L’Allemagne est le pays à surveiller cette année pour la canna-réforme. Le 19 janvier 2017, la chambre basse du Parlement a voté à l’unanimité pour légaliser la consommation médical. Les législateurs sont également tombés d’accord pour déclarer que le cannabis devait être reclassé. Encore plus étonnant, il sera pris en charge par l’assurance santé nationale. 90 % des Allemands sont concernés par cette décision historique.

Le bon côté ? Le cannabis va devenir grand public dans le pays. De plus, cela va se faire d’une manière jamais vue auparavant. Y compris au Canada. Le cannabis sera fermement contrôlé par des régulations pharmaceutiques. Ce qui va profondément modeler ce marché.

Au cours de l’ICBC à Berlin, le gouvernement allemand a lancé son premier appel d’offre pour la culture domestique. Le moment choisi ainsi que les détails de l’appel d’offre étaient un positionnement astucieux de la part du gouvernement.

Les exigences ont plus que contrarié quelques Allemands qui avaient espéré mieux. Mais c’est clairement un moment décisif pour la réforme, en Allemagne et en Europe. L’impact par la suite pourrait tout aussi bien affecter les réglementations dans le monde entier.

Allemagne légalisation canna-reform domestic cultivation

LES GRANDES LIGNES

Il y a dix licences à se partager. Ce qui constituer un « cultivateur légal » reste toujours un concept plus ou moins amorphe. De plus, plus que quelques -unes de ces licences iront à des firmes qui seraient mieux décrites par le terme « importateur » ou même « distributeur ». Le gouvernement veut apparemment considérer tout ceci un peu comme la pornographie. En d’autres termes, « difficile à décrire, mais reconnaissable ». Il se réserve clairement autant de latitude que possible.

La raison ? Il n’y a actuellement que 1.000 patients allemands « légaux ». Les estimations officielles s’attendent à une croissance des patients d’environ 5-10.000 nouveaux patients par an. Ceci suivrait la situation canadienne. Les patients y ont augmenté au rythme de 10 % par mois au cours des dernières années.

Mais l’Allemagne est dans une situation différente. Dès le début, l’assurance maladie publique en Allemagne devra couvrir jusqu’à 5 onces (environ 125 grammes) de fleurs de cannabis par mois et par patient (ce qui reste incertain voire indéfini pour la puissance et la composition). Le coût pour le malade ? Environ 10 euros par mois. Aucun autre endroit sur la planète ne possède un système de santé aussi efficace pour la weed. L’Allemagne représente un nouveau niveau d’acceptation médicale.

Ceci signifie, au final, que l’offre pourrait augmenter graduellement ou exploser. Le problème suivant dépend de la façon dont les activistes, médecins et autres réussissent à faire passer le message.

Le gouvernement est bien conscient de toutes ces implications. En fait, le Dr Ingo Michels ancien chef du Commissariat Fédéral aux Médicaments, n’a pas pris la parole comme prévu à l’ICBC. Sans doute a-t-il voulu éviter la colère de quelques cultivateurs-activistes remontés. Ceci signifie aussi que le gouvernement reste délibérément peu clair pour générer autant que « créativité » que possible pour son action ultérieure.

Ceci dit, le moment choisi pour la déclaration de l’appel d’offre n’était pas une coïncidence. La conférence ICBC était un rassemblent unique des leaders du secteur au Canada, en Amérique et en Allemagne. Il est évident que le gouvernement veut conserver toutes ses options.

À présent, il y a environ 12 marques distribuées. Elles viennent de Bedrocan et de la coalition canadienne par laquelle Tweed et Canopy Canada opèrent via leur partenaire allemand MedCann. Tilray est également en train de demander une licence allemande. L’entreprise importe actuellement des extraits en Europe.

QUI NE PEUT PAS S’INSCRIRE

La principale raison qui a suscité l’agacement des Allemands présents à l’ICBC est que ces réglementations ont été délibérément écrites pour exclure la plupart d’entre eux. Les gens qui se sont fait arrêter pour culture de cannabis en sont exclus. De même que ceux qui ont fait pousser des cultures sans être enregistrés ou sans suivre une des réglementations établies. Ceci inclut également tous les cultivateurs domestiques, à l’exception de certains producteurs de chanvre industriel. Mais il seraient bien avisés de faire un partenariat avec un consultant stratégie externe. Le gouvernement cherche clairement des cultivateurs avec de l’expérience pour pouvoir répondre aux exigences réglementaires fédérales.

Par définition, ceci signifie que tout cultivateur autorisé au Canada est en première ligne pour un partenariat potentiel avec un partenaire domestique. Ce partenaire pourrait apporter des fonds, un terrain, ou de l’expertise. L’appel d’offre demande que les répondants prouvent qu’ils puissent livrer une quantité annuelle minimale (200kg par an entre 2010 et 2022). Ils doivent aussi montrer qu’ils ont pu produire au moins 50kg par an durant les trois années passées dans un cadre légal.

Ceci dit, pour ces entreprises qualifiées, une future culture en Allemagne qui répond à ces exigences peut être théorique. Tout comme le mélange de cannabis livré. Plus important encore, le gouvernement laisse la porte à ceux qui veulent livrer des extraits de cannabis à une puissance de 100 %.

Ceci signifie que les entreprises d’extraction pourraient être dans la meilleure position pour faire un partenariat avec des entreprises canadiennes pouvant leur fournir soit les têtes brutes, soit des huiles traitées.

un cannabis federal agency deutschland

MÉDICAL MÉDICAL MÉDICAL

Mais qu’est-ce que ça signifie pour les autres secteurs du marché ? Il est clair que l’Allemagne va essayer de mettre en place son marché domestique sous l’égide des guides de l’ONU. Ceci inclut l’établissement d’une agence fédérale du cannabis. Ce organisation initiale est également en cours actuellement.

Ceci signifie aussi que l’appel d’offre sera géré par des gens qui sont en train d’être embauchés dans une nouvelle agence du gouvernement fédéral. Beaucoup de ces personnes auront une tonalité médicale ou seront des médecins. Le gouvernement cherche aussi des médecins et d’autres experts pour l’éducation aux canna-médicaments. Ceci signifie qu’il y a un énorme potentiel dans le futur proche pour au minimum une éducation créative sur la substance dans le pays. De plus, tout sera concentré sur les applications médicales approuvées. Ce qui implique un accent sur la science de les données des essais. Toutes sortes d’interprétations scientifiques auxquelles les Allemands sont habitués et qu’ils pratiquent très bien.

LE FUTUR DE LA CULTURE AMATEUR EN ALLEMAGNE

C’est une des zones qui reste toujours floue. Les législateurs allemands ont avancé aussi vite qu’ils l’ont fait sur la légalisation médicale pour plusieurs raisons. La première est qu’ils surveillent de près les avancées américaines. Sans oublier le Canada, Israël et l’Australie. De plus, en Allemagne, tout comme au Mexique, les patients ont ouvert la voie en remettant en cause la base constitutionnelle de la prohibition. Au fil des années passées, ces remises en causes ont poussé cinq patients à poursuivre en justice le gouvernement fédéral pour obtenir un accès total. Actuellement, ceci signifie que trois des plaignants ont obtenu un laisser-passer informel pour cultiver autant que nécessaire chez eux. Comment ils seront normalisés dans le nouveau système est une autre question. Ils pourraient recevoir des autorisations provisoires pour établir des clubs à but non-lucratif quand le gouvernement inclut les gens dans le système maintenant légal. Ils pourraient être engagés dans d’autres systèmes.

Ce qui est clair, c’est que leur droit illimité pour cultiver des plants touche à sa fin.

Il est très probable que dans un futur proche à plus lointain, des villes comme Brème, Francfort et Berlin avancent aussi et établissent une sorte de statut décriminalisé pour la substance – même pour les consommateurs « récréatifs ». Les patients eux-mêmes ne peuvent pas être autonomes avec le genre de mini-cultures comme on les voit dans d’autres régions aux problèmes similaires. Par exemple, un maximum de cinq plants pour les majeurs devrait suffire à décourager le genre « d’expériences » que les Allemands espèrent décourage. Et ceci commence par dissuader un marché noir développé et profitable.

Au final, ceci pourrait en fait être une bénédiction pour la culture amateur. En fait, ceci pourrait donner naissance à un marché très sophistiqué pour connaisseurs, pour des variétés haut de gamme et rares. En Allemagne, les gens aiment toujours faire du jardinage. Une des caractéristiques distinctives de nombreuses villes allemandes, c’est l’abondance des espaces de culture.

La police n’est clairement pas intéressée par la répression de ce genre d’activités. Si on gratte la surface, la plupart de la police allemande veut voir le problème disparaître. Ils sont clairement en ligne avec la régulation. S’ils peuvent débarrasser les rues des petits dealers avec la légalisation, ils la soutiennent de bon cœur. La vérité, c’est que beaucoup de policiers fument. Ils n’en parlent simplement pas aux journalistes.

Légalisation réglementation du cannabis allemande

DES COALITIONS INTERNATIONALES SE FORMENT

Qu’est-ce que cela signifie pour les cannapreneurs ? Si vous avez une véritable expérience, trouvez un partenaire.

Il y a déjà plusieurs initiatives en cours.

Ce qui est également clair, c’est que ce n’est que le premier appel d’offre que le gouvernement va lancer. Ce ne sera pas le dernier. Cette opportunité est un programme unique pour l’emploi et le gouvernement n’est pas sourd à cette logique. Il y aura de la place dans le marché pour l’innovation et l’activité entrepreneuriale.

Il est aussi clair que la marché allemand se transforme en vrai modèle fédéral de consommation médicale.

En d’autres termes, l’Allemagne pourrait bien guider le monde vers la nouvelle étape de la recherche du cannabis. Le pays pourrait aussi être en pointe des développements pharmaceutiques. Son plan de légalisation contribuera certainement à une meilleure compréhension du pouvoir de la plante.

C’est une victoire pour tout le monde, peu importe le résultat du premier appel d’offre du pays pour la culture.

 

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander