Le cannabis médical est légal en Italie depuis 2007, même si obtenir une prescription d’un médecin, trouver une pharmacie qui vend de l’herbe et suivre la procédure nécessaire était compliqué, si ce n’est impossible, jusqu’à récemment.

Jusqu’à il y a quelques mois, les seuls produits contenant du THC autorisés étaient les différents cannabis « Flos » de l’entreprise néerlandaise Bedrocan. À présent, c’est le département pharmaceutique de l’armée qui fournit les hôpitaux et pharmacies avec une nouvelle variété médicale enregistrée. De plus, les pharmacies galéniques italiennes ont le droit de préparer des doses précises de cannabis pour le vapotage ou des infusions, des teintures, résines, huiles, capsules micronisées, gouttes pour les yeux, suppositoires, liquides pour cigarettes électroniques, gel transdermal, à commencer par de la weed médicale officiellement enregistrée. Du moins, c’est sur le papier, car la réalité est un peu différente.

cannabis médical prescription médecin pharmacie THÉORIE ET PRATIQUE

Le cannabis médical nécessite une prescription. Les médecins italiens ont le droit de prescrire de l’herbe « afin de traiter toute condition pour laquelle il existe suffisamment de littérature scientifique. » Ce que représente « suffisamment » est difficile à déterminer, et le manque d’informations sur le dosage, les ratios THC:CBD, le moment et le mode de consommation empêche la plupart des médecins de prescrire du cannabis. Du point de vue des praticiens, un traitement de la douleur en se basant sur la littérature bien plus vaste au sujet des antidouleurs traditionnels est bien plus facile à gérer.

Le coût des traitements au cannabis est pris en charge par le système de santé public pour la sclérose en plaques, le cancer et la douleur chronique, l’anorexie, le VIH, les effets secondaires de la chimiothérapie, le glaucome et le syndrome de Tourette. Mais cela ne se produit que si le patient ne tire aucun bienfait des médicaments traditionnels, qui restent toujours le traitement de « premier choix ». De plus, les 20 systèmes de santé des régions italiennes (SSR - Sistema Sanitario Regionale) sont autonomes pour leur politiques et peuvent donc refuser de payer pour certaines maladies. Enfin, très peu de médecins généralistes ou spécialistes en Italie sont prêts à assumer la responsabilité de prescrire du cannabis médical pour traiter d’autres maladies non-listées par les SSR, même s’il y a « suffisamment » de littérature scientifique sur cette maladie spécifique.

L’ARMÉE MÉDICALE

Le Stabilimento Chimico Farmaceutico Militare est une usine pharmaceutique dépendant du Ministère de la Défense. Parmi ses fonctions, l’institution est en charge de la production de médicaments « orphelins » pour des maladies rares, celles que les entreprises pharmaceutiques n’aiment pas produire, parce qu’elles n’en tirent pas de profit. Étant donné la tendance croissante de consommation de cannabis médical, donner des autorisations de production de cannabis médical à quelques opérateurs privés après un appel d’offre aurait entraîné une guerre civile, l’armée a donc pris le relais.

Suivi de près par les médias, le Stabilimento Chimico Farmaceutico Militare a produit, testé et lancé la distribution de sa première variété médicale, appelée FM2 comme un missile balistique ou une radio privée. Ce croisement est développé par un autre centre de recherche public, le CREA-CIN, dirigé par le Dr Gianpaolo Grassi. Son profil en cannabinoïdes est le même que la Bediol des Pays-Bas, avec 6 % de THC et 8 % de CBD.

Après avoir fait brûlé plusieurs récoltes expérimentales, l’armée a commencé à envahir les hôpitaux et pharmacies en Italie avec son FM2. L’objectif est de couvrir toute la demande nationale pendant quelques années. Actuellement, la production annuelle de l’armée est d’environ 100kg, environ la même quantité de cannabis « récréatif » fait maison qui se fume en une journée rien qu’à Rome ou à Milan.

Quoi qu’il en soit, 100kg de cannabis médical sans-moisissures et cultivé en intérieur est toujours un bon départ, même pour un pays dont le climat permet des cultures massives tout au long de l’année de haute qualité, en extérieur et en serre. La FM2 permet apparemment aux patients d’économiser environ 30 % sur le prix de leur médicament, s’il n’est pas pris en charge par leur SSR régionale. Le cannabis médical néerlandais coûte 18-24 euros, alors que l’italien est à moins de 15 euros.

ON L’EFFRITE POUR VOUS

Les pharmacies doivent tenir un inventaire très strict pour le cannabis médical, et les médecins qui en prescrivent doivent envoyer au Ministère de la Santé un formulaire avec des données cliniques et une justification de leur choix thérapeutique. Prescrire et acheter d’autres médicaments psychotropes est bien plus facile. De plus, la pharmacie n’a pas le droit de vendre les bocaux scellés de 5g de Flo Bedrocan à un seul patient. Le médicament doit être préparé, ce qui signifie qu’un spécialiste de santé doit effriter les têtes pour vous et ne vous donner que quelques joints à la fois !

Quand ils sont bien informés, les médecins italiens peuvent prescrire 5 variétés médicales différentes, avec des ratios THC:CBD et des concentrations différentes : Bedrocan, Bediol, Bedica, Bedrobinol et Bedrolite. Plus la nouvelle variété locale FM2. Il semble que, au contraire des produits Bedrocan, le missile balistique FM2 soit lancé sous forme moulue, probablement pour épargner aux pharmaciens le temps de préparation. C’est parce que le fait de moudre en des morceaux plus petits que 4mm rend le produit « uniforme ». Pas de tiges ni de feuilles dans le cannabis italien. Et tant pis si le fait de moudre brise les trichomes et que l’exposition à l’air et à la lumière dégrade les principes actifs.

pharmaceutical healthcare italy medicine doctor bedrocan fm2LE FUTUR ET LE DROIT À L’AUTOPRODUCTION

Alors que la culture amateur était en pleine explosion en Italie comme dans le monde entier, les patients italiens souffraient de pénuries de cannabis médical. Pour les quelques années à venir, le marché du cannabis médical italien sera partagé entre Bedrocan et le Stabilimento Chimico Farmaceutico Militare, comme il est très peu probable que des autorisations soient accordés à des acteurs privés, domestiques comme internationaux. Même si cela va probablement réduire la dépendance de l’Italie pour la weed néerlandaise, il est peu probable que l’armée accélère bientôt le rythme pour répondre au nombre de patients, qui augmente fortement.

De plus, une loi récente a imposé aux pharmacies galéniques qui préparent des dérivés de cannabis de calculer exactement le profil en cannabinoïdes de chaque flacon d’extraits proposés aux patients. En résultat, très peu de pharmacies produiront des extraits de cannabis adaptés aux besoins des patients. Et même si une loi de légalisation extensive est toujours en attente de discussion au parlement, les patients n’ont toujours pas le droit de cultiver leur propre cannabis, seuls ou en association.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander