Un guide pour le palissage et l’étêtage du cannabis à autofloraison.


Qu’on parle de l’étêtage, du super cropping, du LST ou du ScrOG, on ne manque pas de techniques de palissage pour vous aider à améliorer la taille et la qualité de vos têtes. Malheureusement, bien que vous ayez sûrement utilisé ces techniques à de multiples reprises sur des variétés photopériodiques, les appliquer à des variétés à autofloraison est une tout autre histoire.

Dans cet article, nous allons décortiquer au scalpel les techniques de palissage comme l’étêtage, le fimming, le LST et le SOG/ScrOG en plus d’explorer comment les autoflos peuvent réagir au stress engendré par l’utilisation de ces méthodes et autres.

Quel Est Le But D’étêter Et Palisser Le Cannabis ?

L’étêtage et le palissage des plants consistent à améliorer les rendements et accroître votre contrôle sur la façon dont se développent vos plants. Si vous les laissez faire à leur guise, les plants finissent souvent par rassembler à un sapin de Noël avec une partie inférieure plus large et une branche centrale de têtes plus fine. Et bien que cela soit une chouette apparence, surtout vers les fêtes de fin d’année, laisser vos plants se développer ainsi est loin d’être optimal, et surtout en intérieur sous un éclairage limité.

Le palissage vous permet de manipuler la façon dont poussent vos plants et construire une canopée égale qui exploitera au mieux la lumière émise par votre lampe. Si vous laissez les plants se développer comme la nature le ferait, les branches de têtes principales vont s’accaparer toute la lumière de votre culture et ne vous laisseront que de petites fleurs aérées sur tous les sites de têtes inférieurs du plant.

L’étêtage quant à lui permet aux plants de développer multiples branches de têtes (des grappes de fleurs qui se développent le long de la tige principale et des branches) et qui peut grandement accroître le nombre de têtes récoltées sur chaque plant.

Quel Est Le But D’étêter Et Palisser Le Cannabis ?

Devriez-Vous Étêter Et Palisser Vos Variétés De Cannabis À Autofloraison ?

La nécessité de palisser ou étêter les variétés à autofloraison est un sujet fortement controversé parmi les cultivateurs : certains ne jurent que par ça, alors que d’autres affirment que c’est une recette pour causer un désastre. Pour mieux comprendre les tenants et aboutissants de ce débat, il nous faut d’abord une compréhension globale des caractéristiques de la génétique des variétés autoflos.

Contrairement à celles photopériodiques, les autoflos possèdent une génétique issue du Cannabis ruderalis, une variété unique de cannabis qui fleurit automatiquement une fois qu’elle atteint un âge mûr (contrairement aux variétés indica et sativa qui fleurissent selon les changements du cycle d’éclairage). Et tandis que le gène autofloraison du Cannabis ruderalis soit évidemment très avantageux, il y a malgré tout quelques inconvénients à cela.

L’étêtage et le palissage vont engendrer du stress chez vos plants allant d’une petite quantité à une autre bien plus significative. Lorsque l’on cultive des variétés photopériodiques, vous êtes en mesure de compenser ce stress en prolongeant leur phase végétative, leur donnant ainsi suffisamment de temps pour s’en remettre entièrement avant de passer au cycle de floraison. Avec les autoflos, vous n’avez pas le luxe de pouvoir rallonger la durée de la phase végétative, et c’est précisément la raison pour laquelle certains cultivateurs évitent les techniques comme celles du palissage, de l’étêtage, la défoliation ou encore la taille. Certaines variétés à autofloraison ne vont tout simplement pas se remettre de tout le stress engendré par ces techniques et vont de ce fait, produire des récoltes plus légères et moins qualitatives.

Avantages De L’étêtage Et Du Palissage Des Autoflos

  • Possibilité d’obtenir multiples branches de têtes et rendements plus conséquents
  • Une croissance davantage contrôlée
  • Une canopée plus large et plate (idéale pour ceux cultivant dans de petits espaces).

Inconvénients De L’étêtage Et Du Palissage Des Autoflos

  • Un mauvais palissage ou un étêtage tardif peut stresser les plants et réduire la qualité et la taille des rendements.
  • Les cultivateurs peu expérimentés sont à même de commettre des erreurs lorsqu’ils palissent ou étêtent.

Quand Devriez-Vous Éviter L’étêtage/Palissage Des Autoflos ?

Généralement, nous recommandons ces techniques sur les autos seulement si vous avez d’ores et déjà de l’expérience en la matière. Si c’est la première fois que vous cultivez de la weed (ou des autos dans ce cas précis), concentrez-vous sur l’arrosage et l’engraissage optimal de vos plants en plus d’en apprendre davantage sur les variétés dans votre culture.

Quand Devriez-Vous Éviter L’étêtage/Palissage Des Autoflos ?

Quand Essayer Le Palissage Ou L’étêtage Des Autoflos ?

Une fois que vous avez 1 ou 2 récoltes sous le coude, libre à vous d’essayer et d’expérimenter avec l’étêtage et le palissage. Souvenez-vous juste de tester ces techniques sur des autos et jeunes et en bonne santé. Les plants qui ont subi un sur ou sous-arrosage, ceux qui ont des carences en nutriments, souffrent d’infestations de nuisibles ou n’ont tout simplement pas une croissance aussi vigoureuse que les autres n’auront pas la force de récupérer à temps du stress causé par l’étêtage/palissage.

Lorsque l’on palisse/étête les autos, il est extrêmement important de commencer tôt. Pour éviter de stresser vos plants lors de leur floraison, nous vous recommandons de commencer le palissage ou étêtage dès lors qu’ils ont développé 3–4 nœuds. La plupart des autos commencent à fleurir en seulement 3–4 semaines après la germination, et les stresser lorsqu’ils arrivent à cette étape risque de paralyser leur croissance ou leur capacité à fleurir, ce qui engendrera de piètres rendements.

Enfin, lorsque vous testez vos techniques de palissage sur des autos, il est toujours préférable de débuter avec des techniques de palissage à faible stress. Le LST, ScrOG ou SOG ainsi que d’autres techniques qui impliquent de plier les tiges et branches des feuilles (plutôt que de couper ou les briser) sont bien plus douces que l’étêtage ou le fimming (toutes deux étant des techniques de palissage à haut stress).

Différentes Techniques De Palissage Pour Le Cannabis À Autofloraison

Nous avons abordé ce qu’impliquaient l’étêtage et le palissage de manière générale, mais il est désormais temps d’entrer dans les détails. Voyons ensemble en profondeur les méthodes spécifiques de palissage pour voir lesquelles seraient les plus (et les moins) viables.

LST (Palissage À Faible Stress)

Le LST, comme son appellation anglaise le suggère, est une technique de palissage qui inflige un faible degré de stress aux plants. Cela implique de doucement plier la tige principale de votre plant et de l’attacher vers le bas à l’aide de fil, de ficelle ou de cure-pipe. Au fil du temps, cette technique apprend à vos plants à se développer vers le côté plutôt que vers le haut, permettant ainsi une meilleure exposition de la lumière sur tous les sites de têtes.

Le LST est sans conteste l’une des meilleures techniques de palissage pour les autos. Elle peut être conduite sur des plants très jeunes et aide à ouvrir la canopée, ce qui finira par produire des fleurs plus larges et plus qualitatives.

LST (Palissage À Faible Stress)

SOG (Sea of Green) Et ScrOG (Screen of Green)

Les techniques SOG et ScrOG sont deux techniques faites pour aider à créer une canopée uniforme et plate. Le SOG implique de cultiver multiples petits plants (généralement de la même variété) rapprochés dans de petits pots alors que le ScrOG implique l’utilisation d’une technique plus avancée de LST pour apprendre aux quelques plants à se développer latéralement sur une grille maillée.

Le SOG convient parfaitement aux autoflos puisque ces plants ont naturellement tendance à ne pas grimper très haut contrairement à ceux photopériodiques : faites simplement germer vos graines (essayez d’utiliser des graines issues de la même variété pour de meilleurs résultats) et gardez vos plants à 30–60 cm les uns des autres pour créer une canopée épaisse et uniforme.

Le ScrOG peut aussi être utilisé sur les autoflos, mais plus d’efforts seront nécessaires et cela nécessitera des connaissances basiques du LST. Une fois que vous avez installé votre grille maillée à approximativement 20 cm de la partie supérieure de vos pots, espacez vos plants de plus ou moins 30 cm. Lorsqu’ils grandiront, tressez les branches et les tiges le long de la grille pour créer une canopée uniforme et plate au-dessus de celle-ci qui permettra de maximiser le potentiel de vos lampes de culture. Souvenez-vous d’utiliser des fils souples et légers pour accrocher vos plants vers le bas et les garder bien en dessous de la grille.

SOG
SOG
SCROG
SCROG

Étêtage

L’étêtage implique de couper l’apex d’un plant, ce qui résultera en la naissance de deux nouvelles branches principales qui éventuellement se rempliront de têtes. Alors que l’idée de se saisir d’une paire de ciseaux et d’attaquer directement la tige principale d’un plant peut sembler effrayante pour les débutants, l’étêtage est en réalité super efficace pour augmenter les rendements.

Cependant, il est important de se souvenir que cette technique est à haut stress. Si vous comptez l’utiliser sur une variété à autofloraison, il vous faudra la faire très tôt, et seulement si vous êtes persuadé que vos plants sont en très bonne santé. Souvent, nous recommandons d’éviter l’étêtage si vous cultivez des autoflos.

Étêtage

FIM (Fuck, I Missed)

Le FIM est une variante de l’étêtage. Plutôt que de retirer entièrement l’apex d’un plant, le fimming implique de n’en retirer qu’une partie. L’objectif ici est le même qu’avec l’étêtage : vous cherchez à encourager le plant à développer multiples branches de têtes. L’avantage du fimming est qu’il est légèrement moins stressant que l’étêtage puisqu’il n’endommage pas la tige principale du plant. En plus de ça, le fimming encourage également la production de quatre branches de têtes principales alors que l’étêtage ne le fait que pour deux.

FIM (Fuck, I Missed)

Super Cropping

Le super cropping est une technique très populaire. Cela implique de faire tourner entre ses doigts les tiges et les branches d’un plant pour endommager le tissu végétal à l’intérieur tout en laissant l’extérieur intact. Le stress de cette technique va souvent engendrer une croissance vigoureuse et si on la combine à du LST, cela aidera aussi à exposer davantage de sites de têtes à la lumière, encourageant ainsi des têtes plus lourdes et plus larges.

Le super cropping de plants à autofloraison peut être risqué, mais pas impossible. Tenez une partie de la tige de votre plante et tortillez-la doucement entre vos doigts jusqu’à entendre un craquement. Soyez vigilant, et souvenez-vous qu’il faut seulement endommager l’intérieur du tissu végétal du plant tout en gardant l’extérieur intact. Pour de meilleurs résultats, n’employez cette technique que sur la tige principale d’un plant et 2–3 de ses branches principales.

Super Cropping

Comment Étêter Des Plants De Cannabis À Autofloraison

  1. Choisissez les plants que vous souhaitez étêter. Souvenez-vous de le faire seulement sur des plants jeunes et en bonne santé (ceux avec seulement 3–4 nœuds) qui selon, seront capables de surmonter le stress de cette procédure.
  2. Avec des ciseaux ou une lame de rasoir stérilisée, coupez l’apex de la tige du plant (juste en dessous du dernier nœud).
  3. Surveillez la récupération de votre plant. Idéalement, les plants étêtés devraient s’en remettre en 3–7 jours et ne devraient pas présenter de signes de croissance paralysée.

Comment Palisser Des Plants De Cannabis À Autofloraison

  1. Choisissez les plants que vous souhaitez palisser. Encore une fois, ne le faites que sur des plants avec 3–4 nœuds qui ont l’air d’avoir une forme olympique.
  2. Avec la plus grande délicatesse, pliez la tige principale jusqu’à un angle d’approximativement 90° du sol, soit, parallèle à celui-ci.
  3. Attachez la tige vers le bas grâce à des câbles et fils de jardinage adéquats. Peut-être vous faudra-t-il percer des trous dans les côtés de vos pots pour y attacher le fil.
  4. Alors que vos plants poursuivent leur croissance, attachez régulièrement les parties de la tige ou les branches qui dépassent le reste du plant.

Souvenez-vous que l’objectif du LST est de manipuler la croissance du plant et créer une canopée plus basse et plate qui permettra à davantage de lumière de pénétrer toutes les parties du plant.

Note : lorsque l’on cultive des variétés photopériodiques, les cultivateurs choisissent souvent d’étêter leurs plants en premier, puis d’utiliser le LST pour tirer les nouvelles pousses vers le bas. À moins d’être un cultivateur sacrément chevronné ayant d’ores et déjà réalisé cette technique sur des autos, nous ne vous recommandons pas de les combiner, puisqu’elles pourraient engendrer bien trop de stress.

Palisser Et Étêter Les Autoflos : L’entraînement Est De Mise

Comme avec tous les aspects de la culture du cannabis : l’entraînement est de mise. Lorsque l’on palisse ou étête des autoflos, il faut se souvenir d’y aller doucement et de se cantonner aux techniques de palissage à faible stress pour les débuts. Lorsque votre expérience et vos intuitions vis-à-vis de la santé de vos plants et leur façon de réagir au stress causé par ces méthodes s’amélioreront, vous pourrez graduellement passer à des techniques plus avancées. Souvenez-vous toujours comme règle d’or d’appliquer l’étêtage et le palissage uniquement lorsque vos plants sont jeunes avec une santé tonitruante.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.