La consommation d'énergie de la culture en intérieur est un sujet délicat. Pourquoi ? Parce que les rendements reflètent l'énergie utilisée ! L'efficacité est primordiale ici.

Cultiver du cannabis peut être un loisir coûteux. Mais souvent ce ne sont pas le terreau, les engrais ou les graines qui font le plus de mal au portefeuille. C’est la douloureuse facture d’électricité que nous recevons tous les mois durant la production. Cet article assume que la plupart d’entre nous cultivent à une petite échelle à leur domicile. Nous aimons cultiver du Cannabis car c’est le moyen le plus sûr et le meilleur pour ce qui est des risques légaux et de santé.

L’Accord de Paris, négocié par la Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique de 2015 a eu pour résultat clé de fixer pour but la limitation du réchauffement climatique à moins de deux degrés Celsius. C’est un grand pas dans la bonne direction pour protéger cette merveilleuse planète bleue sur laquelle nous, avec nos plantes et nos animaux, vivons.

Les cultivateurs de cannabis sont un peu en avance sur leurs temps, si nous ne nous préoccupons pas de la terre, de l’eau et de l’air de la planète, qui le fera ? N’en avoir rien à faire est toujours une option, mais ce n’est pas la seule que nous ayons.

Cet article vous donnera des informations de base sur comment réduire votre consommation d’énergie quand vous cultivez la meilleure plante de toutes : le Cannabis.

DEVENEZ ÉLECTRICIEN AMATEUR ET MESUREZ VOUS-MÊME

Si vous cultivez du cannabis en intérieur, vous avez probablement les connaissances d’un électricien diplômé d’état. Connaître comment brancher correctement tout votre équipement de culture est une connaissance de base. Vous pouvez passer au niveau supérieur en achetant un appareil de mesure numérique qui mesure tout ce que vous devez savoir : les watts, les ampères, les volts, les KW/h et autres paramètres.

L’approche la plus facile serait de consulter un site internet sur le cannabis qui fournit un calculateur en ligne pour votre consommation énergétique. Vous pouvez simplement ajouter vos appareils électriques de culture et le nombre d’heures pendant lesquelles vous les utilisez et vos coûts seront calculés.

TROIS FAÇONS DE RÉDUIRE VOTRE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE

1. Trouvez la bonne taille pour vos cultures.

C’est de loin la façon la plus efficace de réduire vos coûts énergétiques. Vous n’avez probablement pas commencé à fumer de l’herbe il y a seulement deux semaines, donc vous n’aurez pas de problèmes à estimer en gros la quantité de têtes dont vous avez besoin tous les mois. Voici un rapide exemple de comment le faire :

Disons qu’un cultivateur potentiel veut consommer environ 30g d’herbe par mois. Un seul plant autofloraison peut facilement produire cette quantité de têtes en un cycle de vie de 8 semaines. Ceci nous donne une récolte potentielle de 120g après deux mois en cultivant juste quatre petits plants à autofloraison. C’est suffisant pour durer 4 mois dans notre cas. Ce cultivateur d’herbe hypothétique pourrait donc cultiver pendant 2 mois, faire une pause de 2 mois, puis continuer à cultiver après.

Ce qu’il faut prendre en compte avec les variétés autofloraison, c’est qu’il leur faut un cycle de lumière de 18/6, 20/4 ou même 24/0. Ceci diminue bien entendu leur efficacité énergétique globale car les variétés de cannabis «standard» ou «féminisées» ne demandent que 12 heures de lumière artificielle quand cultivées en intérieur. Cet article n’a pas pour but de rouvrir le débat sur le sujet hautement émotionnel de la «meilleure» façon de produire des têtes le plus efficacement possible. Il y a simplement trop de facteurs dans cette équation.

L’idée est qu’il faut parfaitement équilibrer la quantité d’énergie que vous apportez à vos plants avec la quantité de têtes dont vous avez besoin pour vous-même.

ÉCONOMISER DE L’ÉNERGIE EN CULTIVANT DU CANNABIS

2. Réfléchir à vos solution d’éclairage.

Les technologies d’éclairages courantes sont assez problématiques quand on les envisage du point de vue de l’efficacité. Ces lampes ont une puissance en watts très élevée, entre 250 et 1000w. Ce n’est pas le problème en soi. La quantité de têtes est toujours en corrélation avec la quantité d’énergie que vous apportez dans «l’équation de culture». Mais ceci dépend beaucoup de la validité du ratio entre l’énergie et le rendement.

Le ratio gramme/watt est un bon point de départ. Ce ratio n’est pas vraiment idéal car il ne prend pas en compte forcément le nombre total d’heures d’utilisation des lampes. Des périodes de floraison plus longues entraînent un nombre d’heure d’éclairage plus élevé pour pouvoir produire la qualité désirée. Avec ces lampes à sodium haute pression, l’énergie que vous payez de votre propre poche est convertie en chaleur, qui doit alors être éliminée, en utilisant plus d’énergie que vous devez aussi payer. La chaleur peut être aussi bénéfique si vous vivez dans une région froide comme l’Alaska, mais le plus souvent le problème est de diminuer les températures plutôt que de les faire monter.

Rester sur les «vieilles» technologies d’éclairage est logique parce qu’elles ont montré leurs excellents résultats à de nombreuses occasions. S’intéresser à de nouvelles technologies comme les LED peut cependant être une bonne option pour diminuer vos coûts énergétiques tout en produisant des têtes haut de gamme.

Les LEDs émettent moins de chaleur est ont souvent un spectre lumineux spécifiquement adapté aux besoins des plants. Ceci entraîne une plus grande efficacité car moins d’énergie est transformée en chaleur et en un spectre lumineux que la plante n’apprécie pas totalement. Il y aura un article de blog sur les LEDs dans le futur pour vous donner une idée générale de cette technologie et de ses récents développements.

3. Installer un système d’aération contrôlable.

La plupart des cultivateurs expérimentés s’accordent à dire qu’il est généralement mieux de prévoir plus grand pour le système d’aération d’une pièce ou tente de culture. La raison en est la suivante : imaginons que vous pensez que vos plants de cannabis s’épanouissent le mieux en étant cultivés à une température de 26°C. Vos lampes dégagent beaucoup de chaleur et il fait chaud dehors, peut-être 30°C. Votre système d’aération tourne à plein régime pour faire baisser les températures. Mais que se passe-t-il s’il fait 16°C dehors ? Votre système d’aération doit-il tourner à plein régime ? Probablement pas ! C’est à ce moment que vous pouvez le baisser et économiser de l’énergie.

Installer un transformateur électrique capable de réduire le voltage de votre tube à extraction d’air est une bonne idée. Si vous avez déjà installé ce genre de transformateur, faites simplement tourner votre extracteur d’air à différentes vitesses pour économiser de l’énergie quand les conditions climatiques le permettent.

Vous pouvez utiliser un simple transformateur électrique à 5 positions normalement utilisé pour régler les plafonniers, ils coûtent quelques euros et c’est l’alternative bon marché à ceux plus coûteux proposés par les boutiques de culture. Attention aux «contrôleurs de vitesse» ou «variateurs» bon marché pour votre extracteur d’air, ils ont tendance à provoquer un bruit ennuyant et ne conviennent pas à une opération de culture silencieuse.

VOICI UNE LISTE DE CONTRÔLE RAPIDE POUR ÉCONOMISER DE L’ÉNERGIE EN CULTIVANT DU CANNABIS

• Réfléchissez à la taille idéale de votre culture.

• Changez peut-être votre ballast normal pour un ballast numérique.

• Faites des recherche sur les LEDs et prenez votre propre décision. Elles marchent très bien !

• Économisez de l’énergie en période de croissance végétative en utilisant des CFL «lumière du jour», avec un spectre bleu, peut-être en combinaison avec la lumière du soleil.

• Vérifiez si toute la lumière dans votre tente est utilisée efficacement. Si ce n’est pas le cas, pensez à de nouvelles techniques de culture comme le SCROG (Screen of Green) ou d’autres techniques qui entraînent une distribution homogène de la lumière sur vos plants.

• Faites tourner votre système d’aération à la vitesse dont vous avez vraiment besoin.

• Pensez à des moyens de passer de la culture en intérieur à la culture en extérieur durant les saisons.

• N’oubliez pas de vous amuser en optimisant. Considérer la culture comme un loisir a de nombreux bienfaits. Devenir un électricien capable est l’un d’entre eux.

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander