Sebastian est bien plus qu’un simple photographe et cultivateur de cannabis talentueux : c’est aussi un fin connaisseur de la DWC, soit la culture en eau profonde. Nous avons discuté avec lui pour comprendre comment tirer le meilleur parti des systèmes DWC et découvrir les choses à surveiller, des astuces pratiques et des conseils pour ceux qui débutent.

1. D’après votre expérience, quels sont les principaux avantages de la culture avec un système DWC ? (1:45)

Je pense que le bon côté de la culture en eau profonde est qu’il importe peu que vous soyez un cultivateur expérimenté ou un débutant. Si vous suivez quelques étapes, vous pouvez vous y mettre assez rapidement. Ce n’est pas compliqué parce que finalement, c’est un système très simple qui se comporte différemment selon les différentes étapes de croissance.

2. Vous avez également de l’expérience avec les variétés à autofloraison. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ? (4:21)

Les autofloraisons sont en expansion parce que pour les cultures amateurs ordinaires, ces plants sont particulièrement pratiques. Ils sont rapides et faciles à appréhender. Pas besoin de suivre un planning d’éclairage précis. Vous pouvez simplement semer les graines et les regarder pousser. De nos jours, il existe de vraiment bonnes génétiques et les saveurs sont aussi vraiment qualitatives.

Entretien avec Sebastian, spécialiste en DWC

3. À quelle fréquence devrait-on renouveler le réservoir d’eau de son système DWC et à quelle température devrait-il être ? (7:12)

Les changements du réservoir dépendent aussi de la phase de croissance dans laquelle on est. Vous devriez le changer peut-être une fois par semaine, soit tous les sept jours.

Tant que vous êtes là pour vos plants et que vous avez quelque chose pour éviter les pathogènes des racines ou autres, ces derniers devraient être satisfaits à une température modérée. Bien sûr, les niveaux d’oxygène réduisent quand la température monte et il n’est donc pas bon d’avoir des températures très élevées.

Quels sont les niveaux optimaux de pH et de ppm/CE pour un système de culture en eau profonde ? (12:13)

En règle générale, le niveau de pH devrait être entre 5,5 et 6,5, et le niveau de CE dépend du stade de croissance dans lequel les plants sont.

5. Comment peut-on surveiller le niveau d’oxygène dans la solution nutritive ? (14:13)

Pour être honnête, je ne le surveille pas du tout. Vous pouvez tout à fait surveiller vos niveaux d’oxygène, mais je pense que si vous avez une pierre à air d’une bonne taille, la pompe tourne 24h/24 et 7j/7.

Pour moi, ça n’a jamais été un problème. Si vous utilisez une pierre d’une taille suffisante, le niveau d’oxygène devrait largement suffire dans l’eau. Je n’ai jamais eu besoin de le mesurer ou de le surveiller.

Entretien avec Sebastian, spécialiste en DWC

6. La pompe à air est probablement la partie la plus bruyante de l’installation. Que peut-on faire pour la rendre plus silencieuse ? (16:26)

Vous pouvez construire un boîtier silencieux. Il aura le même objectif que pour un extracteur. C’est le même principe : on construit une boîte en bois suffisamment grande pour les pompes. Si vous faites fonctionner plusieurs grosses pompes et que vous construisez une boîte plus grande, utilisez de la mousse acoustique à l’intérieur et construisez une boîte qui se ferme juste jusqu’aux tuyaux. Assurez-vous simplement qu’il y a assez d’air qui circule pour que les pompes puissent en aspirer.

7. Quelle est la chose la plus importante qu’il faudrait garder à l’esprit pour chaque phase du cycle de vie du cannabis (germination, période de croissance, période de floraison…) ? (18:15)

Je pense que l’apport en engrais est le plus important, car cela implique que les parties majeures de vos plants reçoivent assez de bons nutriments. Et bien entendu, le pH doit être dans la fourchette appropriée : comme je l’ai dit plus haut, 5,5 à 6,5 est idéal. La quantité de lumière que vous donnez à vos plants est aussi importante. Au début, quand il s’agit de très jeunes plantules (je les démarre dans des pots Mason), elles n’ont pas besoin de beaucoup de lumière. Vous pouvez les faire pousser sous de très petites lampes pour les préparer à être cultivées assez rapidement en culture en eau profonde.

"Qu’il importe peu que vous soyez un cultivateur expérimenté ou un débutant. Si vous suivez quelques étapes, vous pouvez vous y mettre assez rapidement."

8. Le principal souci semble tourner autour des organismes indésirables (comme on n’utilise aucun substrat, des insectes et autres nuisibles du cannabis pourraient s’installer), des pompes qui se bouchent, des déséquilibres de pH, du choc de transplantation (quand il va trop loin) et de la pourriture des racines. Comment peut-on résoudre ces problèmes ? (34:24)

Le conteneur doit être hermétique aux fuites et opaque à la lumière : il ne peut y avoir aucune lumière qui pénètre dedans. C’est un point très, très important. De plus, quand vous changez votre réservoir, nettoyez-le de fond en comble. Ne jetez pas juste l’eau usée en versant une nouvelle solution. Cela aidera à éviter les organismes indésirables et nuisibles.

Si le pH est correct et que vous utilisez les bons nutriments hydroponiques, vous ne devriez avoir aucun problème. Cela peut cependant être un souci si vous essayez d’intégrer des nutriments organiques qui sont normalement conçus pour la terre.

9. À quoi ressemble une journée type de culture avec un système DWC ? (45:51)

Je vérifie les plants de bon matin, parce que là où je vis maintenant, tout est alimenté par le soleil. Je ne suis pas branché au réseau électrique. La première chose que je vérifie, c’est le pH et la CE. Je recommande de tout noter pour chaque plant. Ensuite, le soir, vous pouvez vérifier encore une fois et de nouveau inscrire ces mesures.

Je profite autant que possible d’être en extérieur dans la montagne. Faire des randonnées, conduire dans la montagne, aller sur de nouveaux sentiers. C’est une vie merveilleuse.

Entretien avec Sebastian, spécialiste en DWC

10. Quelle est l’importance des variétés que vous utilisez ? (53:50)

Tout dépend de ce que vous recherchez. Pour la culture en eau profonde, vous pourriez avoir à prendre des décisions en vous basant sur la nature de l’environnement. Comme vous allez observer une croissance bien plus rapide, vous allez devoir faire des ajustements et voir comment la variété se comporte. Par exemple, si vous essayez de cultiver une variété naturelle 100 % sativa dans une culture en eau profonde, vous aurez de gros problèmes d’espace en tant que cultivateur amateur, car même dans les cultures en terre, elles peuvent devenir extrêmement grandes, et ce, assez rapidement.

J'ai eu une Purple Queen Autoflower de Royal Queen Seeds qui à ce jour, demeure la plus grosse autofloraison que j’aie jamais cultivée. J’ai eu une énorme, énorme productrice qui avait également des génétiques de Critical et elle a poussé merveilleusement bien en hydroponie et en culture en eau profonde.

11. Quel est votre conseil pour les débutants qui cultivent avec ce système ? (57:30)

Avant de vous lancer corps et âme dans ce genre de système, pensez bien à vous renseigner au préalable. Si vous aimez un certain type de style de culture ou de plant, abonnez-vous à des comptes sur les réseaux sociaux et voyez ce qu’ils font. Il ne s’agit pas d’imiter quelqu’un, mais plutôt d’apprendre auprès de quelqu’un qui a eu de véritables résultats. C’est une chose de lire du contenu sur les forums classiques et les gens parlent beaucoup de ce qu’ils font, mais c’est autre chose de voir les choses se produire en vrai.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.