La médecine traditionnelle chinoise est un système médical originaire de la Chine antique. Ce système de médecine a évolué sur une période de milliers d’années et utilise des techniques telles que l’acupuncture, le tai-chi, la thérapie diététique, et le qigong pour traiter et optimiser le corps et l’esprit.

Bien que cette médecine ait des racines ancestrales, elle reste une option extrêmement populaire dans le monde d’aujourd’hui, avec des millions de personnes dans le monde occidental choisissant maintenant de subir de tels traitements chaque année.

La médecine chinoise traditionnelle se distingue de la médecine allopathique occidentale à bien des égards, la médecine traditionnelle chinoise adoptant une approche beaucoup plus philosophique et holistique de la santé et du corps humain. La médecine traditionnelle chinoise considère le corps lui-même comme une version plus petite de l’univers environnant et vise à atteindre un équilibre harmonieux entre les forces opposées mais équilibrantes du yin et du yang.

Les cinq éléments : le feu, la terre, le bois, le métal, et l’eau jouent un rôle fondamental dans cette médecine. Le Qi tient également une place importante et est considéré comme l’énergie vitale qui circule dans tout le corps, les obstructions étant à l’origine de certaines maladies.

Les herbes médicinales jouent également un rôle important dans le système. Le champignon Reishi et le ginseng en sont deux exemples. Cependant, le cannabis est également utilisé par les praticiens de la médecine chinoise pour de nombreuses raisons.

Cannabis En Médecine Traditionnelle Chinoise Acupuncture

CANNABIS EN MÉDECINE CHINOISE

La consommation de cannabis au sein de la médecine chinoise est presque aussi ancienne que le système lui-même, ayant été documentée depuis plus de 1 800 ans. Elle a été utilisée par l’empereur et pharmacologue Shen Nung. Le cannabis est en fait considéré comme l’une des herbes médicinales fondamentales de ce système de médecine, et elle est utilisé pour traiter toute une série de symptômes et de troubles.

Nung a écrit sur l’herbe dans un livre sur les méthodes de traitement qui a été rédigé il y a longtemps en 2737 avant Jésus-Christ. Dans ce tome, Nung décrit un élixir apparemment créé à partir des feuilles de fleurs de cannabis.

Un livre écrit au Ier siècle après Jésus-Christ et intitulé « Pen Ts’ao Ching » parlait aussi avec vénération de la plante de cannabis. Les auteurs recommandent l’usage du cannabis pour plus de 100 pathologies, dont la goutte, les rhumatismes, et le paludisme.

Aujourd’hui, le cannabis est très controversé dans le monde entier, de nombreux gouvernements adoptant une attitude sévère à l’encontre de cette plante et la classant dans des catégories de drogues illégales. Auparavant, presque toutes les parties de la plante de cannabis étaient utilisées dans le système médical, depuis les fleurs et les feuilles, jusqu’aux racines et aux tiges.

Aujourd’hui, cependant, ce sont les graines qui prennent le devant de la scène en matière de traitement. Il a également été noté dans les textes plus anciens de la médecine chinoise que, au fil du temps, les graines ont commencé à devenir plus importantes que d’autres parties de la plante.

LA CONSOMMATION DE CANNABIS À TRAVERS LES ÂGES

Au cours du Ier - IIe siècle de notre ère, les bienfaits du cannabis ont été décrits dans le texte « Divine Farmer’s Classic of Materia Medica », dont les saveurs étaient dites âcre et équilibrées. Parmi les utilisations médicinales proposées, mentionnons la gouvernance sur les « cinq taxes » et les dommages.

L’herbe, dit-on, bénéficie aux cinq viscères, diminue la tension artérielle et le qi froid. Le texte mentionne également qu’une consommation excessive de l’herbe se traduirait par des fantômes et un comportement frénétique (peut-être une ancienne interprétation de l’idée d’être beaucoup trop stone).

Le texte soutient que la consommation prolongée libère l’esprit de la lumière et éclaire le corps. Les auteurs affirment que le cannabis est toxique et qu’il est capable de « briser les accumulations, soulager les entraves et disperser le pus ».

Plus tard, au VIe siècle après J-C., l’herbe fut une fois de plus documentée pour soulager les entraves. « La Grande Encyclopédie de la Médecine Chinoise » note également le cannabis en tant que médicament, affirmant qu’il est capable de dissiper le vent et de soulager la douleur.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander