Les niveaux de THC sont en augmentation. En fait, les sélectionneurs ont continué à repousser les limites ces dernières décennies. Les fumeurs à l’ancienne qui fumaient de l’herbe dans les années 1970 et 1980 sont probablement stupéfaits par ce qui circule de nos jours. C’est un peu comme les rapides avancées de la technologie des téléphones portables sur la même période : quand l’ingéniosité humaine rencontre une forte demande, on assiste à de grands progrès.

Mais qu’est-ce qui peut exactement être défini par « une grande quantité » de THC ? Différents facteurs entrent en jeu, à un niveau scientifique, commercial et personnel. Dans ce dernier cas, un niveau de THC de 15 % pourrait suffire à propulser certains dans l’espace, alors que d’autres auront besoin de beaucoup plus. Dans cet article, nous considérerons qu’une grande quantité de THC correspond aux limites de ce que les sélectionneurs modernes ont réussi à atteindre.

Lisez la suite pour découvrir à quel point le cannabis est devenu puissant, combien de temps il faut au THC pour se dégrader et si le pourcentage de THC est vraiment important dans le choix d’une variété. Vous en saurez beaucoup plus au sujet de la phytochimie du cannabis avant d’arriver à la fin de l’article.

Mais avant de se plonger dans le sujet, certains débutants dans le monde du cannabis pourraient se demander « que signifie THC ? ». THC est l’abréviation de tétrahydrocannabinol — le principal ingrédient psychoactif dans le cannabis. Cette molécule se lie à des récepteurs dans le cerveau et provoque ainsi des changements dans l’activation des neurotransmetteurs, ce qui déclenche un effet « planant ».

Qu’est-ce qu’on considère comme une forte teneur en THC dans l’herbe ?

Les consommateurs sont perpétuellement à la recherche de la prochaine variété qui frappe fort et les sélectionneurs répondent à cette demande en traquant les génétiques qui expriment des niveaux de THC extrêmement élevés. Grâce à des croisements sélectifs, on peut développer des variétés toujours plus puissantes.

Alors, pour répondre à la question que tout le monde se pose, une grande quantité de THC est généralement considérée comme étant d’environ 30 % dans les têtes séchées et affinées. Fumer ou vaporiser ces fleurs altère la conscience à un niveau bien plus puissant que les têtes disponibles il y a quelques décennies. De plus, il en faut beaucoup moins pour avoir un effet planant comparable. Des niveaux du cannabinoïde si élevés peuvent plonger certains consommateurs dans un état de perte de contrôle et de panique. Cependant, une fois que le consommateur possède une tolérance appropriée, il trouve souvent que ces variétés provoquent de l’euphorie, de la relaxation et des effets agréablement intenses.

Les sélectionneurs de chez Royal Queen Seeds ont créé de puissantes variétés qui sont de parfaits exemples des progrès réalisés pour la teneur en THC. Parmi les plus notables, on peut citer Cookies Gelato, avec une teneur en THC de 28 % et Royal Gorilla avec 27 % de THC. 

Les avancées dans les techniques de culture font également fortement augmenter les chiffres du THC. Alors que les sélectionneurs apportent les bases génétiques du succès, les cultivateurs professionnels sont capables d’utiliser les technologies d’éclairage et les avancées dans la science du sol pour libérer le potentiel génétique de chaque plant, ce qui entraîne des concentrations en terpènes et cannabinoïdes plus élevées.

Qu’est-ce qu’on considère comme une forte teneur en THC dans l’herbe ?
  • Qu’est-ce que l’inflation du THC ?

Vous devriez toujours rester sceptique quand vous cherchez à acheter des fleurs de cannabis. Certains chiffres sont souvent trop beaux pour être vrais — et sont vraiment trompeurs. Des entreprises indignes de confiance essaient parfois plusieurs laboratoires jusqu’à trouver les meilleurs résultats, une pratique connue sous le nom d’inflation du THC. Pour essayer d’éviter ce phénomène, nous recommandons d’acheter uniquement sur des boutiques possédant une bonne réputation et d’excellents avis.

  • Combien de THC y a-t-il dans les concentrés et extraits ?

Avec l’augmentation de la puissance des fleurs de cannabis, les extraits et concentrés sont devenus plus faciles à produire et d’une puissance exponentielle. En utilisant une matière végétale déjà puissante, on peut préparer des extraits à partir de moins de têtes, tout en offrant des effets comparables.

Des extraits et concentrés comme le cannabeurre, le hasch, la rosin, la wax et le shatter peuvent afficher des pourcentages en THC d’environ 80 %. Certains producteurs ont poussé le choses un peu plus loin, avec des cristaux de THCA (qui se transforme en THC) affichant une pureté de 99,9 %.

L’importance de la teneur en THC pour les cultivateurs et les consommateurs

Il sera utile aux cultivateurs et consommateurs de cannabis de connaître la teneur en THC du produit de leur choix, car ceci donne une indication précise de la force de l’effet planant ressenti.

Un des principaux avantages à acheter du cannabis riche en THC, c’est d’avoir le meilleur rapport puissance-prix. Même si c’est un concept au mieux fumeux, le consommateur cherche souvent à planer aussi haut que possible tout en dépensant le moins possible. Le problème est que comme le consommateur de cannabis riche en THC développe souvent une tolérance au cannabinoïde, il finit par augmenter en réalité ses besoins en THC, ce qui se traduit par une augmentation des coûts sur le long terme.

Pour connaître les valeurs précises en THC, les cultivateurs tirent cette information des banques de graines, qui fournissent souvent une moyenne pour la teneur en THC attendue dans un plant cultivé dans un certain ensemble de conditions. Les consommateurs de cannabis qui ont la chance de vivre dans des régions où le cannabis est légal peuvent accéder à des têtes testées en laboratoire, avec des niveaux de THC exacts.

Dans la plupart des dispensaires de cannabis, on donne au consommateur non seulement la teneur maximale en THC, mais aussi la quantité de THCA — le précurseur acide du THC. C’est dû au fait que les têtes brutes ne contiennent en réalité pas beaucoup de THC. Quand il est chauffé (décarboxylé), le THCA se transforme en THC. Cependant, quand on se penche sur les données indiquées pour un produit, on peut remarquer que le niveau de THC est légèrement plus faible que la teneur en THCA. C’est dû au fait que le THC possède une masse moléculaire plus faible que son précurseur acide cannabinoïde, ce qui donne des niveaux de THC légèrement plus faibles quand on fume ou vaporise.

Utilisons donc les données d’une étiquette de Bubble Kush pour avoir un exemple de ce que vous pouvez vous attendre à voir :

  • Teneur en THC : 0,82 %
  • Teneur en THCA : 17,4 %
  • Teneur en THC maximum : 16,1 %
L’importance de la teneur en THC pour les cultivateurs et les consommateurs

La biodisponibilité compte : comment la méthode de consommation affecte les niveaux de THC

Alors que le fait de connaître la quantité de THC dans un cultivar ou un extrait aide le consommateur à avoir une estimation de l’effet ressenti, ces chiffres ne révèlent pas tout. Les différentes méthodes de consommation du cannabis impactent la manière dont le corps traite le THC.

Le terme biodisponibilité décrit la proportion de THC qui pénètre dans la circulation sanguine une fois qu’il est introduit dans le corps. La biodisponibilité du THC change selon la façon dont il est consommé, ce qui modifie donc la quantité qui atteint la circulation sanguine. Voici quelques-unes des méthodes de consommation les plus populaires avec leur biodisponibilité estimée.

Inhalation

Le fait d’inhaler les cannabinoïdes en les fumant ou les vaporisant introduit ces composés dans les poumons, d’où ils se diffusent dans la circulation sanguine à travers les alvéoles. Cet accès rapide et direct signifie que l’inhalation du cannabis offre le meilleur taux de biodisponibilité à 30 %[1].

Oral

L’ingestion par voie orale comprend la consommation de capsules, d’huiles et de comestibles. Cette voie d’administration envoie les cannabinoïdes à travers le tube digestif et le foie. Juste 4 à 12 % du THC entre dans la circulation avec cette méthode, cependant, il ne reste pas longtemps dans sa forme originelle. Le foie transforme le cannabinoïde en 11-hydroxy-THC, une molécule bien plus puissante à l’origine des expériences intenses liées aux comestibles.

Sublingual

L’ingestion sublinguale fait référence au fait de placer des huiles au cannabis sous la langue. Là, les cannabinoïdes passent dans la circulation sanguine à travers la muqueuse orale. Cette voie d’administration est différente des comestibles car elle évite le foie et fait effet bien plus rapidement. L’administration en sublingual offre une biodisponibilité large et peu uniforme de 2 à 40 %.

Le pourcentage en THC est-il important ?

Vous devriez bien entendu prendre en compte le pourcentage en THC d’un produit avant de l’acheter. Mais certains consommateurs de cannabis sont tellement obnubilés par ce cannabinoïde qu’ils en oublient souvent la diversité phytochimique présente dans les fleurs de cannabis. Le THC apporte le noyau des effets psychoactifs du cannabis, mais ce sont les terpènes qui décorent cet effet avec toutes les touches uniques que chaque cultivar peut offrir.

Les terpènes sont des hydrocarbures aromatiques présents partout dans la nature et on en trouve plus de 200 dans le cannabis. Ils n’ont pas juste une bonne odeur : ils ont un impact direct sur l’effet de chaque variété.

Les terpènes inhalés sont capables de changer notre humeur et notre état mental. Des terpènes comme le myrcène nous aident à nous relaxer, alors que le limonène nous donne une sensation d’énergie. Voilà pourquoi chaque cultivar de cannabis riche en THC apporte un effet légèrement différent. Ils contiennent tous de grandes quantités de THC, mais leur mélange spécifique de terpènes les distingue.

Le THC et les terpènes n’agissent pas seuls. Ils entrent en synergie grâce à l’effet entourage afin de produire des résultats plus prononcés. Ensemble, ces molécules phytochimiques affectent les récepteurs dans le système endocannabinoïde et ailleurs afin de créer des changements dans l’humeur et la perception. Certains terpènes activent même les récepteurs CB1 [2]— les sites auxquels le THC se lie afin de nous faire planer.

Cependant, il faut également garder à l’esprit les autres cannabinoïdes. Si vous voulez planer aussi haut que possible, visez donc une variété riche en THC. Mais si vous voulez un effet plus doux, regardez du côté des variétés qui produisent un ratio THC:CBD de 1:1, comme Royal Highness. Ce profil en cannabinoïdes donne un effet psychoactif plus équilibré et aide le consommateur à se sentir plus en contrôle.

Globalement, la teneur en THC d’un cultivar détermine sa puissance, mais vous devriez également prendre en compte la présence de CBD et de terpènes afin d’affiner les nuances de chaque variété en particulier.

L’émergence des Cannabinoïdes Actifs Totaux (TAC) et les implications pour le consommateur

Alors que l’industrie commence à se saisir de la complexité du cannabis et à remettre en question l’approche centrée sur le THC, des dispensaires et autres points de vente adoptent les TAC (cannabinoïdes actifs totaux). Au lieu de détailler uniquement la teneur en THC des variétés de cannabis, les étiquettes TAC s’intéressent à la présence des autres cannabinoïdes clés.

Il existe plus de 100 cannabinoïdes dans les fleurs de cannabis et leur quantité varie selon la variété. Les chercheurs sont encore en train de découvrir ces composés mais ils ont jusqu’ici atteint une assez bonne compréhension des cannabinoïdes majeurs :

Tétrahydrocannabinol (THC) Cannabidiol (CBD)
Cannabigérol (CBG) Cannabichromène (CBC)
Tétrahydrocannabivarine (THCV)



Chacun de ces cannabinoïdes offre un effet unique. Même s’ils sont tous non-enivrants à l’exception du THC (le débat est toujours ouvert pour la THCV), ils ont des effets différents sur le système endocannabinoïde et donc un impact différent sur notre corps et notre esprit.

Les TAC aident les consommateurs à déterminer ce qui les attend avec une variété en particulier afin de pouvoir trouver efficacement un produit correspondant à leurs besoins et envies.

Le terme « chemovar » est utilisé pour décrire des variétés de cannabis définies par leurs composantes chimiques. De cette manière, les cultivars individuels peuvent être catégorisés et étudiés précisément, plutôt que de se concentrer exclusivement sur le type de variété (indica, sativa ou ruderalis) ou un seul cannabinoïde dominant (THC ou CBD par ex.).

L’émergence des Cannabinoïdes Actifs Totaux (TAC) et les implications pour le consommateur

Combien de temps met le THC à perdre sa puissance ?

Quand on conserve des fleurs ou concentrés de cannabis sur de longues périodes de temps, il est important de prendre en compte la vitesse de la dégradation du THC. Si vous avez acheté des têtes avec une teneur en THC de 20 %, ne vous attendez pas à planer autant après les avoir conservées pendant un an. Différents facteurs poussent le THCA à se dégrader en THC, puis ensuite vers le sous-produit qu’est le cannabinol (CBN). Bien que légèrement psychoactif, le CBN ne produit pas le même effet planant que le THC.

Parmi les facteurs qui influencent la dégradation du THC, on retrouve l’exposition à la lumière, des températures élevées constantes et le temps.

Vos têtes perdront environ 16 % de leur teneur en THC au bout d’un an si elles sont stockées dans un lieu frais, sec et obscur, de quoi les rendre considérablement moins psychoactives que des fleurs récemment affinées. Elles contiendront toujours beaucoup de CBN, mais attendez-vous à une expérience différente que celle obtenue avec des têtes fraîches du même cultivar.

Comment la puissance en THC affecte les comestibles : une autre histoire

Maintenant, ouvrez grand les oreilles. On pourrait bien vous épargner une mauvaise expérience avec les comestibles ! Les comestibles au cannabis sont connus pour embarquer le consommateur dans une chevauchée sauvage. Bien sûr, ils sont par essence puissants mais certains passent un mauvais moment parce qu’ils sous-estiment la puissance de l’herbe mangée.

Les comestibles mettent plus longtemps à faire effet, mais leurs effets durent aussi bien plus longtemps : préparez-vous à une expérience qui dure 4–8 heures. De plus, les comestibles renversent complètement les effets conventionnels du THC, ce qui rend le dosage d’autant plus difficile. Comme nous l’avons brièvement mentionné plus haut, le foie transforme le THC (delta-9-THC) en 11-hydroxy-THC, qui a un potentiel enivrant bien plus élevé. Bien que votre corps n’absorbe que 4 à 12 % du THC consommé, même des quantités semblant faibles peuvent vous surprendre. Voilà pourquoi, quand vous préparez et consommez des comestibles, il est recommandé d’utiliser des variétés avec une teneur en THC modérée et de doser chaque portion avec de faibles quantités de THC.

Le souci avec l’obsession du THC : pour un futur plus informatif

De nombreuses banques de graines et dispensaires se concentrent toujours sur le THC comme étant la principale composante d’intérêt pour vendre leurs produits. Cependant, d’autres font des premiers pas de pionniers dans le domaine des étiquettes TAC et de l’utilisation du système de catégorisation chemovar. Au final, cela révélera aux cultivateurs et consommateurs de cannabis bien plus sur l’effet obtenu, tout en les dirigeant dans la bonne direction pour leurs achats.

De plus, le désir de créer des variétés toujours plus puissantes est lentement en train de s’estomper. Alors que les entreprises et les consommateurs apprennent l’importance de l’intégralité du phytocomplexe du cannabis, nous allons commencer à voir des profils diversifiés en plus des variétés aux niveaux de THC dans la fourchette des 30 %.

Nous en sommes encore aux prémisses de ce développement, mais nous recommandons d’utiliser les étiquettes TAC dès que c’est possible. Notez les effets et les bienfaits que vous obtenez avec chaque chemovar (le Grow Planner RQS est l’endroit parfait pour noter vos réflexions) et vous déterminerez rapidement comment certains terpènes et cannabinoïdes influencent l’effet et quelles combinaisons fonctionnent le mieux pour vous.

Sources Externes
  1. Pharmacokinetics of cannabinoids - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  2. Cannabis sativa terpenes are cannabimimetic and selectively enhance cannabinoid activity | Scientific Reports https://www.nature.com
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.