LA DÉFINITION D’UNE CULTURE ORGANIQUE

Le meilleur endroit pour commencer à éclaircir la question de si une culture en hydroponique peut-être considérée comme organique débute dans la définition même d’une culture organique. Selon l’USDA (US Departement of Agriculture), « La réglementation organique exige que votre plan de rotation des cultures maintienne ou améliore les matières organiques de la terre ». Le mot-clé ici est, bien sûr, “terre”. En hydroponie, tout support de culture utilisé est considéré comme inerte. En tant que tels, les nutriments sont fournis directement aux racines via une solution riche en oxygène qui entoure le système racinaire.

On pourrait croire que la réponse à notre question est donc évidente ? Une absence de terre en hydroponie' sous-entend qu’il ne répond pas aux normes de ce que représente une culture organique. Le débat autour de cette question provient du degré avec lequel on peut cultiver organiquement. Et pourtant, la culture organique ne se résume pas qu’au milieu utilisé pour cultiver.

L’idée de cultiver organiquement signifie prendre conscience de l’impact sur l’environnement de manière générale, avoir un système durable et encourager les processus naturels. La toile alimentaire dans les cultures en terre peut encourager un écosystème naturel, mais l’éclairage artificiel peut toujours être utilisé pour compléter un manque de lumière naturelle. Si vous considérez plus la culture organique comme un large spectre de critères plutôt qu’une règle quelque peu dictatoriale, alors l’hydroponie est un candidat aussi viable que la culture en terre.

En Europe, la loi européenne pour la production organique prend une approche plus large. Elle stipule les besoins d’avoir « des systèmes de culture durable »,« une attention accrue à la biodiversité » et « une emphase toute particulière à la protection environnementale ». Dans tous ces scénarios, il est possible de modifier un système hydro' classique pour qu’il soit plus “organique”. Cette approche ne sera pas la plus simple, mais techniquement, c’est tout à fait faisable.

 Système de cannabis hydroponique

COMMENT L’HYDROPONIE PEUT-ELLE DEVENIR “ORGANIQUE” ?

Si nous employons la définition de l’UE, l’hydroponie répond clairement aux normes exigées par une culture organique.

  • Systèmes de culture durable

Les systèmes hydroponique utilisent approximativement 10 % de l’eau employée dans l’agriculture en terre. L’eau est une ressource précieuse qui n’est pas infinie. L'hydroponie peut toutefois aller beaucoup plus loin et profiter grandement à l’environnement local.

L’éclairage est un problème légèrement plus compliqué pour devenir véritablement organique. Néanmoins, ça n’est pas impossible. Dans un climat qui pourrait supporter des panneaux solaires, le soleil pourrait être exploité comme complément aux importants besoins électriques d’une culture qui se révèlent être particulièrement énergivores.

  • Une emphase toute particulière à la protection environnementale

La façon dont une culture en hydro exploite l’espace est un autre grand bienfait environnemental. La culture organique en terre nécessite de larges parcelles de terre pour obtenir un retour décent. Le même espace avec une culture en hydro peut octroyer 10 fois l’investissement de départ en récolte. Plus d’habitats naturels sont préservés, car on peut cultiver plus de cannabis sur une zone réduite. L’hydroponie peut également être installée dans des zones urbaines désaffectées, ce qui réduit d’autant plus l’impact environnemental.

Système hydroponique

  • Une attention accrue à la biodiversité

Bien que nous allons bientôt en parler plus amplement, l’aquaponie est une variation de l’hydroponie qui utilisent des poissons pour fournir les nutriments nécessaires à la croissance des plants. Ainsi, le poisson dispose d’un habitat qui exploite les microbes bénéfiques, et ils peuvent être exploités comme une source alimentaire une fois que la culture est terminée.

QUELLES SONT VOS OPTIONS POUR UNE CULTURE ORGANIQUE ?

L’hydroponie organique nécessite plusieurs ajustements pour être en mesure de répondre aux critères mentionnés ci-dessus. L’aquaponie et la bioponie représentent deux des options les plus viables. Nous ne pouvons pas utiliser de solutions nutritives synthétiques puisque ça n’est pas organique, alors il nous faut être créatif dans nos méthodes.

  • Aquaponie

Comme nous l’avons mentionné, l’aquaponie exploite la nature riche en nutriments des excréments de poisson pour alimenter les plants. À l’aide de plusieurs bacs, l’un d’entre eux accommode les poissons avec un biofiltre. Le biofiltre décompose les larges particules de nutriments en des morceaux plus gérables à l’aide de catalyseurs biologique à oxygène. Sans cela, les nutriments s’accumulent dans la solution liquide, et vous encourrez le risque de promouvoir la propagation de microbes pathogènes, d’algues, et toute sorte de choses nuisibles dans une culture.

L’aquaponie ne peut se passer d’un biofiltre, mais il serait nécessaire d’avoir un autre bac avec un substrat capable de sélectionner la population microbienne nécessaire. La responsabilité de décomposer les grosses molécules des nutriments serait sa mission, de la même façon que le fait la terre dans une culture.

Seule la solution filtrée est donnée aux plants avant que l’eau ne soit remise en circulation de nouveau. Il est tout à fait possible de cultiver des plants sains avec cette méthode. Cependant, il faudra prendre son mal en patience le temps que la population de poissons et de bactéries s’établisse correctement.

Aquaponie

  • Bioponie

Développée par William Texier, la bioponie fonctionne en employant un système similaire à celui de l’aquaponie. La différence, c’est que cette fois, on n’a pas besoin de poissons pour fournir les nutriments. Au lieu de cela, on emploie plutôt des nutriments complètement solubles. Le cannabis ne peut pas absorber complètement ces nutriments dans cette forme, ce pourquoi il faudrait de nouveau avoir un biofiltre. Le biofiltre comprend en lui la vie microbienne qui gère parfaitement ce rôle de décomposition des nutriments.

Séparés dans un autre bac riche en oxygène, les nutriments traités peuvent ainsi être facilement alimentés aux plants. La bioponie a l’avantage de ne pas prendre autant de temps pour fournir de larges volumes de solutions riches en nutriments.

 Le cannabis bioponique en croissance

QUELS PROBLÈMES RENCONTREREZ-VOUS ?

L’hydroponie organique semble relativement simple présentée ainsi, mais si c’était vraiment le cas, chaque système fonctionnerait de la même façon. Il existe plusieurs facteurs à prendre en compte lorsque l’on souhaite faire cette transition écologique. La première étant, l’entretien supplémentaire nécessaire.

Ces nutriments organiques dont nous avons parlé ? Ceux qui sont difficiles pour vos plants à absorber dans leur état complexe ? Et bien, ils sont connus pour engendrer des blocages et des agglutinements dans la délicate plomberie des systèmes hydroponique. Avec les microbes nécessaires à la décomposition des nutriments, il y a un risque élevé de retrouver des dépôts et des substances visqueuses dans les tuyaux et les pompes.

Un autre inconvénient, c’est que la population microbienne nécessaire à la décomposition des nutriments prend du temps à s’établir. Sans une source déjà prête de nutriments, l’efficacité et la rapidité d’une culture hydroponique s’en voit impactée. Le problème, c’est qu’une fois que les bactéries et les nutriments commencent à s’accumuler, ils peuvent rapidement devenir le problème au lieu d’être la solution. Tenter d’équilibrer l’oxygène nécessaire entre toutes ces parties peut résulter en l’avènement de microbes pathogènes.

Le problème final est bien évidemment, être tout simplement capable de mettre en place un tel système. Avec des opinions qui se divisent sur ce qui constitue le terme “organique”, le développement de tels systèmes ne reçoit pas toujours l’attention qu’ils méritent. En tant que cultivateur chez soi, attendez-vous à un certain nombre d’essais et d’erreurs tandis que vous apprendrez à équilibrer et jauger les besoins de vos plants. Les complications supplémentaires de la culture bioponique ou aquaponique représente un sacré défi technique pour ceux qui se lancent dans cette aventure durable.

Racines hydroponiques de cannabis

LE DÉBAT FAIT RAGE

Maintenant que nous connaissons les logistiques d’une culture hydroponique organique, on en retourne à la case départ. Avec les informations mentionnées ci-dessus, on peut affirmer qu’il est possible de cultiver durablement du cannabis avec un système d'hydroponie. Est-ce la forme la plus pure de culture organique ? Selon les cultivateurs traditionnels, beaucoup d’entre eux affirmeraient le contraire.

Malgré votre propre définition de la culture organique, l’hydroponie représente un large pan de la culture de cannabis qui pourrait être exploitée pour impacter positivement l’environnement de manière générale. Avec plusieurs cordes à son arc, le développement de cette niche devrait logiquement être encouragé, et ce peu importe votre vision de ce qu’est la culture organique.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.