Si vous êtes un fumeur de cannabis passionné, vous devriez savoir ce qu’est une pause de tolérance. Si vous ne le savez pas, c’est probablement parce que vous n’en avez pas besoin.

Ça pourrait être à cause d’un nouveau travail, ou d’une décision de justice. Vous pourriez devoir partir de vacances dans une région pas si accueillante pour le cannabis, ou rendre visite à des membres de votre famille qui n’apprécient pas de tirer sur un bon gros bang. Ou peut-être que vous cherchez juste à améliorer vos sensations cannabiques. Les effets du début vous manquent. Peut-être que vous vous sentez trop embrumé depuis quelques mois ou même quelques années. Quelles que soient les raisons, nous allons vous indiquer quoi faire et comment réaliser cette « pause de tolérance » de la meilleure manière possible.

POURQUOI ARRÊTER LES MEILLEURES SENSATIONS AU MONDE ?

Quand vous fumez du cannabis au quotidien pendant des mois ou des années, vous commencez probablement à ressentir que vous ne planez pas aussi haut qu’au début. Vous commencez à vous rappeler ces effets planants de vos débuts qui vous faisaient tant rire, en vous demandant pourquoi ils ne se produisent plus. Vous n’êtes plus inquiet d’avoir à interagir socialement quand vous planez en orbite. Votre bande d’amis inclut toujours le cannabis dans toutes ses activités, sans même y penser. Autant de signes qui indiquent que vous devriez probablement faire une pause de tolérance.

La plupart des consommateurs en font une parce que les récepteurs cannabinoïdes (en particulier les récepteurs CB1) se mettent à réguler à la baisse la réception du THC dans le cas d’une consommation fréquente et importante. Ce n’est pas que vous vous habituez à la sensation « planante », c’est en réalité que votre physiologie essaye de s’adapter à votre consommation de THC pour en faire l’état « normal ». C’est la façon naturelle que votre corps a de dire « bon, si c’est parti pour tourner comme ça, autant être fonctionnel dans cet état ». Dans une optique de survie, votre corps essaye de vous maintenir en éveil et en sécurité même après avoir consommé du THC, car il sait que c’est votre état au quotidien.

Des recherches ont montré que les récepteurs CB1 commencent à se régénérer juste après une pause de tolérance de deux jours d’abstinence de cannabis. Ils continueront à le faire pendant 3-4 semaines de plus, jusqu’à être de nouveau prêts à recevoir tout le THC.

Arrêtez de consommer des récepteurs cannabinoïdes cannabis CB1

COMMENT COMMENCER

Il est important de vraiment vouloir faire une pause avant de se lancer.

Rappelez-vous, quand vos parents vous ont forcé à suivre des leçons de piano pendant 6 ans, mais maintenant vous vous souvenez à peine des gammes de base ? C’est exactement la même chose !

Si la vraie raison est que votre partenaire aimerait vous voir faire une pause, ou que quelques amis en font une, ça ne marchera pas. Vous devez vraiment avoir une intention fixe avant même de commencer à planifier.

Choisissez une date. Il est très important d’avoir une date-butoir. Mais ne fixez pas une date floue comme de quelques jours à quelques semaines. Cela pourrait vous pousser à vous dire « oui, bon allez, ça suffit comme ça maintenant ». Sans un délai clair, rien dans votre cerveau ne vous indiquera que vous avez fait une pause suffisamment longue.

Essayez d’embarquer quelques amis avec vous. C’est beaucoup plus facile de suivre la pause si vos amis ne font pas un aquarium dans la pièce où vous êtes. Vous pouvez faire des paris sur celui qui tiendra le plus longtemps. Il est plus facile de commencer avec les personnes qui vivent avec vous. De cette manière, vous aurez plus tendance à garder le pari, plutôt que de vous mettre à allumer un gros joint dès que vous rentrez à la maison. Ce qui détournerait complètement le but même du pari.

CE NE SERA PAS FACILE

Ce sera une tâche difficile, mais vous devez vous y tenir. L’engagement est un des facteurs les plus importants dans ce cas. Soyez honnête avec vous à 100 % et rappelez-vous toujours pourquoi vous faites une pause. Vous devez absolument éviter de vous abstenir de THC pendant quelques jours pour finir par fumer et avoir un des plus gros effets de votre vie, gâché par une immense culpabilité. Oh non, vraiment, c’est à éviter ! Encore pire qu’un super effet qu’on ne contrôle pas, il y a un super effet qu’on ne contrôle pas accompagné de doutes existentiels.

Votre corps va devoir s’ajuster au manque de THC qu’il était habitué à recevoir. Ce sera très loin d’un sevrage alcoolique ou à l’héroïne. Vous ne ressentirez pas de douleur physique. Comme il n’y a pas de composés addictifs dans le cannabis, vous n’aurez qu’un ressenti psychologique. Vous pourriez ressentir une dépression de circonstance et avoir l’impression que plus rien n’est amusant, mais après 10 jours, vous serez reparti à neuf.

GÉRER LES DIFFICULTÉS

Vous ferez face à des difficultés, c’est certain ! Mais être bien préparé, c’est déjà la moitié de la réussite.

Une chose que les consommateurs au quotidien qui arrêtent soudain de fumer du cannabis rapportent, c’est l’agitation. Vous allez vous retrouver dans votre lit, totalement éveillé pendant 3 heures, à vous demander où est parti votre sommeil et pourquoi vous n’êtes pas fatigué. C’est normal. Pour vous faciliter le processus, il pourrait être une bonne idée de commencer à aller au lit en étant sobre quelques jours avant le début de la pause de tolérance. Ne fumez plus 3 à 4 heures avant l’heure du coucher programmé. Ceci vous aidera à vous endormir quand vous faites votre pause de weed. Il pourrait aussi être utile d’essayer la mélatonine avant d’aller au lit. C’est une aide naturelle au sommeil. Ne prenez rien de synthétique. Avoir besoin de cachets pleins de substances chimiques pour s’endormir est encore pire que d’avoir besoin de weed.

Assurez-vous de manger sainement, mais pas trop sainement. Si vous essayez de lancer un régime à cette occasion, ça ne marchera pas. Beaucoup d’entre vous souffriront d’un manque d’appétit et vous ne voudriez pas vous retrouver qu’avec du brocoli chez vous dans cette situation. Oui, bien sûr, mangez des fruits et des légumes. Mais n’hésitez pas à manger aussi des sucreries et des aliments industriels. Ne mangez pas que de la malbouffe, car votre humeur en souffrirait, mais ne vous obligez pas non plus à ne manger que de la salade. Faites-vous plaisir.

Enfin, restez occupé. Vous aurez plus de facilité à oublier la weed si vous avez autre chose à faire. Sortez, socialisez, commencez un loisir, apprenez une nouvelle compétence – peu importe ce que vous faites, tant que vous ne restez pas chez vous tout le temps à regarder « Family Guy ». Arrêter de ne rien faire pourrait aussi être une bonne idée alors que vous fumez encore pendant la semaine précédant la pause. Ayez l’habitude de faire des choses quand vous planez. De cette manière, il vous sera plus facile d’avoir l’habitude de faire ces choses en étant sobre. Vous n’aurez pas à vous préoccuper de trouver des manières d’occuper votre temps.

Cannabidiol CBD el e-líquido

ET POUR LE CANNABIDIOL (CBD) ?

Toute cette affaire de tolérance parle du THC, mais qu’en est-il du CBD ? Pour ceux qui ne le savent pas, le CBD est un cannabinoïde tout comme le THC. La différence entre les deux est que le THC est psychoactif, alors que le CBD ne l’est pas. Pour cette raison, le cannabidiol a de nombreuses applications dans le secteur médical. Il donne au consommateur une sensation de détente avec des bienfaits anti-anxiété, tout en gardant un esprit fonctionnel.

C’est une très bonne nouvelle ! Pour ceux d’entre vous qui le souhaitent, vous pouvez toujours vapoter cet E-Liquide au CBD. C’est un excellent choix si vous pensez que vous aurez du mal à faire cette pause de tolérance. Mais n’en prenez pas trop. Essayez de tirer quelques bouffées sur le vaporisateur avant d’aller au lit, mais pas plus. Et assurez-vous que, si vous consommez du CBD pendant votre pause de tolérance, votre abstinence de THC dure au moins quelques bonnes semaines.

N’oubliez pas qu’il vaut toujours mieux être informé, dans tous les aspects de la vie. Avec les informations que vous possédez maintenant, il n’y a aucune raison de ne pas envisager une pause de tolérance et de la recommander à vos amis. Vous savez maintenant à quoi vous attendre et comment gérer les difficultés. Et faites-nous confiance, après votre première pause, vous en ferez une autre d’une semaine quelques mois plus tard. Vous réaliserez que vous n’avez pas plané aussi haut depuis très longtemps et ces effets vertigineux commenceront à vous manquer après quelques mois. Ça vaut vraiment le coup !

Panier

Articles GRATUITS inclus

Aucun produit

Expédition € 0.00
Total € 0.00

Commander