Product successfully added to your shopping cart.
Check out
 

Partie 1 - Introduction
Finalement, après deux longs mois de floraison et une période de croissance préliminaire, vous avez des buds qui ont poussé grâce à vos belles petites mains. Mais le divertissement ne s'arrête pas là. En plus de tirer le cannabis que nous avons récolté des plantes, nous pouvons aussi en extraire du skuff ou du haschisch préparé avec de l'eau. Les deux principes sont très simples et efficaces. Bref, la récolte n'est pas encore totalement terminée...

À ce stade, tous les buds des plantes devraient être mis à sécher et les buds plus petits devraient déjà être assez secs pour pouvoir être fumés et dégustés. Encore deux semaines et tous les buds seront secs à l'extérieur, aussi bien au toucher qu'à la vue, mais ils ne seront pas encore complètement secs à l'intérieur. Les buds plus gros auront besoin de plus de temps. Laissez-les tous sécher lentement dans une pièce sombre, suffisamment grande ou équipée d'une ventilation de sorte que l'humidité libérée par les feuilles puisse sortir.

Une fois que les brindilles des buds claquent de façon nette, y compris les buds les plus gros, nous pouvons les rassembler et les mettre à mûrir pour permettre au goût et à l'odeur du cannabis de se développer pleinement. Au cours des deux premières semaines, ne vous inquiétez pas si le cannabis a encore une odeur verte ; certaines variétés ont besoin de plus de temps pour développer l'odeur typique et unique du cannabis.

Partie 2 - Skuff
Entre temps, nous avons aussi fait sécher les volumineux déchets de l'écimage et des petites feuilles. En fonction de la variété cultivée et du nombre de feuilles qu'elle développe, vous devriez avoir à peu près la même quantité de feuilles que le poids des buds produits.

En d'autres termes, environ 500 grammes de cannabis sec de vos plantes devraient correspondre à environ 500 grammes de feuilles sèches. Bien sûr, vous en aurez beaucoup plus avec les variétés qui ont plus de feuilles et moins si vous cultivez une variété qui produit peu de feuilles autour des buds. Nous conservons, bien entendu, uniquement les feuilles qui contiennent du THC, en général celles autour des buds, qui sont riches de THC eux aussi.
THC
Nous utilisons aussi les grandes feuilles  qui contiennent du THC. Toutes les autres feuilles sans THC sur leur surface peuvent être écartées. Normalement, cela se fait lorsque nous taillons les buds, lorsque nous enlevons d'abord les grandes feuilles pour ensuite couper avec précision autour des buds. De cette façon, vous devriez produire deux piles de feuilles pendant l'écimage : un tas avec les grandes feuilles sans THC et un autre avec les feuilles pleines de THC.

Inutile de mélanger les deux types de feuilles : cela ne ferait que réduire la qualité de votre shit. Les feuilles qui contiennent peu de THC ne seraient qu'une ultérieure contamination de votre haschisch. Dans tous les cas, il est très important de laisser sécher complètement les déchets de l'écimage. Il faut généralement compter un temps de séchage plus long que pour les buds. Mais le séchage ne suffit pas : la feuille doit être sèche au point d'être friable et de s'émietter lorsque vous la pincez entre le pouce et l'index.

Plus les feuilles sont sèches et plus leur rendement de shit sera élevé. Les cristaux de THC se détachent  beaucoup plus facilement des feuilles lorsque celles-ci sont bien sèches. Lorsque la feuille n'est pas suffisamment sèche, elle ne s'émiette pas et quasiment aucun cristal de THC ne s'en détache.

Notre objectif est de récolter le plus grand nombre possible de cristaux de THC et de les entasser pour en faire un beau petit morceau de haschisch. La poudre jaune-or sur les buds a un effet très différent si elle est fumée pure et certains fumeurs préfèrent une défonce douce et les effets du haschisch, par rapport au coup plus corporel quand on fume les buds de la plante de cannabis. À chacun ses préférences.

Quand vous roulez un joint qui contient des buds de cannabis bien secs, vous remarquerez souvent que vos doigts se couvrent d'une petite poudre collante jaune-or. Ces cristaux sont ce dont je vous parlais. Le plus gros avantage de fabriquer du haschisch, c'est qu'en plus de la récolte normale de buds, vous tirez aussi une bonne quantité de haschisch avec la même récolte. Donc, en supposant que vous ayez une récolte de 500 grammes de buds, avec environ 600 grammes de feuilles sèches restantes, vous pouvez espérer en tirer 60 grammes de haschisch. Ce rendement de 10 % représente une bonne règle empirique sur l'utilisation du feuillage bien sec.

Bien entendu, il faut aussi tenir compte de la qualité du feuillage à disposition : meilleure est sa qualité, avec plus de cristaux attachés, et meilleur sera le rendement obtenu. Donc si vous avez cultivé une véritable variété blanche ou une autre variété avec une forte production de THC, vous devriez logiquement en tirer un rendement de haschisch supérieur. Normalement, si vous cultivez le cannabis à l'intérieur, vous devriez obtenir un rendement de plus de 10 % ; certains cultivateurs sont connus pour avoir atteint des rendements jusqu'à 16 % et plus, en utilisant de bonnes feuilles. Si vous cultivez à l'extérieur, il y en aura beaucoup moins, surtout si l'automne a été mauvais, car dans ce cas les feuilles produisent moins de THC et le rendement peut donc être bien inférieur à 10 %.

Ne vous inquiétez donc pas, car il est inutile de mélanger 400 grammes de feuillage riche en THC avec 200 grammes de grandes feuilles, dans l'espoir vain de produire 600 grammes de bon feuillage : vous auriez dans tous les cas seulement 400 grammes de bon feuillage. Mélanger signifie qu'au lieu d'utiliser uniquement les feuilles de THC bien coupées, vous y ajoutez aussi quelques grandes feuilles qui contiennent peu de THC.

Que vous obteniez ou non une bonne récolte de buds, il est intéressant de savoir que vous pouvez compter tout de même sur le fait que vous en tirerez un bon morceau de shit. Si la récolte est faible et décevante, comme cela arrive parfois en cultivant à l'extérieur, vous pouvez quand même utiliser le tout pour faire du haschisch.
thc sur une plante de cannabis
Partie 3 - Pollinisation
Le principe pour faire du haschisch est assez simple et fonctionne grâce au détachement des cristaux de THC. Pour ce faire, il existe différentes méthodes. Vous pouvez utiliser un tamis, y répandre le feuillage, l'agiter et le faire vibrer. Le tamis doit être suffisamment fin pour retenir tout le feuillage et ne faire passer que les cristaux.

Il existe aussi des appareils conçus expressément pour faire du haschisch, dans lesquels on met une petite quantité de feuilles sèches et qu'on secoue manuellement. Les nouveaux modèles de grinders se brasent sur le même principe pour extraire du haschisch. De nos jours, de nombreux grinders comprennent un petit tamis qui permet de recueillir les cristaux de THC dans un compartiment séparé, tandis que le cannabis perd peu de son effet. Vous serez surpris de la quantité de poudre de haschisch que vous recueillerez ou que vous perdriez en utilisant un grinder normal ou en émiettant les buds à la main.

Mais si vous souhaitez travailler une quantité de feuillage raisonnablement importante, vous aurez besoin d'un pollinator. Le pollinator est un appareil qui détache les cristaux en faisant tourner un tambour qui possède un tamis tout autour. On met le feuillage dans la centrifugeuse, que le moteur fait tourner. Le feuillage est battu, en haut et en bas : ce mouvement permet aux cristaux de THC de se détacher du reste de la feuille. Quelques minutes plus tard (en général 30-40 minutes suffisent), nous pouvons arrêter le pollinator et gratter la poudre de haschisch en formant un tas : nous pouvons extraire du haschisch en pressant directement cette petite poudre (après l'avoir stockée pendant au moins un an pour le mûrissement).

Cette poudre pressée est appelée skuff. La poudre est pressée pour en améliorer la saveur et l'odeur, mais aussi parce qu'il est plus facile d'en faire un joint ou de la transporter. Un morceau de haschisch pressé est plus facile à partager avec quelqu'un plutôt que sous la forme d'une poudre collante. Dans tous les cas, meilleure est la qualité du shit et moins le pressage devra être puissant. Avec un haschisch de mauvaise qualité, il faudra presser fortement car les cristaux sont mélangés à une grande quantité de matière végétale et ont du mal à rester attachés entre eux.

En plus de la nécessité que le matériel utilisé soit suffisamment sec, il est aussi conseillé de placer le feuillage au congélateur pendant une nuit entière, surtout si vous prévoyez d'utiliser le pollinator. Le froid extrême permet de détacher plus facilement les cristaux de THC. Dans la meilleure des hypothèses, vous devriez préparer votre shit à l'intérieur d'une chambre froide ou dans un lieu qui permette de maintenir une température froide constante. Vous obtiendrez ainsi le meilleur des produits, mais peu d'entre nous possèdent de telles structures. Si vous connaissez quelqu'un capable de mettre une chambre froide, ou un lieu équivalent, à votre disposition, n'hésitez pas à l'utiliser.
poudre hachageIl est toujours très surprenant de voir la quantité de poudre de haschisch qu'il est possible d'extraire d'une petite quantité de feuillage sec. Pas besoin de passer les buds dans le pollinator, compte tenu de la qualité du feuillage, mais si vous êtes de véritables aficionados du haschisch et si vous n'aimez pas fumer les buds, vous pourrez alors procéder et polliniser toute la récolte. Assurez-vous auparavant d'avoir émietté les buds afin que les cristaux puissent s'en détacher en tous points. Vous augmenterez ainsi le rendement de shit de façon drastique. Contrôlez aussi qu'il ne reste pas de petites branches (ou disons le moins possible) dans les buds, car elles endommageraient le tamis. Un morceau de tamis coûte assez cher et l'abîmer est donc plutôt ennuyeux.

Bien qu'un pollinator ou un appareil semblable coûte près de 300-500 euros, il s'agit d'un investissement qui est compensé dès la première récolte et la première production de shit. De plus, il fonctionnera sans problème pendant de nombreuses années. Si vous avez régulièrement une belle quantité de feuillage à utiliser, alors vous feriez bien de vous procurer un appareil de ce genre.

Si vous avez une quantité minime de feuillage et si le pollinator devait passer plus de temps dans l'armoire qu'en action, alors il ne vous sera pas très utile d'en acheter un.

Partie 4 - Haschisch fait à l'eau
Ces dernières années, faire du haschisch avec de l'eau est la méthode de production la plus récente. Elle fonctionne selon les mêmes principes que le pollinator, mais en utilisant de l'eau glacée et la centrifugation pour séparer les cristaux du feuillage. Le processus pour faire le haschisch extrait avec de l'eau nécessite plus de travail que la méthode simple, mais la qualité obtenue est vraiment spéciale.

Pour commencer, vous ne pouvez pas vous limiter à le battre dans un tambour, il vous faut donc un peu plus de feuillage. Nous avons besoin d'un seau d'au moins 20 litres, dans lequel nous plongerons le sac spécial. Un set pour faire du haschisch d'eau est constitué de deux ou plusieurs sacs avec un tamis cousu à l'intérieur. Chaque tamis a des dimensions différentes, de sorte qu'un tamis laisse passer les cristaux et l'autre recueille les cristaux sans être traversé.

Avec de nombreux sacs avec tamis, nous pouvons recueillir séparément des cristaux de différentes dimensions. Au lieu d'obtenir un petit tas de cristaux volumineux dans un sac, vous en obtiendrez de différentes qualités dans chaque sac. Étant donné que les cristaux de chaque sac sont différents, l'effet et le goût du haschisch d'eau seront eux aussi différents. Il faut donc mettre les sacs dans un seau ; le sac de recueil des cristaux se trouve au fond du seau et ne laisse passer que de l'eau. Au-dessus, il y a les sacs avec les tamis qui retiennent un peu de feuillage et des cristaux d'une certaine dimension.
hash water
Remplissons d'abord les seaux d'eau glacée (à environ 3 degrés). Plus elle est froide et mieux c'est, car les cristaux se détacheront plus facilement. En mettant un mixer (pour aliments) dans le seau, le feuillage sera battu et les cristaux se détacheront. Ne l'utilisez pas à  pleine vitesse : vous réduiriez le feuillage en bouillie et vous obtiendriez un produit de très mauvaise qualité. Encore une fois, je vous conseille de laisser le feuillage une nuit au congélateur avant de commencer. Si la température dans le seau n'est pas suffisamment basse, ajouter des glaçons, à moins d'avoir relié aux robinets un dispositif de refroidissement de l'eau, qui vous permettrait d'obtenir de l'eau suffisamment froide.

Sinon, une heure avant de commencer à faire du haschisch à l'eau, vous pouvez également mettre deux bouteilles d'eau d'1 ou 2 litres au congélateur. L'eau sera glacée lorsqu'elle vous servira, parfaite pour fabriquer un haschisch d'une excellente qualité. Attention à ne pas les laisser trop longtemps au congélateur, afin d'éviter que le contenu ne se congèle ; il serait alors inutilisable. À la limite, vous pourriez couper les bouteilles (PET) pour les ouvrir et utiliser l'eau glacée qu'elles contiennent.

La façon la plus simple de faire du haschisch d'eau sans trop d'efforts est de régler le mixer avec le timer de sorte qu'il tourne pendant 20 minutes, puis s'arrête pendant 5 minutes, avant de repartir pendant 20 minutes supplémentaires. Répétez cette opération pendant près d'une heure et demie. Il est important de contrôler que le mixer soit placé de façon adéquate et fixe, afin d'éviter qu'il ne se détache et ne ruine toute l'opération (et les sacs). Si vous êtes sûr que tout est bien installé, inutile de rester à regarder le mixer pour l'allumer ou l'éteindre.

En tout cas, il ne faut pas utiliser un batteur au profil tranchant : il ne s'agit pas de faire un cocktail de feuilles de marijuana. L'action de légère secousse, combinée à l'eau glacée, suffira à détacher les cristaux de THC. Il est facile de voir si le feuillage rend bien ou non. Quand l'eau prend une couleur jaune dorée qui vire au marron, vous pouvez être sûr qu'elle contient une bonne quantité de cristaux.

Étant donné que nous utilisons l'extraction à eau pour faire du haschisch, le produit final est beaucoup moins contaminé et la qualité du haschisch est donc beaucoup plus élevée. De plus, le haschisch d'eau a un effet et une puissance très différents du shit habituel. Il faut tout simplement l'essayer pour l'apprécier. Le haschisch d'eau peut même être trop puissant pour les fumeurs débutants.

Toutes les variétés de cannabis ne se prêtent pas de la même façon à l'extraction du haschisch avec de l'eau : certaines perdent une partie de leur saveur. Il vaut donc mieux se comporter comme un connaisseur de vins et utiliser les deux méthodes quand vous essayez une nouvelle variété : vous pourrez ainsi déterminer la mieux adaptée pour produire du haschisch avec une certaine variété. Faire du haschisch avec de l'eau est une belle expérience et lorsque vous soulevez pour la première fois le sac final du seau, vous vivez un moment magique, comme lorsque vous le secouez en avant et en arrière, en laissant tomber les cristaux jaunes sur un tas.

Lorsqu'on fait du haschisch d'eau, plus le feuillage est sec et meilleure est la récolte de cristaux que vous pouvez espérer. Mais la qualité sera légèrement inférieure. L'avantage de faire du haschisch avec de l'eau est que vous pouvez même travailler avec du feuillage frais, non-séché. Le rendement est légèrement inférieur si vous utilisez des feuilles fraîches, mais vous obtiendrez une qualité extraordinaire, car la contamination est moindre par rapport aux feuilles sèches.
cannabis crystal
Partie 5 - Bubbleator
L'homme est essentiellement un amateur du plaisir et l'un des inconvénients de la routine du "travail avec la glace", si nous voulons l'appeler ainsi, est la difficulté de fixer solidement le mixer. Vous ne pouvez donc pas décider tout à coup "Tiens ! Je vais me mettre à faire du haschisch d'eau !" sans vous être d'abord procuré un mixer capable de fonctionner de façon sûre dans ce contexte. Cela peut dissuader certains cultivateurs, qui n'essaieront pas de produire cette variété de shit exceptionnelle.

La société productrice du Pollinator a dernièrement commercialisé le Bubbleator, conçu pour produire rapidement le haschisch d'eau. En effet, le Bubbleator est un mixer qui ressemble à un petit lave-linge. Vous pouvez tout simplement battre le feuillage dans un grand sac avec un tamis que vous insérez ensuite dans le Bubbleator et que vous remplissez ensuite d'eau glacée : il vous suffira ensuite de tourner la manivelle et de centrifuger le tout pendant 15 minutes.

L'avantage de ce système est que vous n'avez pas besoin de chercher un mixer de cuisine adapté et tout s'effectue plus facilement. Il vous suffit de laisser le Bubbleator se vider dans un des sacs tamis et vous obtiendrez le petit tas tant désiré. D'après mes calculs, le Bubbleator convaincra de nombreux nouveaux cultivateurs à essayer de produire du haschisch, grâce à l'élimination de la fastidieuse "chasse au mixer". Vous pouvez acheter le Bubbleator séparément ou offert avec les sacs ice-o-lator.
Les véritables amateurs de haschisch laissent mûrir leur shit au moins pendant un an avant de penser à le consommer. Cela vaut certainement la peine de mettre de côté au moins une partie de la récolte. Si vous le faites chaque année, vous disposerez bientôt d'un vaste choix de délicieux haschisch.

Buy Autoflowering Cannabis SeedsBuy Feminized Cannabis SeedsBuy Medical Cannabis Seeds