Les meilleures banques de graines existantes fournissent aux cultivateurs des informations approfondies sur leur gamme de variétés de cannabis. Elles publient des données concernant la hauteur, le rendement et le temps de floraison. De nombreuses entreprises proposent également des résultats de laboratoire qui détaillent le profil cannabinoïde de chaque variété. Des pourcentages précis permettent aux cultivateurs de savoir exactement combien de THC et de CBD leurs fleurs vont contenir (avec quelques légères variations). Mais le cannabis c’est bien plus que des cannabinoïdes. Chaque variété développe un profil terpénique unique qui contribue au goût, à l’odeur et même aux effets psychoactifs de vos têtes.

CONCERNANT LES TERPÈNES ?

Jusqu’à récemment, les terpènes n’étaient pas visibles. Les scientifiques du cannabis viennent à peine de réaliser le rôle qu’ils jouent. Certains terpènes activent même les récepteurs cannabinoïdes ! En raison de leur importance émergente, les banques de graines vont inévitablement commencer à fournir à leurs clients des données concernant les profils terpéniques. Cela permettra aux cultivateurs d’avoir une bien meilleure idée de la saveur et des arômes d’un cultivar, ainsi que d’autres données comme le potentiel thérapeutique.

Mais comment pouvons-nous savoir quelle quantité de chaque terpène se trouve dans une variété particulière ? C’est là que la science entre en jeu. Il existe plusieurs techniques d’analyse qui permettent aux laboratoires de déterminer la teneur en terpènes. Nous parlerons de ces méthodes plus bas dans cet article. Mais tout d’abord, faisons un petit détour dans le monde des terpènes.

QU’EST-CE QUE LES TERPÈNES ?

Les terpènes sont apparus comme des molécules particulièrement « à la mode » dans le monde du cannabis. Au cas où vous auriez manqué ce phénomène, nous allons vous raconter ! Les terpènes sont des hydrocarbures aromatiques. C’est une façon sophistiquée de dire que ce sont des molécules qui sentent vraiment, vraiment bon. Ils sont présents dans tout le règne végétal, donnant aux herbes et aux fruits leurs arômes distincts. L’odeur des pins, des écorces d’orange et de la lavande sont toutes dues aux terpènes.

Il existe au moins 20 000 terpènes différents présents dans la nature. La plante de cannabis produit plus de 100 de ces produits chimiques odorants. Ils sont produits par les trichomes (les mêmes glandes qui produisent les cannabinoïdes comme le THC) et jouent un rôle essentiel dans la physiologie des plantes. Les terpènes jouent un rôle protecteur et sont capables de défendre les plantes contre les prédateurs, les agents pathogènes et les concurrents. Bien que certains terpènes tuent les insectes, on croit qu’ils produisent des effets thérapeutiques chez les humains. Certains de ces produits chimiques produisent des effets anti-inflammatoires et anti-anxiété, entre autres.

LES CHÉMOTYPES, LE NOUVEAU PARADIGME DU CANNABIS

Traditionnellement, les cultivateurs et les sélectionneurs classaient les différents types de cannabis en cultivars (variétés). Ces variétés sont placées dans des groupes à dominance sativa/sativa et à dominance indica/indica en fonction de leur morphologie et de leurs effets.

Chromatography

La sagesse populaire affirme que les cultivars de sativa produisent un high plus stimulant, tandis que les variétés indica sont plus sédatives. Toutefois, ces deux sous-types contiennent du THC, le composant psychotrope actif du cannabis. Ce sont les différents teneurs en terpènes qui produisent des effets stimulants ou sédatifs. Les profils terpéniques sont connus pour être très différents selon les variétés, même entre celles qui appartiennent au même sous-type.

Certaines études ont trouvé que les variétés indica sont plus élevées en myrcène, un terpène sédatif, les variétés sativa ayant tendance à présenter des profils terpéniques plus complexes et plus élevés en a-terpinolène et a-pinène. Cependant, certaines variétés de sativas présentent également du myrcène comme un terpène dominant. D’autres recherches ont montré qu’il n’y a pas de différences entre la composition chimique des sous-types indica et sativa.

Cela a conduit certains chercheurs à proposer un nouveau type de classification du cannabis. Au lieu de classer les différents types de cannabis comme des cultivars, ils suggèrent de les classer comme des chémotypes (variétés chimiques). L’analyse en laboratoire peut mesurer les quantités de terpènes dans certains chémotypes, et la chimio taxonomie peut les classer en différentes variétés.

LE MONDE DES TERPÈNES N’EST PAS NOIR OU BLANC

Comme vous pouvez le voir, la compréhension moderne de la chimie du cannabis est assez compliquée. Pour rendre les choses encore plus compliquées, les principales autorités de la science du cannabis ont même décrit l’idée des variétés comme une « absurdité ». Elles suggèrent que l’histoire génétique d’un cultivar ne déterminera pas complètement sa composition chimique. Bien que ce ne soit pas trop grave pour les cultivateurs maison, c’est énorme en termes d’utilisation médicale et pour l’industrie pharmaceutique. Les patients doivent connaître le profil terpénique exact d’un chémotype pour s’assurer qu’ils bénéficieront du bon ensemble de molécules.

C’est ce qui rend l’analyse des terpènes si importante. Heureusement, on sait que la composition des terpènes est principalement héréditaire, mais les facteurs environnementaux peuvent également jouer un rôle important. Cela signifie que la teneur en terpènes peut même varier au sein d’une même variété ! Le terme pour cela est connu sous le nom de variabilité terpénique. Les conditions durant la culture, la récolte, le séchage et le stockage peuvent toutes modifier la teneur en terpènes.

COMMENT POUVEZ-VOUS CALCULER LE PROFIL TERPÉNIQUE ?

Votre fournisseur de graines peut vous donner une bonne idée des terpènes dominants dans une variété particulière. Il peut le déterminer en examinant les principaux terpènes présents dans la lignée génétique. Il ne pourra toutefois pas vous dire le profil terpénique exact qui se retrouvera dans vos fleurs. La seule façon fiable de le faire est d’envoyer un échantillon à un laboratoire pour le tester. N’oubliez pas que vous devrez envoyer une fleur qui a été séchée, affinée et dans sa forme finale afin d’éviter qu’une foule de variables n’altèrent les résultats.

Les scientifiques utilisent un outil d’analyse appelé chromatographie en phase gazeuse (CPG) pour tester les échantillons afin de déterminer leurs composés chimiques. Cette technique permet d’obtenir des lectures précises de la teneur en cannabinoïdes et en terpènes. Pendant la CPG, les techniciens vaporisent les échantillons de cannabis dans une « phase mobile gazeuse » constituée d’un gaz porteur. Les particules de gaz passent ensuite à travers une « phase stationnaire » ; un liquide ou un polymère logé dans un tube de verre appelé colonne capillaire. Lorsque les particules se déplacent dans la colonne, elles interagissent avec les parois.

Chromatography

Chaque terpène a son propre temps de rétention. Cela signifie que différents groupes de terpènes se déplacent dans la colonne à des vitesses différentes, ce qui permet aux scientifiques de séparer les composés et de les mesurer. Cela permet aux cultivateurs de savoir quelle quantité d’un terpène spécifique est présente dans leurs fleurs.

VOTRE MÉTHODE DE CONSOMMATION DU CANNABIS AFFECTE-T-ELLE LA TENEUR EN TERPÈNES ?

Les terpènes sont des composés volatils, ce qui signifie qu’ils ont tendance à devenir instables et à s’évaporer. Les monoterpènes, comme le limonène et le pin, sont les plus instables. En revanche, les sesquiterpènes, comme le caryophyllène, sont légèrement moins volatils.

Comme les terpènes s’évaporent à des températures relativement basses, ils peuvent être perdus lors de méthodes d’extraction et de cuisson plus primitives. Des techniques d’extraction plus complexes, comme l’extraction au CO₂, peuvent cibler et capturer la majorité des cannabinoïdes et des terpènes.

Fumer ou vaporiser à basse température est une bonne façon de maintenir la teneur en terpènes dans vos têtes. Les vaporisateurs modernes ont également des réglages de température coulissants qui peuvent cibler les points d’ébullition de terpènes spécifiques.

VARIABILITÉ TERPÉNIQUE, CONFUSION ET APPORT COMPLÉMENTAIRE 

Ce n’est pas un secret que le sujet des terpènes est assez déroutant. D’un point de vue récréatif, les terpènes peuvent modifier le caractère des effets. D’un point de vue médicinal, ils peuvent changer la façon dont une pathologie réagit au cannabis. Quoi qu’il en soit, il est bon de connaître le profil terpénique de votre variété.

Nous comprenons que tout le monde n’a pas le temps ou les ressources nécessaires pour envoyer des échantillons à un laboratoire. Une façon de combattre la variabilité des terpènes est de donner des compléments de terpènes isolés. L’industrie des terpènes est en pleine croissance, et de nombreux produits isolés sont maintenant disponibles.

Au fur et à mesure que nous en apprenons davantage sur les caractéristiques et le potentiel des terpènes dans le cannabis, la façon dont les variétés sont commercialisées est appelée à changer. N’oubliez pas de consulter régulièrement notre blog pour obtenir des mises à jour sur cette fascinante caractéristique de la science du cannabis.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.