Lors d’une culture de cannabis, vous êtes-vous déjà demandé : « Pourquoi mes autoflos sont-elles si petites ? ». Tout d’abord, les autos sont génétiquement conçues pour devenir plus petites que la plupart des variétés photopériodiques. Cependant, il existe plusieurs approches que vous pouvez adopter pour les éviter.

Les producteurs cultivent ces variétés pour de nombreuses raisons, notamment pour leur cycle de vie rapide, leur simplicité générale et leur petite taille. Cette dernière caractéristique permet notamment aux cultivateurs d’obtenir un côté opération furtive et certains vont même jusqu’à en cultiver dans des armoires et des seaux convertis pour. Mais lorsque vous vous concentrez uniquement sur le rendement, il est utile de prendre des mesures pour éviter que vos plants restent compacts. Utilisez le guide ci-dessous pour éviter les petites autos et obtenir systématiquement des plants plus grands.

Pourquoi les plants autos restent-ils petits (et comment y remédier) ?

La génétique joue un rôle important dans la taille finale d’une autofloraison, mais l’environnement a également une influence notable. Notez que les autos atteignent une hauteur moyenne de 60–120 cm. Nous allons vous montrer comment contrôler ces variables pour cultiver des plants qui atteignent l’extrémité supérieure du spectre.

Manque de planification

La planification est primordiale lorsqu’il s’agit d’éviter les petites autoflos. Planifier sa culture en amont implique de sélectionner les bonnes génétiques (certaines autos deviennent plus grosses que d’autres) et d’organiser l’environnement.

Par exemple, si vous lancez la culture d’une génétique de mauvaise qualité, le tout dans un petit conteneur, vous obtiendrez forcément de petites autos et un rendement décevant. Vous devrez également tenir compte de la puissance lumineuse, de votre programme d’arrosage et du type de sol dont vous aurez besoin : tous ces facteurs auront une incidence sur le résultat final.

En fin de compte, plus vous aurez de connaissances, plus vous serez à même de les éviter. Chez Royal Queen Seeds, nous avons passé des années à peaufiner notre blog sur le cannabis. Cette mine d’informations contient tout ce que vous devez savoir sur la culture du cannabis de la qualité du sol à l’éclairage en passant par les nutriments. Utilisez cette ressource vaste et non exhaustive lors de votre prochaine culture pour obtenir les meilleurs résultats.

Pensez bien à la génétique pour éviter les petites autoflos

Toute culture commence par la sélection de la variété. Non seulement le choix de la bonne variété vous aidera à éviter les petits plants, mais cette décision dictera également les effets, les odeurs et les saveurs de votre récolte. Tout d’abord, vous devez viser la qualité. Les graines de qualité supérieure ont un meilleur taux de germination et des résultats supérieurs : vous trouverez de telles graines dans tout le catalogue RQS. Ensuite, vous devriez vérifier les caractéristiques spécifiques de toutes les variétés qui vous intéressent. Si la taille est votre priorité, vous devriez éviter les variétés autos intrinsèquement petites comme Royal Dwarf qui sont conçues uniquement pour être furtives. Penchez plutôt vers des cultivars comme Mimosa Automatic qui atteint une hauteur maximale de 160 cm. Pour trouver une variété qui vous convient parfaitement, utilisez le Cannabis Seedfinder de RQS afin d’affiner votre recherche.

Pensez bien à la génétique pour éviter les petites autoflos

Les problèmes de germination conduisent à de petites autoflos

Une germination optimale donne à vos plants le meilleur départ possible. Rappelez-vous que les variétés à autofloraison fleurissent en fonction d’une horloge génétique interne et cette horloge se déclenche lorsque les graines germent. Plus votre plant émerge rapidement à la surface, plus il passera de temps à se prélasser dans la lumière et à créer de l’énergie pour devenir plus grand et productif. C’est pour cette raison que nous recommandons la bonne vieille méthode de l’essuie-tout pour faire germer les autos.

Cette méthode a un taux de réussite élevé et permet d’éviter les problèmes liés au sol comme la fonte des semis. Placez simplement vos graines sur une serviette en papier humide en les espaçant de quelques centimètres. Ajoutez une autre serviette en papier humide sur les graines et placez-les dans un endroit sombre (les placards sont parfaits). Une fois que vos graines ont développé des racines blanches de 2–3 cm de long, transférez-les dans le sol.

Substrat de culture trop dense

Les plants à autofloraison préfèrent un substrat de culture léger, aéré et moins riche en nutriments. Cela permet aux racines de s’étendre rapidement dans le sol, ce qui est particulièrement important pendant la phase des semis et au début de la phase végétative. Dans ce cas, un substrat de culture épais et extrêmement dense peut ralentir la croissance, ce qui signifie des plants plus petits au moment de la récolte. Les cultivateurs d’autoflos ont du succès avec un large éventail de milieux de culture, mais nous trouvons que ce mélange de substrats pour autos fonctionne bien à chaque fois :

3 doses de mousse de tourbe 3 doses de compost
2 doses de perlite (pré-humidifiée) 1 dose de vermiculite (pré-humidifiée)

Les pots et contenants peuvent restreindre la croissance des autos

Les contenants jouent un rôle crucial dans la croissance des plants. La taille du pot que vous choisissez peut soit limiter la croissance, soit la favoriser. Mais il n’y a pas que la taille qui compte. Le type de conteneur peut également influencer la santé de vos plants et l’état du précieux réseau racinaire.

  • Taille du pot

Les cultivateurs tombent souvent dans le piège de supposer qu’ils n’ont besoin que d’un petit pot pour cultiver des autos. Lorsqu’il est fait volontairement, ce choix aide à garder des plants petits et discrets. Cependant, si vous voulez éviter les petites autos, vous devez opter pour un conteneur plus grand. Les plants ne tardent pas à les remplir et lorsque leurs racines se rendent compte qu’elles n’ont plus de place, vos plants cessent de se développer. Nous vous recommandons d’utiliser un pot de 11 l si vous voulez des plants à autofloraison larges et volumineux. Cela leur donne suffisamment d’espace pour se développer sans que ce soit excessif.

Taille du pot
  • Type de pot

La taille mise à part, le type de pot joue également un rôle dans la santé et les performances globales du plant. Bien que les pots en plastique standard font l’affaire, ils prédisposent les systèmes racinaires au manque d’aération et à l’engorgement. Heureusement, des esprits habiles du domaine cannabique ont trouvé des moyens de remédier à ces problèmes. Les pots en tissu et les smart-pots favorisent la circulation de l’air dans le milieu de culture et offrent un drainage supérieur qui réduit les risques de maladies.

Type de pot

L’éclairage

Vous ne vous souvenez peut-être pas de vos cours de biologie au lycée, mais il y a de fortes chances que vous vous souveniez du mot « photosynthèse » et de la façon dont les plants convertissent la lumière en sucres qui seront la source d’énergie. Il faut imaginer les feuilles de cannabis comme des panneaux solaires biologiques. Lorsque la lumière les atteint, les chloroplastes qu’elles contiennent convertissent l’énergie lumineuse en glucose qui alimente la croissance du plant. Il est donc assez logique que plus vos autos reçoivent de lumière, plus elles grandissent.

  • En intérieur

Les plants d’intérieurs ont besoin d’un éclairage supplémentaire. Placer vos autos sur le rebord d’une fenêtre orientée au sud vous permettra d’économiser de l’argent, mais vos plants ne pourront pas atteindre leur plein potentiel. De ce fait, pourquoi ne pas installer de puissantes lampes LED ou HID dans votre tente de culture. Quel que soit le type d’éclairage que vous choisissez, visez un modèle capable d’émettre au moins 400 W.

Une fois que vous avez choisi votre éclairage, vous devez choisir combien de temps vous allez le laisser allumé. Les autos peuvent supporter la lumière 24 heures sur 24, car elle n’affecte pas leur capacité à fleurir. Cependant, vous obtiendrez également d’excellents résultats avec un programme en 18 heures de jour et 6 heures d’obscurité pendant tout le cycle de croissance.

En intérieur
  • En extérieur

Bien sûr, vous avez beaucoup moins de contrôle sur le cycle lumineux en extérieur. Alors que les variétés photopériodiques sont mieux adaptées aux climats chauds et ensoleillés, les autos permettent de cultiver en extérieur même durant les saisons de culture plus courtes et plus fraîches des régions nordiques. Cependant, si vous avez la chance de vivre dans les climats plus chauds du sud de l’Europe, vos plants pousseront beaucoup plus vite et seront plus grands d’ici la fin de la saison.

Quel que soit l’endroit où vous cultivez en extérieur, il y a quelques éléments à prendre en compte pour éviter des autoflos trop petites. La plupart des autos sont prêtes à être récoltées 8–10 semaines après la germination. Par conséquent, il est préférable de semer les graines au début du mois de juin afin de synchroniser les poussées de croissance de votre plant avec les jours les plus longs de l’année. Au moment de la transplantation, essayez de les placer dans une zone orientée au sud, bien ensoleillée et protégée du vent.

En extérieur

Utilisez un calendrier d’arrosage pour éviter les petites autos

L’arrosage des plants de cannabis peut sembler être la tâche la plus simple lorsqu’on parle de culture. Cependant, un arrosage incorrect fait beaucoup plus de mal que vous ne le pensez et peut faire dérailler de nombreuses cultures avant même qu’elles ne commencent. Tout comme nous, les plants de cannabis périssent assez rapidement sans eau. Ils en ont besoin pour la photosynthèse, pour acheminer les nutriments et pour rester bien ancrés sur leurs racines. Au vu de son importance, de nombreux débutants ont tendance à trop arroser leurs plants adorés et c’est une erreur qui se termine rarement en apothéose.

L’excès d’eau s’accumule dans de minuscules poches d’air au sein du substrat. Dans le meilleur des cas, cela provoque une asphyxie temporaire des racines et dans le pire, de longues périodes d’excès d’eau peuvent entraîner la prolifération de mauvaises bactéries anaérobies (microbes qui se développent en l’absence d’oxygène) qui peuvent endommager les racines et même tuer les plants. Les périodes d’accumulation d’eau peuvent interférer avec la fonction des racines, ce qui peut ralentir la croissance de vos plants et avoir un impact sur le résultat final.

Lors de l’arrosage, envisagez d’arroser le milieu à 25–33 % de sa capacité. Bien sûr, vos yeux ne suffiront pas à juger cela. Essayez simplement d’arroser vos conteneurs jusqu’à ce qu’ils retiennent l’eau, sans que trop d’eau ne s’écoule par le fond. Vous pouvez peser vos plants avant et après l’arrosage pour savoir quand arroser à nouveau ou simplement attendre que les cinq premiers centimètres de terre soient totalement secs.

Même la température et l’humidité peuvent donner lieu à de petites autos

Bien sûr, l’eau, la lumière et le substrat sont tous des éléments essentiels pour faire pousser du bon cannabis. Mais la température et l’humidité sont aussi d’une importance capitale, surtout si vous voulez éviter les petites autos. Le cannabis pousse mieux dans des plages de température et d’humidité spécifiques. Bien qu’il soit difficile de les contrôler à l’extérieur, vous aurez une bien meilleure influence sur ces paramètres à l’intérieur en mettant en place des ventilateurs, des chauffages, des humidificateurs et des déshumidificateurs. Vérifiez les valeurs optimales pour chaque étape du cycle de croissance :

PHASE DE SEMIS PHASE VÉGÉTATIVE
Température : 20–25 °C Température : 22–28 °C
Humidité : 65–70 % Humidité : 40–70 %
PHASE DE FLORAISON FIN DE LA PHASE DE FLORAISON
(1–2 semaine avant la récolte)
Température : 20–26 °C Température : 18–24 °C
Humidité : 40–50 % Humidité : 30–40 %

Les nutriments sont essentiels pour éviter les petites autoflos

Tout comme les plants de cannabis ont besoin de lumière et d’eau, ils dépendent d’un ensemble de macronutriments et de micronutriments pour remplir des fonctions physiologiques clés. Ils ont besoin d’azote pour développer des feuilles vertes et saines, de beaucoup de potassium pour stimuler la floraison, de calcium pour la santé des racines et de magnésium pour former la molécule de chlorophylle.

Les autos ont certainement besoin de nutriments pour survivre et prospérer, mais elles ont tendance à s’en sortir avec moins de nutrition que leurs comparses photopériodiques. Nous vous recommandons de commencer par un mélange de substrats de haute qualité amendé avec du compost fait maison ou du lombricompost pour nourrir votre rhizosphère. Si vous décidez d’utiliser des nutriments achetés dans le commerce, appliquez environ 50–75 % de la dose recommandée dans les instructions.

Les plants se détériorent rapidement lorsqu’ils sont privés de nutriments essentiels ou sur-engraissés. Heureusement, leurs feuilles sont très efficaces pour signaler les carences. Notre guide sur la lecture des feuilles vous aidera à identifier les problèmes s’ils apparaissent.

Vous cultivez toujours des petites autos ? Vérifiez le pH

Nous avons déjà abordé les principes de base que vous auriez appris en cours de biologie. Il nous faut maintenant revenir sur quelques notions essentielles de chimie. L’hydrogène potentiel, ou pH, décrit la quantité d’hydrogène dans une solution. L’échelle du pH va de 0–14. Les solutions acides qui contiennent plus d’ions hydrogène sont classées de 0–6 ; les solutions basiques qui contiennent moins d’ions hydrogène sont classées de 8–14 et 7 représente une solution neutre.

Pourquoi cela est-il important lorsqu’il s’agit de faire pousser des autos plus grandes ? Il s’avère que les racines du cannabis absorbent les nutriments beaucoup plus efficacement lorsque le milieu de culture présente un pH spécifique. En fait, si le pH s’écarte trop de la fourchette idéale, cela peut empêcher les racines d’absorber les nutriments.

Votre milieu de culture en terre doit présenter un pH de 6,0–7,0. Vous pouvez mesurer le pH à l’aide d’un testeur de pH et l’ajuster en appliquant des produits pH-up pour l’augmenter ou pH-down pour le diminuer. Dans une culture hydroponique, la fenêtre de pH idéale se situe entre 5,5–6,5.

Vous cultivez toujours des petites autos ? Vérifiez le pH

Maîtrisez les bases pour éviter les petits plants à autofloraison

Voilà, vous êtes désormais prêt à cultiver les plants à autofloraison les plus hauts et les plus productifs possibles. Après avoir pris connaissance des conseils ci-dessus, vous êtes plus que prêt à vous lancer et à repousser les limites de votre génétique. Mais essayez de ne pas trop compliquer les choses et de ne pas tester trop de choses en même temps. Rappelez-vous qu’il ne s’agit pas de devenir un savant fou ! Commencez simplement avec une bonne génétique et adaptez l’environnement pour libérer le potentiel de chaque graine et éviter des autos trop petites. Avant de se quitter, voici un résumé de la façon d’éviter les autos trop petites et quelques conseils supplémentaires :

  • Lancez vos graines dans leurs pots définitifs
  • Utilisez des contenants plus grands
  • Utilisez un milieu de culture aéré
  • Ajoutez des microbes bénéfiques
  • Commencez vos semis à l’intérieur
  • Optez pour au moins 18 h de lumière par jour
  • Utilisez des lampes qui émettent au moins 400 W
  • Évitez de trop arroser
  • Ajustez la température et l’humidité pour chaque phase à l’intérieur.
  • Surveillez les carences en nutriments.
  • Mesurez le pH et ajustez-le si nécessaire

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.