The RQS Blog

.


By Miguel Ordoñez


Partager un joint est une pratique très appréciée dans le monde des fumeurs de joints. C’est ainsi qu’on consomme depuis des temps immémoriaux et c’est une tradition qui n’est probablement pas près de disparaître. C’est le meilleur moyen de se faire de nouveaux amis tout en renforçant les liens entre vieilles connaissances.

Mais le revers de la médaille, c’est la question de l’hygiène. En particulier pour ceux qui s’identifient comme germaphobes, la simple idée d’ingérer les sécrétions orales d’une autre personne est un vrai cauchemar. Et c’est une appréhension qui est bien compréhensible.

Alors, qu’en est-il vraiment ? Ces préoccupations sont-elles valables ? Ou ne s’agit-il que d’une paranoïa ? Nous allons parler de ce sujet souvent débattu et apporter des conseils pour partager de l’herbe en toute sécurité.

Comment les microbes se transmettent

Afin de répondre à la question de savoir si on peut partager de l’herbe sans danger, il faut d’abord se pencher sur la manière dont les microbes se transmettent. Nous avons peut-être tous une idée générale du fonctionnement, mais penchons-nous un peu plus sur les détails scientifiques.

Comme le médecin ORL Michal Benniger le dit à la Cleveland Clinic[1], la salive humaine contient des anticorps et des enzymes qui « réduisent le risque de contagion ». Cependant, il souligne également le fait que toute activité impliquant le partage de salive est « un contact à haut risque ». Cela signifie que la transmission de microbes (y compris ceux qui transmettent des maladies graves) est facilitée.

Il est également important de noter qu’il existe différents types de bactéries autour de nous. Selon[2] l’expert en maladies infectieuses de l’Hôpital Piedmont d’Atlanta le docteur Christine Zurawski, les virus et bactéries « font partie de notre vie quotidienne ». Il s’agit juste de déterminer lesquels sont « bons » et lesquels sont « mauvais ».

Le docteur Zurawski indique que les bactéries présentes sur des objets personnels comme un téléphone ne sont pas un sujet d’inquiétude. Ce sont plutôt les pathogènes à l’extérieur du domicile qui peuvent être préoccupants.

Comment les microbes se transmettent

Partager un joint peut-il vous rendre malade ?

Selon[3] le professeur clinique de microbiologie et de pathologie de la NYU Philip Tierno, environ 80 % des maladies infectieuses se répandent par contact direct et indirect, ce qui inclut le fait de toucher une surface puis une partie sensible du corps, comme les yeux.

Dans le cas du partage de salive, Tierno explique que ce type d’activités (dont le partage de joints expose la personne au risque d’attraper la grippe et l’herpès. Ce genre d’activité prédispose également à l’angine streptococcique, aux infections par staphylocoques, à la gastroentérite et même à la méningite.

  • Peut-on contracter l’herpès en partageant un joint ou un bang ?

Les microbes ont besoin d’un environnement humide pour rester en vie à l’extérieur du corps. Cela soulève donc plusieurs questions : comment cela se traduit-il au partage de joints ? Ces microbes peuvent-ils rester vivants sur un filtre de joint ?

Selon Tierno, l’humidité de l’air environnant est « suffisamment humide » pour permettre aux microbes de s’épanouir. Et si le joint est partagé en intérieur en l’absence de lumière UV, les staphylocoques peuvent par exemple rester vivants pendant des mois.

En sachant ceci, partager un joint avec un groupe de personnes pourrait augmenter les risques de contracter ou transmettre plusieurs maladies, dont des maladies virales comme l’herpès. Mais selon Tierno, l’exposition à toute forme de rayons UV peut tuer les bactéries en « une minute ».

Est-ce que cela signifie qu’essayer de « brûler » les pathogènes sur le filtre d’un joint avec un briquet est une solution adaptée ? En l’état actuel, cela reste une légende de fumeur et aucune preuve ne dirige vers une réponse affirmative à ce jour.

Mais qu’en est-il des bangs ? Il n’y a pas autant de contact salivaire, alors y a-t-il une différence ? Malheureusement, la réponse n’est pas très favorable pour les fans de bang. Comme il y a toujours un contact des lèvres avec l’accessoire, oui, on peut attraper l’herpès et d’autres maladies avec les autres fumeurs.

En parlant de l’herpès en particulier, le fait de partager des bangs ou des joints pourrait avoir pour résultat la transmission de l’herpès simplex de type 1 (HSV-1). Pour bien faire la différence, HSV-1 se transmet oralement alors que HSV-2 se transmet par contact peau à peau.

Dans le cas du HSV-1, les risques de transmission les plus élevés sur produisent si une personne infectée entre en contact direct avec une autre. Donc, si une personne du groupe a le virus, il y a de fortes chances pour qu’il se répande à toutes les personnes avec lesquelles elle entre en contact.

La plupart des cas de HSV-1 ne sont pas graves. Cependant, des études[4] ont découvert qu’il pouvait provoquer des lésions du lobe temporal et même la maladie d’Alzheimer. Il serait donc vraiment préférable de l’éviter.

Partager un joint peut-il vous rendre malade ?
  • Le partage de l’herbe l’herbe peut-il provoquer une infection au coronavirus ?

Si vous lisez cet article pendant la pandémie de COVID-19, vous connaissez probablement très bien ses effets et son mode de transmission. Et malgré les mesures de précaution, une bonne partie d’entre vous a probablement eu la malchance de l’attraper.

Comme on le sait tous, le coronavirus se répand facilement à travers de simples gouttelettes respiratoires. Donc, si un éternuement à proximité peut provoquer une infection, partager de l’herbe dans un joint ou un bang le peut aussi.

Si vous ou une personne de votre groupe présente des symptômes de la COVID-19, il serait préférable de ne rien faire tourner.

  • Et pour le VIH ?

Dans ce cas, vous n’avez pas à vous inquiéter. Le VIH se transmet principalement par le partage d’aiguilles ou de seringues et par contact sexuel. Donc à moins d’avoir prévu de vous livrer à ces activités, vous n’avez pas à vous inquiéter d’une infection au VIH en fumant.

Comment partager son herbe en toute sécurité

Avec toutes ces préoccupations, est-ce possible de p artager de l’herbe en toute sécurité ? C’est une question valable que les germaphobes se posent en permanence et nous pourrions bien avoir la réponse.

  • Les joints

Incroyable mais vrai, il existe un moyen sans danger et sans contact pour partager un joint. Il s’agit d’un petit tour de main.

Commencez par placer l’extrémité du carton ou filtre d’un joint pas encore allumé entre votre petit doigt et votre annulaire. Ensuite, faites se toucher votre index et votre pouce pour créer un cercle avec votre main.

L’autre main va venir servir de base à votre main en cercle, pour former une sorte de coupe. La main qui sert de base vient envelopper l’autre de manière à ce que les doigts de cette main enveloppante touchent le petit doigt et l’annulaire de la main qui tient le joint.

Le trou créé avec votre main en cercle va servir d’embouchure pour aspirer que la fumée. Demandez à quelqu’un de vous aider à allumer le joint et, comme vous allez le voir, il n’y aura aucun contact entre votre bouche et le joint. Ceci réduit les risques de transmission de potentielles bactéries et maladies. Il faut un peu de pratique, mais on peut tout à fait tirer des bouffées très honnêtes.

Comment partager son herbe en toute sécurité
  • Les vapos

La stratégie précédente peut ne pas fonctionner avec les vapos, ce qui signifie qu’il n’y a pas moyen d’éviter la transmission de salive.

Votre meilleure option serait de désinfecter l’embouchure après chaque utilisation. On peut utiliser de l’eau chaude, un désinfectant pour mains anti-microbes, ou du savon et de l’eau. Cela peut être un peu pénible à nettoyer et rincer à chaque fois, mais c’est le meilleur moyen d’éviter la contamination.

  • Les bangs

En revanche, la forme arrondie des bangs permet d’utiliser la même technique que pour la méthode utilisée avec les joints : servez-vous de vos mains pour éviter le contact bouche-à-bang. Mais le simple fait de le faire changer de main peut toujours entraîner une contamination.

Tout comme avec les vapos, les bangs ont besoin d’être régulièrement désinfectés. La bonne nouvelle est que les bangs en verre de haute qualité sont faciles à nettoyer et rincer.

  • Ne partagez un joint qu’avec des amis proches

Connaître les membres de votre cercle de fumeurs minimise les risques d’infection. Du moins tant qu’ils sont honnêtes quant à leur état de santé.

Dans tous les cas, réduisez au maximum votre cercle de fumeurs proches et assurez-vous que personne n’affiche de symptômes évidents. Toute personne symptomatique devrait (temporairement) être exclue du cercle.

  • Faites attention en cette période de COVID

Si vous lisez cet article toujours pendant la période de COVID, prendre des précautions supplémentaires est une évidence. Dans ce cas, évitez tout simplement de partager des joints ou des bangs.

Bien sûr, vous pouvez toujours voir quelques amis proches. Mais vous pourriez éviter toute activité qui implique de partager de la salive. Comme le dit le proverbe souvent cité mais toujours efficace : il vaut mieux prévenir que guérir.

Partager l’herbe : certains microbes sont inévitables

Peu importe si vous vous reconnaissez ou pas en tant que germaphobe, faire particulièrement attention à la transmission des microbes et bactéries est toujours une bonne chose. En même temps, il est utile de savoir ce qu’il faut et ne faut pas faire afin de pouvoir toujours profiter d’une session fumette entre amis.

En ayant connaissance des bonnes informations, vous pouvez partager de l’herbe entre amis tout en faisant de votre mieux pour éviter de répandre des maladies. Il y aura toujours un risque inhérent au partage d’un joint, mais ce rituel social quand on fume est aussi une des choses qui rend la communauté du cannabis si connectée. Alors c’est à vous de voir. Et au cas où vous auriez oublié les trucs et astuces, vous pouvez toujours revenir à cet article.

Sources Externes
  1. Does Saliva Have Health Risks? 3 Ways Germs Can Spread https://health.clevelandclinic.org
  2. Are you a germaphobe? https://www.piedmont.org
  3. The Germaphobe's Guide to Sharing a Joint https://www.vice.com
  4. Herpes Simplex Type I (HSV-1) Infection of the Nervous System https://www.ncbi.nlm.nih.gov
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.