre cerveau. Tout cela peut mener au syndrome post-commotionnel.

Symptômes De Commotion Cérébrale

LES SYMPTÔMES DU SYNDROME POST-COMMOTIONNEL

Le syndrome post-commotionnel peut se manifester par une variété de symptômes qui durent des semaines, voire des mois.

Les symptômes comprennent :

  • Maux de tête ou étourdissements
  • Anxiété 
  • Insomnies 
  • Sensibilité au bruit et à la lumière
  • Perte de mémoire

La cause exacte de ces symptômes suite à une commotion cérébrale n’est pas encore connue. Pour compliquer les choses, la médecine conventionnelle est souvent d’une aide très minime. Pour que les symptômes disparaissent complètement ou qu’ils diminuent considérablement leur gravité, il est proposé que le temps soit la meilleure solution, quoique peu pratique. À l’occasion, des médicaments en vente libre peuvent être prescrits pour combattre les maux de tête ou les insomnies si les symptômes sont assez extrêmes. Mais au bout du compte, votre cerveau a simplement besoin de temps pour se reposer et se réparer.

QUE NOUS APPREND LA RECHERCHE ?

Ouverte au sujet ; mais vague à cause de la diversité grandissante du cannabis. Étant donné que les études spécifiques examinant le lien entre les commotions cérébrales et le cannabis sont limitées, nous devons surtout examiner ces études qui montrent les effets des cannabinoïdes sur le cerveau. Celles-ci peuvent à leur tour ouvrir la voie à des recherches plus spécifiques sur l’utilisation de cannabinoïdes pour lutter contre le SPC.

L’étude préclinique publiée par Oxford University Press en 2011 a démontré une corrélation entre le système endocannabinoïde et la diminution de l’enflure et de l’inflammation cérébrales à la suite d’une lésion cérébrale traumatique. Les chercheurs ont simulé cela en testant les récepteurs CB1 et CB2 chez le rat. Nous savons déjà que les rats et le corps humain ont tous deux un système endocannabinoïde qui régule diverses fonctions. En déclenchant les récepteurs CB1 et CB2 avec l’antagoniste/agoniste inverse du CB1, AM251, et l’antagoniste/agoniste inverse du CB2, AM630, les chercheurs ont déduit qu’un certain stéroïde pourrait supprimer la libération de microglie et diminuer l’astrocyte réactive dans le cerveau en régulant les actions du système endocannabinoïde.

D’autres études montrent comment la manipulation de ces mêmes récepteurs CB1 et CB2 peut être utilisée pour lutter contre le stress, la dépression, et l’anxiété, qui sont quelques-uns des principaux symptômes du SPC. Publiés sur NCBI en 2013, les rats ont de nouveau été testés, bien que cette fois-ci, ils aient été soumis à un stress chronique dans le but de répliquer le stress et l’anxiété chez les humains. L’étude a résumé que l’activation des récepteurs cannabinoïdes pourrait potentiellement traiter les déficits cognitifs qui accompagnent les troubles liés au stress.

Commotion Cérébrale Et Cannabis

LE CANNABIS PEUT-IL TRAITER LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES ?

Avec seulement ces deux tests comme exemples, nous pouvons commencer à explorer comment le cannabis peut aider à traiter non seulement la commotion cérébrale initiale elle-même, mais aussi les effets secondaires. Si le cannabis pouvait améliorer la capacité du cerveau à se réparer après un TCC, les symptômes associés pourraient être pris en charge ou réduits.

De plus, il a été démontré que les cannabinoïdes soulagent les personnes souffrant de douleurs importantes associées à une grande variété de maladies. Jusqu’à ce que plus de preuves révèlent le lien exact entre le système endocannabinoïde et l’amélioration des commotions cérébrales, certains individus choisissent simplement de s’auto-médicamenter avec du cannabis pour soulager l’inconfort persistant. Bien qu’inhérent à notre corps, le système endocannabinoïde n’a été « découvert » que récemment. Seul le temps et la recherche révéleront le plein potentiel du cannabis sur ce système étonnant.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander