Quand devriez-vous commencer à parler de cannabis à vos enfants ? Quelle est la chose la plus importante que vous pouvez leur apprendre sur cette herbe ? Est-il possible de consommer du cannabis et d’être un bon parent ? Découvrez les réponses à ces questions lors de notre interview de Jessie Gill, infirmière spécialisée dans le cannabis.

Écoutez-le aussi dans Spotify et Apple Podcast

1. Comment peut-on aborder le sujet du cannabis avec nos enfants ?

C’est drôle, les gens sont tellement nerveux et effrayés à l’idée d’aborder le sujet avec des enfants. Je pense que l’une des choses importantes est de se rappeler que la génération qui grandit aujourd’hui a une expérience et des informations sur le cannabis très différent de celles que nous avons eues en grandissant. Ce sont donc plutôt les adultes qui sont mal à l’aise avec le cannabis, et non les enfants. Mais c’est un sujet très, très important à aborder.

Je dis toujours aux parents, tout comme nous parlons de l’alcool, tout comme nous parlons du sexe, que c’est un sujet sur lequel nous devons éduquer nos enfants. Parce que si nous ne le faisons pas, quelqu’un d’autre le fera. Je dis souvent aux gens que l’une des meilleures façons de commencer, selon l’âge de l’enfant, est de lui demander : « Que sais-tu du cannabis ? » Et vous pourrez alors évaluer leur niveau d’information. Et vous pouvez dire « Oh, c’est inexact », ou « C’est correct », vous pourriez être surpris de ce qu’ils savent.

Mais il y a des façons d’éduquer adaptées à l’âge, à travers le spectre du développement. Ainsi, même avec de jeunes enfants, surtout si quelqu’un en a à la maison, les parents peuvent dire « Hé, c’est le médicament de maman, n’y touche pas », des choses comme ça. Mais je pense qu’il est très, très important que les parents gardent vraiment une ligne de communication ouverte et qu’ils soient disponibles pour répondre aux questions de leurs enfants — tout comme avec le sexe, l’alcool, les jeux d’argent ou tous les autres sujets délicats que nous devons aborder avec nos enfants.

2. Quel est le meilleur moment pour le faire (par exemple, devons-nous venir les voir et leur expliquer un jour au hasard, ou devons-nous attendre de les prendre sur le fait la première fois) ?

Je pense que tout le monde devrait parler à ses enfants avant qu’ils ne soient pris en flagrant délit. Si l’enfant en obtient illégalement et par lui-même, alors les parents ont vraiment raté le moment. C’est la même chose avec le sexe. Si votre enfant a déjà des rapports sexuels, vous avez vraiment raté beaucoup d’occasions d’enseigner, d’éduquer et de proposer une réduction des risques.

Donc, je pense que le plus tôt est le mieux, et cela dépend aussi de l’exposition de l’individu. Donc si quelqu’un est patient thérapeutique et qu’il a du cannabis à la maison, il faut lui en parler tout de suite. Je rappelle toujours aux parents qu’aux États-Unis, où je vis, nous voyons encore une éducation basée sur la propagande dans nos écoles, et cela commence à l’école primaire.

Ils vont donner de fausses informations à l’école, ils vont aller à l’école, à leur cours de prévention, et ils vont leur dire que le cannabis est dangereux et mortel, et toutes ces choses ridicules dont il a été scientifiquement prouvé qu’elles étaient fausses."

Donc pour moi, lorsque je suis devenu patient, mon fils était en CE2. Et j’ai vraiment réfléchi et je me suis demandé si je devais lui en parler ? C’était un nouveau médicament pour moi, et je ne lui ai parlé d’aucun autre médicament. J’ai essayé. J’en ai essayé beaucoup. Je me suis donc demandé pourquoi je parlais du cannabis.

Mais ensuite, j’ai vraiment réfléchi et je me suis dit : « Ils vont donner de fausses informations à l’école, ils vont aller à l’école, à leur cours de prévention, et ils vont leur dire que le cannabis est dangereux et mortel, et toutes ces choses ridicules dont il a été scientifiquement prouvé qu’elles étaient fausses. Et je m’inquiétais vraiment de la peur que mon fils pouvait développer en entendant ces informations et en sachant : « Hé, j’ai vu ma mère avec ça », ou « J’en ai vu à la maison ».

Je me suis donc efforcée d’informer mon fils : voici mon nouveau médicament, voici ce que tu dois savoir à son sujet. Tu dois savoir qu’il y a beaucoup de gens dans le monde qui ne comprennent pas. C’est un nouveau médicament, certaines personnes en ont vraiment peur. J’ai vraiment dû le préparer à l’idée que, lorsque tu iras à l’école, tu entendras de fausses informations, et je ne veux pas que tu aies peur. C’est juste parce que tes professeurs n’ont pas été informés et nous allons travailler pour changer cela.

Comment peut-on aborder le sujet du cannabis avec nos enfants ?

3. Quelle est la chose la plus importante sur le cannabis que nos enfants devraient apprendre de nous ?

Je pense qu’il y a beaucoup de choses. Il y a les aspects médicinaux, beaucoup de jeunes l’abordent d’un point de vue récréatif. Je pense donc qu’il est très important d’enseigner qu’il y a des aspects bénéfiques. Mais je pense aussi qu’il est important d’insister sur la réduction des risques, en particulier lorsque les enfants vieillissent, lorsqu’ils sont exposés à la drogue dans leur cadre amical ou dans l’entourage.

Quand j’étais jeune, on ne voyait pas beaucoup de gens fumer du cannabis à la télévision, et si c’était le cas, c’était du genre « Oh, mon dieu, ils fument de l’herbe ! ». Aujourd’hui, nous avons Elon Musk qui fume à la télévision, nous avons des leaders mondiaux, nous avons des légendes du sport incroyables qui s’impliquent dans l’industrie du cannabis qui parlent de leur propre consommation. Les enfants vont donc voir ce qui se passe. Il est donc important de vraiment réduire les risques et de vraiment les éduquer.

Une chose que je précise particulièrement pour les parents d’enfants plus âgés c’est la consommation modérée. Tout comme nous enseignons l’alcool — il ne faut pas trop boire — il ne faut pas non plus consommer trop de cannabis, il faut être prudent dans le dosage. Plus la dose est élevée, plus vous consommez, plus vous risquez d’avoir des réactions indésirables — plus vous risquez de ressentir des effets secondaires. C’est donc un point très important à revoir avec les enfants plus âgés pour qu’ils soient préparés.

Une autre chose que j’encourage toujours les parents à envisager est d’enseigner les différences entre les cultivars et les variétés. Une personne peut avoir une réaction significative à un cultivar, mais ce même cultivar peut rendre une autre personne anxieuse. Il faut donc qu’ils sachent que ce n’est pas parce que leurs amis utilisent ce produit et qu’ils ont l’air d’aller bien, ou d’être à l’aise, que vous allez nécessairement vivre la même expérience. Et vous devez vraiment faire attention à la façon dont vous l’abordez.

Et puis, bien sûr, nous devons tenir compte du fait qu’il existe des milieux et des endroits [où les gens] mélangent d’autres drogues avec leur cannabis. Il y a tout un tas de noms pour désigner le fait de mélanger de la cocaïne dans un joint, ou de l’héroïne dans un joint. C’est peu fréquent, mais c’est quelque chose dont les enfants doivent être conscients.

De la même manière qu’on ne boit pas un verre dans un bar ou à une fête avec un inconnu, il faut faire attention au type de produits cannabiques que l’on consomme, car ils peuvent être coupés avec des substances que l’on ne souhaite pas consommer.

Quelle est la chose la plus importante sur le cannabis que nos enfants devraient apprendre de nous ?

4. De « bons parents » peuvent-ils consommer du cannabis ?

Oh, bien sûr. Et ils sont nombreux à le faire. Je suis toujours choquée, depuis que j’ai révélé publiquement ma consommation en tant que patiente, par les personnes qui viennent me voir et me disent : « Oh, mon Dieu, oui, je fume de l’herbe, je le fais tout le temps ». Et c’est choquant de voir que les gens ont peur de se manifester. Mais je fais ça depuis 2015 et c’est remarquable de voir combien de parents parlent maintenant de la consommation de cannabis et de leur consommation, réalisent « Hé, je suis une maman géniale, comment se fait-il qu’il ne puisse pas y avoir de mamans consommatrices d’herbe ? ».

Je veux dire, comment se fait-il que les « mamans amatrices de vin » soient parfaitement acceptées — culturellement accepté dans certains cas. Mais je pense que nous commençons lentement à voir ce changement. Les gens acceptent de plus en plus les « mamans amatrices d’herbe », consommateurs de cannabis qui sont parents. L’acceptation a toujours été un peu inégale entre les pères et les mères. Les pères qui fument du cannabis, pour une raison quelconque, ont été plus acceptés pendant longtemps. Mais nous commençons enfin à voir ce changement, plus les gens se manifestent et sont honnêtes avec leur consommation, plus cela a un impact sur toutes les personnes autour d’eux.

5. Le cannabis rend-il un parent apathique et peu énergique, ce qui nuit à la concentration nécessaire pour s’occuper des enfants ?

En général, non. En général, absolument pas. De bien des façons, le cannabis, pour le consommateur moyen, améliore vraiment son bien-être de bien des façons. Il peut améliorer le sommeil, diminuer le stress, et cela peut vraiment améliorer et bénéficier aux parents. Beaucoup de parents disent que le cannabis les aide à mieux s’entendre avec leurs enfants, qu’il est plus agréable de jouer avec eux. Mais je pense qu’il est également très, très important d’en parler. Il s’agit d’une substance qui peut modifier votre expérience. C’est une substance qui, même si c’est peu probable, peut créer une dépendance chez certaines personnes.

Tout est question de modération, de contrôle du dosage. Si quelqu’un s’assoit là, fume deux joints et est complètement défoncé — il va alors juste dormir et ne pas interagir — eh bien, c’est une expérience différente. C’est la surconsommation de cannabis. Et c’est comme pour l’alcool. Vous pouvez boire un verre de vin au dîner avec votre enfant et rester un parent efficace s’impliquant dans sa vie, vous pouvez toujours l’aider à faire ses devoirs. C’est la même chose avec le cannabis : vous pouvez prendre des doses modérées et rester un parent exceptionnel et efficace. Si vous en consommez beaucoup trop, c’est un tout autre sujet.

Le cannabis rend-il un parent apathique et peu énergique, ce qui nuit à la concentration nécessaire pour s’occuper des enfants ?

6. Existe-t-il une quantité maximale de cannabis, ou un type spécifique (cannabis médical), qui corresponde mieux au stéréotype du « bon parent » ?

Non, certainement pas. Et c’est une chose qui est mal comprise à propos du cannabis thérapeutique en général. Beaucoup de gens disent « Je ne vais consommer que du cannabis médical ». Mais ce que les gens ne réalisent pas vraiment, c’est que le cannabis médical n’est pas différent du cannabis récréatif — c’est la même plante. Tout dépend de l’intention et de la façon dont on l’utilise.

Une autre chose que les gens ne réalisent pas souvent, c’est que, comme je l’ai déjà dit, différents cultivars [peuvent avoir des effets différents]. Ainsi, il peut y avoir un cultivar qui vous rend énergique et actif dans la vie ; vous pouvez utiliser la même quantité d’un cultivar différent [et il] vous fera dormir. Il s’agit donc de comprendre individuellement le cultivar, de procéder par essais et erreurs à petites doses pour déterminer ce qui fonctionne pour chacun.

Et c’est la même chose avec les méthodes de consommation. La façon dont vous consommez le cannabis peut donner lieu à une expérience physiologique très différente. Fumer du cannabis, par rapport à manger un comestible, peut être deux expériences très, très différentes. Les patients doivent donc expérimenter lentement les différentes méthodes de consommation pour voir comment ils se sentent.

7. Est-ce mal d’aller chercher son enfant à l’école en sentant l’herbe ?

Je ne pense pas que ce soit mal, mais je pense que cela peut être préjudiciable de diverses manières. Nous vivons toujours dans une atmosphère de prohibition. Maintenant, dans un état où c’est légal, vous n’aurez pas nécessairement de problèmes. Évidemment, dans un État où c’est illégal, vous pouvez perdre la garde de vos enfants, vous pouvez être arrêté. Alors bien sûr, dans ces conditions, en tant que parents, nous prenons toutes les mesures possibles pour protéger nos enfants, les aider et en faire des adultes plus responsables.

Même dans les différents milieux, il y a encore beaucoup de gens qui sont très attachés à cet état d’esprit prohibitif — qui pensent encore que le cannabis est dangereux. Ainsi, si des parents se rendent à l’école en sentant le cannabis, il est possible d’éloigner leurs enfants. Il faut donc être vraiment franc et conscient, et être prêt à informer, surtout si l’on consomme en public. Il existe des moyens d’éviter de sentir le cannabis. Et comme il y a encore beaucoup de jugement associé à cette substance, j’encourage les patients à vraiment en tenir compte.

"Je pense donc qu’il faut absolument l’enseigner dans les écoles, mais nous devons donner des informations basées sur des faits"

8. Devrions-nous parler aux enfants des maladies mentales de leur famille ?

Oui, c’est absolument crucial. C’est une partie vraiment, vraiment cruciale. Parce que c’est très, très rare. Mais nous savons, grâce à nos recherches, qu’il y a un très petit pourcentage de la population — une fraction de pourcentage de la population — qui est prédisposé à des troubles mentaux caractérisés par des psychoses, par exemple la schizophrénie.

Il s’agit de prédispositions génétiques. Si une personne a des antécédents de schizophrénie, elle risque davantage de souffrir de psychose lorsqu’elle consommera du THC. Et c’est quelque chose dont beaucoup de parents ne parlent pas, les maladies mentales. C’est un autre sujet que les familles gardent secret ; « Je ne vais pas te parler de ton oncle qui a été traité pour schizophrénie », « Nous n’allons pas parler de ça ». Et c’est tellement, tellement important parce que les enfants ont besoin de savoir que, « Hé, tes amis peuvent fumer un joint et ils peuvent être tout à fait bien, s’amuser et se sentir détendus. Mais tu as des antécédents familiaux très importants. Il se peut que tu aies une prédisposition génétique à la psychose, et en fumant ce joint que tu connaisses un épisode très traumatisant de psychose qui, espérons-le, disparaîtra. Mais parfois, nous ne savons pas vraiment, nous n’avons pas beaucoup d’études à ce sujet ».

Il est donc absolument impératif de discuter des antécédents familiaux en matière de santé mentale. Les enfants doivent savoir qu’ils sont peut-être plus à risque que leurs amis. Et encore une fois, c’est super, super rare. Cela n’affecte pas la plupart des gens, et il existe des tests génétiques que les gens peuvent faire pour voir s’ils ont ce gène. Mais c’est vraiment quelque chose dont les enfants doivent être conscients.

9. Devrions-nous cacher l’herbe à nos enfants à la maison ?

Je ne pense pas. Bon, d’accord. Cela dépend vraiment de la situation juridique de chacun. Donc en aucun cas je ne recommande que les enfants soient informés ou mis au courant d’une activité illégale — c’est un énorme fardeau. Je sais, certains parents sont comme, « Oh, mes enfants sont cool, je vais leur faire confiance avec ça, et leur avouer que je suis un patient utilisateur de cannabis ». C’est injuste pour l’enfant, ça peut être potentiellement dangereux — c’est un énorme fardeau à supporter pour un enfant. Et une petite erreur, une petite confusion peut avoir un impact dramatique sur la famille, [peut] dévaster la famille. Et c’est une souffrance à vie pour un enfant.

Donc, en cas de situation illégale, je ne pense pas que les parents devraient parler à leurs enfants de leur consommation illégale personnelle. Et ils devraient faire tout leur possible pour s’assurer que cela reste quelque chose qu’ils ne pourront pas découvrir, qu’ils ne pourront pas repérer. Toutefois, dans les endroits où c’est légal, qui sont si nombreux de nos jours, je ne pense pas que les parents devraient le cacher. Parce que, comme je l’ai déjà dit, vos enfants sont en train de le découvrir, et vous ne savez pas ce qu’ils apprennent à ce sujet. Ils peuvent en avoir peur. Il y a de fortes chances qu’ils aient eu des enseignants à l’école qui leur ont donné de fausses informations, préjudiciables et effrayantes, et s’ils sont face à la situation, s’ils les sentent, ils peuvent avoir très, très peur et ne pas comprendre.

Donc pour toute personne qui consomme dans un endroit où la consommation est légale, je pense que les parents devraient faire un effort d’éducation. Et personnellement, je mets mon cannabis sous clé — c’est une décision plus sage, je ne veux pas m’en inquiéter. Je ne crains pas que mes enfants en prennent, mais si leurs amis sont là, je ne veux pas m’inquiéter qu’ils tombent dessus. Cela me permet d’avoir l’esprit tranquille. Et je recommande vivement de faire de même pour l’alcool et les médicaments — la plupart des gens ne mettent pas ces produits sous clé et ils peuvent être potentiellement mortels. Je pense donc qu’il existe de très nombreuses façons d’aborder la question de manière responsable et de l’enseigner. Mais cela dépend vraiment de l’endroit où se trouve la personne et des aspects légaux qui l’entourent.

Devrions-nous cacher l’herbe à nos enfants à la maison ?

10. Pensez-vous que nous devrions intégrer le cannabis, et peut-être d’autres drogues récréatives, dans les programmes scolaires afin que nos enfants en prennent connaissance venant de sources fiables ?

Ici, dans le New Jersey, et je sais que dans beaucoup d’autres régions, nous faisons de la prévention sur le cannabis et d’autres drogues. Et nous donnons de fausses informations irresponsables et inexactes, et c’est dommageable. En ce moment, ici au New Jersey, notre programme D.A.R.E, qui est notre programme de prévention sur les drogues, enseigne encore que le cannabis est l’équivalent de l’héroïne, et les enfants voient des gens en consommer, ils savent que ce n’est pas vrai. Et cela peut être très, très nuisible parce qu’ils font de fausses présomptions.

Alors un enfant dit : « Ok, vous m’avez dit que l’herbe c’était dangereux. Je vois Elon Musk en fumer, il va bien, c’est un milliardaire. Alors évidemment, vous mentez ». Mais le vrai problème, c’est quand ils font cette association stupide avec les autres drogues dont nous avons parlé, « Ok, tu m’as dit que l’héroïne était dangereuse, mais tu m’as menti en me disant que l’herbe, dangereuse comment ? ». Et malheureusement, c’est ce qui est arrivé à des gens qui pensent que tout n’est que mensonge. Je pense donc qu’il faut absolument l’enseigner dans les écoles, mais nous devons donner des informations basées sur des faits. Et nous en sommes encore loin, vous savez, même dans nos cours de prévention, même dans nos cours de sciences, nos livres ne sont pas à jours.

Et plus important encore, nos éducateurs sont gravement mal informés sur le sujet. Ils ont donc été formés pour donner de fausses informations. Et je pense que c’est quelque chose que nous devons absolument aborder. Mais je pense que c’est quelque chose qui se produira dans le futur. Et je pense que les parents doivent vraiment prendre le relais. Et dire en même temps, « Hé » regarde ce que tu apprends ici. Ce n’est pas exact. Voilà le vrai problème. »

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.