LE BLACK FRIDAY SE TERMINE ACHETER


La culture du cannabis présente de nombreux avantages. Le fait de s’occuper de ses plantes procure un état de paix intérieure et fumer ses fleurs procure une grande satisfaction. Mais ne vous y trompez pas, la culture de cannabis implique également une série de défis, notamment les infestations de nuisibles. Les pucerons des racines sont l’une des plus grandes menaces pour les plantes et peuvent frapper dans n’importe quel environnement de culture. Ces ravageurs aspirent les nutriments des racines de cannabis, un composant anatomique vital pour l’absorption des nutriments et de l’eau. Malgré leur petite taille et leur comportement peu intimidant, ces bestioles peuvent causer beaucoup de dégâts et finalement, réduire les rendements.

Pour lutter contre les pucerons des racines, nous vous recommandons de suivre les conseils de l’ancien général chinois Sun Tzu qui conseillait aux stratèges de « connaître son ennemi ». Vous apprendrez ci-dessous tout ce que vous devez savoir sur les pucerons des racines : comment les détecter, traiter les plants affectés et prévenir les prochaines attaques.

Que sont les pucerons des racines ?

Si vous avez déjà cultivé du cannabis ou n’importe quelle plante d’ailleurs, vous avez probablement rencontré des pucerons. Ces créatures voraces ont un sacré appétit pour les feuilles et les tiges des choux de Bruxelles, du chou frisé et d’autres légumes. Cependant, ces parasites courants diffèrent légèrement des pucerons des racines qui s’attardent sous la surface du sol et se nourrissent de la sève des racines du cannabis et d’autres cultures comestibles.

Le puceron des racines du riz (Rhopalosiphum rufiabdominalis) s’avère particulièrement problématique pour les plants de cannabis. Cette espèce est de couleur vert foncé et a un corps de forme ronde. Ils ont une apparence presque identique aux pucerons de surface. Toutefois, leur couleur plus foncée et leurs pattes et antennes plus courtes permettent de les identifier.

Les pucerons des racines commencent leur vie sans ailes et beaucoup d’entre eux ne les développent jamais. Cependant, lorsque la population devient trop importante ou que la plante est trop détruite, les membres de la colonie développent des ailes, migrent vers une nouvelle plante hôte et installent leur nouvelle colonie.

Cette espèce s’attaque fréquemment aux plants de cannabis et, aux États-Unis, les entomologistes reçoivent quotidiennement des demandes de renseignements[1] sur ce ravageur. Mais les pucerons des racines ne s’attaquent pas seulement au cannabis. Vous pouvez également observer des signes de leur présence dans vos plants de courges et de poivrons.

Ne les confondez pas avec les asticots des racines qui sont des larves de mouches des terreaux. Ils rongent les racines de cannabis et peuvent également causer de sérieux dégâts.

Comment détecter les dégâts des pucerons des racines

Vous savez maintenant que ces pucerons aiment s’attarder dans la zone des racines. Mais qu’y font-ils exactement ? Pour faire simple, ils se régalent ! Ces ravageurs possèdent des parties buccales spécialisées qui leur permettent de pénétrer dans les racines et d’aspirer la sève riche en sucre.

Comme vous le savez, les plantes dépendent de leurs racines pour leur survie. Celles-ci servent à absorber les nutriments vitaux et l’eau. Elles servent également d’interface avec la biologie bénéfique du sol. Les racines des plantes cannabiques établissent des relations avec des espèces de bactéries et de champignons. Ces organismes fournissent des nutriments libres et les plantes leur donnent des sucres en retour. Cependant, une invasion de pucerons des racines perturbe ces processus importants.

Il ne leur faut pas longtemps pour infliger des dégâts ; la population de pucerons des racines du riz peut doubler tous les 1,6 jours (dans des conditions optimales). De plus, les pucerons des racines ne se cachent pas seulement dans le sol. Ils ont une large gamme d’hôtes et on les trouve fréquemment sur les racines des plantes de cannabis cultivées dans des systèmes hydroponiques et aéroponiques, à l’intérieur comme à l’extérieur.

À quoi ressemble une invasion de pucerons des racines ? Les premiers signes révélateurs sont des feuilles jaunes et un ralentissement de la croissance : des symptômes qui suggèrent que vos plantes ne reçoivent pas tous les nutriments dont elles ont besoin dans le sol. Si vous repérez ces signes et si vous avez établi que votre programme d’engraissage et votre pH ne sont pas en cause, vous voudrez examiner de plus près la zone des racines.

Creusez doucement dans le sol près de la tige jusqu’à ce que vous découvriez une partie de la motte de racines. Si vos plantes sont attaquées, vous remarquerez une couverture blanche et cireuse sur les racines : un signe classique de la présence de l’espèce. Il se peut également que vous rencontriez une forte activité des fourmis près de la base de vos plantes, car elles se nourrissent du miellat que les pucerons des racines excrètent.

Si vous repérez les signes d’une infestation de pucerons des racines, n’ayez crainte ! Voici comment traiter vos plantes et empêcher l’espèce d’attaquer à nouveau à l’avenir.

Comment détecter les dégâts des pucerons des racines

Comment traiter une infestation de pucerons des racines ?

Les pucerons des racines peuvent causer de réels problèmes dans le jardin de cannabis ou la chambre de culture. Heureusement, il existe plusieurs méthodes qui fonctionnent très bien pour traiter les infestations. Si vous vous demandez comment vous en débarrasser, découvrez ci-dessous quelques-unes des techniques les plus efficaces.

  • Pesticides conventionnels : valent-ils la peine ?

Certains cultivateurs se jettent directement sur une bouteille de pesticide pour éliminer les pucerons des racines. Après tout, ces produits sont conçus pour tuer les insectes. Les néonicotinoïdes comme l’imidaclopride attaquent le système nerveux central des insectes et parviennent efficacement à les éliminer. Les régulateurs de croissance des insectes qui contiennent du fénoxycarbe maintiennent les insectes enfermés dans leur stade juvénile et les empêchent de se développer.

Bien qu’efficaces, ces méthodes ne sont pas biologiques. Ces produits chimiques peuvent se retrouver dans votre produit fini, endommager la vie des insectes bénéfiques dans votre jardin et se répandre dans votre environnement local. Chez Royal Queen Seeds, nous aimons l’approche biologique qui profite au cultivateur et à l’environnement. Consultez les options ci-dessous pour des alternatives respectueuses de l’environnement.

  • Nématodes

Avez-vous déjà entendu parler des nématodes ? Ces créatures ressemblant à des vers aident à constituer le réseau trophique du sol. Les chercheurs pensent qu’il existe plus de 25 000 espèces de nématodes différentes. Si certaines d’entre elles s’attaquent aux racines des plantes, d’autres chassent et tuent activement les parasites de la zone racinaire. Connus sous le nom de nématodes entomopathogènes, ces alliés microscopiques tuent des insectes tels que les pucerons des racines en pénétrant dans l’intestin des larves. Vous pouvez acheter ces tueurs dans la plupart des jardineries et magasins de culture.

Nématodes
  • Champignons

Certains champignons ont également un appétit pour les insectes. L’espèce Beauveria bassiana se développe naturellement dans les sols du monde entier et empêche certaines populations d’insectes de devenir incontrôlables. Elle cible les arthropodes nuisibles tels que les pucerons et provoque la maladie de la muscardine blanche. Vous pouvez acheter certaines préparations pour le jardin qui ont ce champignon comme ingrédient actif.

Champignons
  • Huile de Neem

La fidèle huile de neem sert également d’arme contre les pucerons des racines. Elle contient un pesticide naturel, l’azadirachtine, qui agit comme un antiféminant, un répulsif et un régulateur de croissance des insectes. Appliquez-en en pulvérisant les racines tout en suivant les instructions du produit.

Huile de Neem

Comment prévenir les dommages causés par les pucerons des racines dans la culture du cannabis ?

Les pucerons des racines peuvent frapper à peu près partout, qu’il s’agisse de cultures hydroponiques en intérieur ou de parterres en extérieur. Si les traitements sont parfois efficaces en cas d’infestation, il existe quelques mesures à prendre pour éviter ce nuisible.

  • Gardez des outils et un environnement propre

Veillez à stériliser votre matériel de jardinage et vos récipients réutilisables et à garder votre environnement impeccable. Évitez la contamination croisée avec d’autres plantes, surtout si vous remarquez le problème sur l’une d’entre elles.

  • Mesures préventives

Les champignons entomopathogènes et les nématodes sont très efficaces pour éliminer les larves de pucerons des racines. Si vous pensez que vos plantes sont en danger, pourquoi ne pas simplement ajouter ces formes de vie à votre sol ? Vous introduirez ainsi une patrouille de voisinage microscopique qui pourrait aider à repousser une invasion.

  • Les pièges collants

Les pièges jaunes collants peuvent aider à identifier les premiers signes d’un problème de pucerons des racines. Posez-les dans votre jardin et votre salle de culture et vérifiez-les régulièrement. Si vous remarquez des pucerons des racines collés aux pièges, procédez aux traitements ci-dessus dès que possible pour minimiser les dégâts.

  • Soyez proactif

La vigilance est la clé ! Vérifiez de temps en temps les racines de vos plantes pour détecter tout signe d’infestation. De cette façon, vous serez peut-être en mesure d’attraper une infestation avant qu’elle ne fasse des dégâts visibles.

Sources Externes
  1. Rice Root Aphid: An Insect Surprise on Indoor-Grown Cannabis https://entomologytoday.org
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.