Les Mix Packs de graines RQS sont là – Plus ici

By Luke Sumpter


La gastrite a de nombreuses causes, allant de l’infection bactériologique à une consommation excessive d’alcool. La médecine conventionnelle a développé des manières efficaces de traiter ce trouble, y compris par le biais de médicaments et de changements dans le mode de vie. Mais tandis que la recherche continue de dévoiler le rôle du système cannabinoïde dans les intestins, certaines personnes se demandent si le cannabis pourrait avoir le moindre effet sur les symptômes de la gastrite.

Qu’est-ce que la gastrite ?

Le terme « gastrite » englobe plusieurs troubles qui partagent tous une caractéristique : une inflammation de la paroi intestinale.

Vous l’avez peut-être vu en cours de biologie, mais l’estomac contient des sucs gastriques très acides qui aident à décomposer les aliments que vous consommez. Pour protéger vos tissus contre ce fluide puissant, l’estomac comprend une paroi de mucus (appelée muqueuse). Dans des circonstances normales, cette paroi spécialisée remplit son objectif sans le moindre problème. Cependant, des événements qui viennent endommager les parois intestinales ou provoquer une inflammation peuvent déclencher une gastrite. Les syndromes douloureux de ce trouble signifient que les patients qui en souffrent se mettent rapidement à chercher une solution viable.

  • Types de gastrites

Bien qu’il existe plusieurs types de gastrites, elles tombent toutes sous le coup d’une des catégories suivantes : aiguë ou chronique. Les formes aiguës de ce trouble sont souvent provoquées par des irritations ou des infections et sont caractérisées par des sursauts douloureux qui disparaissent rapidement. Par contraste, la gastrite chronique dure sur de longues périodes, implique une douleur sourde et longue et peut prendre la forme de troubles plus sérieux si on ne la traite pas. Il existe de nombreuses et différentes causes à la gastrite et ci-dessous, nous passerons en revue celles les plus communes.

- Infection Helicobacter pylori

Cette bactérie spirale Gram négatif est la cause la plus fréquente de gastrite dans le monde. Fait troublant, cette espèce microbienne a développé sa forme étrange pour pouvoir pénétrer la paroi de l’estomac. Cependant, la majorité des gens y sont asymptomatiques.

H. pylori a une réputation prolifique et on pense que la moitié de la population mondiale en est infectée : la majorité ne le remarque tout simplement pas. Les chercheurs ne sont pas bien certains de la raison pour laquelle tant de personnes ne montrent pas de symptômes, mais il y a probablement une résistance innée chez les personnes asymptomatiques. Les personnes qui n’ont pas la chance d’être asymptomatiques développent souvent des gastrites et ulcères d’estomac lors d’une exposition à ce pathogène.

- Autres pathogènes

H. pylori n’est pas le seul microbe qui infecte les parois de l’estomac et provoque inflammation et gastrites. Parmi les autres organismes qui peuvent provoquer ce trouble on retrouve des espèces de mycobactérie, herpès simplex, et parasites.

- Gastrites auto-immunes

L’auto-immunité survient lorsque les cellules immunitaires commencent à attaquer les cellules saines du corps en se trompant et en les prenant pour des envahisseurs menaçants. Cet assaut cellulaire auto-infligé se manifeste sous la forme d’une grande variété de troubles y compris l’arthrite rhumatoïde, la maladie céliaque et la thyroïdite. Cette malfonction du système immunitaire peut provoquer une gastrite auto-immunitaire.

Dans ce trouble, les cellules immunitaires ciblent et détruisent les cellules pariétales[1] (les cellules de la paroi de l’estomac qui sécrètent l’acide). Ce trouble se révèle surtout chez les jeunes femmes et peut mener à des carences en fer et en vitamine B12.

Gastrites auto-immunes

- Maladie de Crohn

En tant que maladie inflammatoire du colon, la maladie de Crohn provoque des poussées inflammatoires dans le tube digestif qui entraînent des symptômes désagréables tels que des douleurs, de la fatigue et des diarrhées. Les patients atteints de la maladie de Crohn sont plus à risque de développer un type de gastrite qui n’a pas racine dans les infections H. pyroli.

- Aspirine

Avez-vous déjà pris des anti-inflammatoires et ressenti une sorte de nausée ? Eh bien, même si des médicaments tels que l’aspirine aident à surmonter les douleurs et les maux, une gastrite aiguë hémorragique survient chez **50–80 %[2] des patients qui prennent ce médicament. Comment l’aspirine provoque-t-elle cette douleur  ? Les chercheurs n’en sont pas entièrement certains, mais il semble qu’une érosion physique de la paroi intestinale et la diffusion d’ions d’hydrogène au travers de la muqueuse soient impliquées.

- Consommation excessive d’alcool

Boire trop d’alcool trop fréquemment peut donner lieu à une gastrite alcoolique. Au fil du temps, des quantités importantes et constantes d’alcool commencent à irriter la muqueuse intestinale, déclenchant une inflammation et une gastrite ultérieure.

  • Quels sont les symptômes d’une gastrite ?

Malgré le nombre de causes sous-jacentes de la gastrite, les différentes formes donnent lieu à des symptômes similaires, comme :

Maux d’estomac récurrents Nausées
Vomissements Douleurs abdominales
Indigestions Sensations de brulures d’estomac
Diminution de l’appétit Hoquet
Vomissement de sang Selles noires
  • La gastrite est-elle dangereuse ?

Par chance, la gastrite ne provoque pas de problèmes sur le long-terme chez la plupart des gens. Avec le bon traitement, les patients peuvent espérer retrouver leur santé. Cependant, des complications peuvent rendre ce trouble dangereux. Dans certains cas, la gastrite peut se développer en des troubles plus sérieux tels que des ulcères d’estomac et augmenter le risque de cancer de l’estomac.

Traitements actuels de la gastrite

Il y a plusieurs traitements disponibles pour les patients atteints de gastrite qui vont des médicaments destinés à réduire la production d’acide jusqu’au simple changement dans le mode de vie. Ci-dessous, nous explorerons plus en détail les principaux.

  • Médicaments

Les patients se voient souvent prescrire des médicaments contre la gastrite selon les causes de leur affection.

  • Antibiotiques : les antibiotiques tels que l’amoxicilline sont utilisés pour se débarrasser des infections H. pylori.
  • Inhibiteurs de la pompe à protons : ces médicaments agissent en bloquant les parties des cellules qui produisent l’acide.
  • Bloqueurs d’histamine : également connus sous le nom de bloqueurs d’acide, ces médicaments diminuent la quantité d’acide produite par l’estomac.
  • Antiacides : les antiacides sont prescrits pour neutraliser l’acide gastrique et aider à gérer les douleurs d’estomac.
Médicaments
  • Ajustements du mode de vie

En plus des médicaments, les médecins conseillent aussi à leurs patients plusieurs changements de mode de vie afin de réduire les symptômes de la gastrite :

  • Éviter les aliments à risque : certains aliments endommagent la paroi intestinale, c’est le cas des plats gras ou épicés et il vaut donc mieux les éviter
  • Consommer moins d’alcool : réduisez ou stoppez complément votre consommation d’alcool
  • Manger régulièrement : mangez de plus petits repas, mais plus fréquemment dans la journée
Ajustements du mode de vie

Cannabis et gastrite : y a-t-il un lien ?

Les patients disposent déjà d’un tas d’options, alors où le cannabis peut-il trouver sa place dans le cadre de la gastrite ? Malheureusement, nous n’en savons rien. Sans essais cliniques sur des cannabinoïdes isolés et des extraits à spectre complet dans des processus randomisés et contrôlés par placebo, il est impossible de donner une réponse définitive.

Cependant, les recherches en cours sur les cannabinoïdes et les intestins offrent des aperçus intéressants. De plus, les scientifiques ont fait des progrès dans la compréhension du rôle du système endocannabinoïde (SEC), principale cible des phytocannabinoïdes, dans l’intestin.

  • Le lien entre le système endocannabinoïde et la gastrite

Pour avoir une idée de ce que nous pouvons attendre des futures recherches sur le cannabis et la gastrite, il est utile de savoir une chose ou deux sur le SEC. Ce système aide à maintenir l’équilibre parmi tous les autres systèmes du corps, on appelle cet état l’homéostasie ou équilibre biologique. On constate que le SEC facilite cet état d’équilibre dans le système nerveux central, le système immunitaire, la peau, les os, le cœur, les tissus conjonctifs et le système digestif.

Ce vaste réseau de régulation comprend trois parties principales : les récepteurs, les molécules de signalisation (endocannabinoïdes) et les enzymes qui créent et décomposent les endocannabinoïdes. Il se trouve que les substances chimiques présentes dans le cannabis (et dans une pléthore d’autres plantes), appelées phytocannabinoïdes, ont une structure moléculaire similaire à celle des endocannabinoïdes fabriqués par notre organisme. Cela leur permet d’interagir avec les récepteurs du SEC et de donner lieu à des changements similaires dans les cellules cibles.

Les endocannabinoïdes jouent un rôle clé dans le système digestif, notamment dans la motilité intestinale[3], les interactions avec les microbes intestinaux, l’inflammation et la perméabilité intestinale. Les chercheurs explorent aussi[4] le rôle des récepteurs du SEC et ses enzymes en tant que cibles permettant de réduire le développement de lésions muqueuses, hémorragies et inflammations intestinales.

Alors, nous savons que le SEC joue un rôle dans la santé intestinale et dans l’inflammation, ce qui l’implique dans la gastrite. Mais quel effet, s’ils en ont, les cannabinoïdes ont-ils sur le SEC en ce qui concerne ce trouble ?

  • Le lien entre les cannabinoïdes et la gastrite

Comme nous l’avons mentionné, il n’y a pas encore eu d’essais ayant testé des formules de cannabinoïdes isolés ou non contre la gastrite chez l’humain. Cependant, un tas d’études testent ce composé chimique sur des modèles de symptômes de gastrites y compris les douleurs, inflammations et nausées. Jetons un œil à ce que dit la recherche sur le THC et le CBD : les deux principaux cannabinoïdes des cultivars modernes.

THC

Fumer des joints riches en THC ou manger des produits comestibles peut-il avoir un impact sur les symptômes de la gastrite ? C’est une question qui pour l’instant reste sans réponse. Mais les chercheurs savent que le système endocannabinoïde a une influence sur la signalisation de la douleur dans l’organisme. Des études en cours cherchent à découvrir si le THC a un effet significatif sur le SEC en ce qui concerne la transmission de la douleur. Certains patients atteints de gastrite souffrent également de nausées. Des essais testent le THC[5], accompagné du CBD, afin de déterminer son impact sur les vomissements et nausées provoquées par la chimiothérapie chez les humains.

CBD

Contrairement au THC, le CBD ne se lie pas aux récepteurs CB1 du SEC. Pour faire simple, cela signifie qu’il ne provoque pas le même high euphorique. En effet, le CBD a une faible affinité pour le récepteur majeur du SEC. Au lieu de cela, il réussit à inhiber les enzymes qui décomposent l’anandamide, l’un des principaux endocannabinoïdes du corps. Il est intéressant de noter que les chercheurs testent la capacité des inhibiteurs[6] de l’enzyme SEC dans des modèles de dommages gastro-intestinaux et d’inflammation provoqués par des médicaments anti-inflammatoires. De plus, de nombreuses études en cours inspectent le CBD sur des modèles d’inflammation, y compris dans le cadre du syndrome du côlon irritable[7].

Comment sont consommés les composés du cannabis?

Indépendamment de la relation exacte entre le cannabis et la gastrite, il est utile de connaître les différentes méthodes d’absorption du THC et du CBD afin de pouvoir prendre une décision d’achat en connaissance de cause, si vous choisissez de les consommer. Voici les méthodes les plus efficaces :

  • Inhalation : fumés ou vaporisés, les cannabinoïdes pénètrent rapidement le système sanguin, mais cette méthode s’accompagne aussi de dangers cardiorespiratoires.
  • Voie orale : les aliments et boissons infusées au cannabis sont une délicieuse manière de consommer du cannabis et du CBD, mais leurs effets mettent du temps à se faire ressentir et ils souffrent d’une mauvaise biodisponibilité. Cela dit, ces derniers traversent le système digestif et le foie avant d’attendre la circulation systémique ce qui pourrait être de bon augure pour certains consommateurs.
  • Voie sublinguale : cette méthode d’administration implique de placer des huiles ou extraits sous la langue. Ici, ces produits se diffuseront directement dans le système sanguin pour provoquer un déclenchement rapide de leurs effets.

Le cannabis provoque-t-il une gastrite ?

Les cannabinoïdes sont capables d’interagir avec les récepteurs du SEC au sein du système digestif. Mais cela augmente la possibilité que trop de cannabis, consommé trop fréquemment, puisse aussi perturber le délicat équilibre de ce réseau. Aucune preuve suffisante n’existe pour démontrer que le cannabis provoque la gastrite. Cependant, le cannabis peut provoquer le syndrome d’hyperémèse cannabinoïde chez les consommateurs chroniques, une affection caractérisée par des douleurs abdominales et des vomissements continus, mais les causes de ces troubles ne sont pas liées.

Légalité du cannabis et du CBD

Le statut légal du cannabis et du CBD varie grandement d’un pays à l’autre et même parfois au sein d’un seul et même pays. Bien que le cannabis soit illégal au niveau fédéral aux États-Unis, les citoyens de certains États peuvent acheter légalement du cannabis récréatif dans des dispensaires, conformément à la législation de l’État. La plupart des pays européens ont interdit le cannabis riche en THC, mais beaucoup d’entre eux autorisent la vente de produits au CBD tels que les huiles et les fleurs de chanvre faibles en THC.

Cannabis et gastrite : plus de preuves sont nécessaires

L’ensemble des recherches actuelles sur les effets du cannabis sur des modèles d’inflammation et de douleur donne quelques indications, mais des essais sur l’humain bien conçus sont indispensables pour déterminer si le cannabis offre quelque chose de valable. Bien que de telles recherches n’existent pas encore, la tendance à la légalisation du cannabis dans le monde entier contribuera à susciter des études plus complètes dans un avenir proche.

Sources Externes
  1. Autoimmune gastritis - PMC https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  2. Aspirin-induced gastritis and gastrointestinal bleeding - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  3. Endocannabinoids in the Gut - PMC https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  4. Role of Cannabinoids in Gastrointestinal Mucosal Defense and Inflammation - PMC https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  5. Oral cannabinoid-rich THC/CBD cannabis extract for secondary prevention of chemotherapy-induced nausea and vomiting: a study protocol for a pilot and definitive randomised double-blind placebo-controlled trial (CannabisCINV) | BMJ Open https://bmjopen.bmj.com
  6. Role of Cannabinoids in Gastrointestinal Mucosal Defense and Inflammation - PMC https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  7. Cannabidiol in Inflammatory Bowel Diseases: A Brief Overview https://onlinelibrary.wiley.com
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.