Les molécules du cannabis peuvent impacter presque tous les aspects de la physiologie humaine, les os y compris. Elles provoquent cet effet en interagissant avec un réseau présent dans le corps tout entier et appelé système endocannabinoïde (SEC). Bien que la recherche n’en soit encore qu’à ses prémisses dans ce domaine, des études cellulaires et animales nous offrent une idée du rôle que le cannabis pourrait avoir dans la santé osseuse. Ci-dessous, vous trouverez pourquoi il est si important d’avoir des os en bonne santé, comment maintenir sa santé osseuse et quels (s’il y en a) troubles osseux le cannabis pourrait aider à traiter dans le futur.

Pourquoi la santé osseuse est importante

Pour commencer, sans os, nous ne serions que des flaques de tissus répandues sur le sol. Cette idée séduit peut-être les plus détendus d’entre nous, mais nous ne serions vraiment pas capables de grand-chose dans cet état. Les os sont la structure de nos corps. Ils servent d’échafaudage sur lequel nos muscles squelettiques s’attachent et trouvent leur origine. La plupart des muscles croisent au moins une articulation et la contraction d’un muscle nous permet de déplacer nos articulations et initier un mouvement.

La structure et le mouvement sont évidemment capitaux à la survie d’un organisme. Sans ces caractéristiques, nous n’aurions pas pu faire grand-chose durant les 300 000 années que compte l’histoire de notre espèce. Mais les os sont bien plus qu’un simple échafaudage pour articulations. Ces organes rigides nous protègent, produisent des cellules cruciales et stockent des nutriments primordiaux. Les rôles les plus importants des os incluent :

Protection Accompagnés des muscles, les os font office d’armure naturelle. Ils protègent nos organes vitaux des traumas dus aux chocs. Imaginez-vous une seule seconde exposer vos poumons et votre cœur sans cage thoracique pour les protéger.
Réserve de minéraux Vous vous souvenez de toutes ces fois où votre mère vous forçait à finir votre lait ? Peut-être que vous trouviez ça désagréable, mais tout ce qu’elle faisait, c’était essayer de faire du bien à vos os ! Le squelette sert de réservoir à minéraux pour le corps et stocke 99 % du calcium du corps ainsi que 95 % du phosphore.
Production de cellules sanguines Les os sont durs à l’extérieur, mais contiennent un centre spongieux connu sous le nom de moelle épinière. C’est là que le corps produit les globules rouges primordiaux à l’acheminement de l’oxygène et les globules blancs nécessaires à l’immunité.

Qu’est-ce qui encourage la santé osseuse ?

La nutrition et le mouvement. C’est aussi simple que ça. Les aliments nous apportent des blocs de construction fondamentaux et le mouvement provoque un stimulus physique qui force le corps à remodeler constamment les os de manière favorable.

Les os sont un tissu dynamique qui contient de nombreux types de cellules. Les ostéoblastes ont pour but de produire de nouveaux os alors que les ostéoclastes se débarrassent des anciens tissus osseux. Une bonne nutrition et de l’exercice adapté maintiennent l’équilibre dans cette activité cellulaire. Cependant, le manque de mouvement vient exiger du corps une augmentation de l’activité ostéoclaste et une réduction de la densité osseuse. Cela peut provoquer des maladies telles que l’ostéoporose : un affinement de l’os qui peut augmenter le risque de facture.

Pour que le squelette reste sain et que les os restent denses, découvrez ces astuces :

  • Musculation : Le sport joue un rôle énorme dans la santé osseuse. À chaque fois que vous soulevez des poids, votre corps reçoit un signal lui indiquant qu’il doit maintenir et même augmenter la densité osseuse afin de gérer le stress physique que cela implique. Ce principe est connu sous le nom de loi de Wolff et déclare que les os s’adaptent au stress et aux demandes qui lui sont faites.
  • Consommer une quantité suffisante de protéines : de nombreuses personnes voient les os comme une masse de calcium solide. Cependant, le squelette contient près de 50 % de protéine, principalement sous la forme de collagène. Contrairement aux tissus conjonctifs et musculaires, les os trouvent leur densité au sein des minéraux intégrés à leur matrice. Des niveaux pauvres de protéine diététique peuvent diminuer l’absorption du calcium et affecter la formation osseuse.
  • Consommer des aliments riches en calcium : le calcium aide à renforcer les os et encourager leur rigidité. Parmi les aliments riches en calcium, on retrouve les graines, le fromage, les yaourts, le poisson, les légumineuses et les lentilles.
  • Obtenir un tas de vitamine D : la vitamine D joue un rôle dans la santé osseuse et aide le corps à absorber le calcium. Une exposition adéquate au soleil nous aide à synthétiser la vitamine D et des aliments tels que les champignons, les poissons gras et le fromage offrent de hauts niveaux de ce nutriment.

Cannabis et santé osseuse : qu’en dit la recherche ?

Les astuces ci-dessus peuvent aider la plupart des gens à conserver une bonne santé osseuse. Cependant, certaines personnes ne peuvent tout simplement pas faire d’exercice, accéder à des nutriments de qualité ou choisissent de ne pas le faire. Avec le temps, cela mène au développement d’un tas de troubles musculosquelettiques. Mais ces maladies ne sont pas exclusives aux populations sédentaires.

Les problèmes articulaires peuvent frapper les populations saines et athlétiques en raison de l’usure normale, des changements hormonaux et d’autres facteurs impliqués dans le vieillissement qui sont capables de modifier la densité osseuse et l’intégrité articulaire. Heureusement, les chercheurs explorent de nouvelles manières de maintenir une bonne santé osseuse lorsque certains troubles font surface. De nombreux scientifiques se tournent désormais vers le cannabis en tant que solution potentielle.

  • Le rôle du système endocannabinoïde dans la santé osseuse

Pour comprendre comment le cannabis affecte les os, nous devons d’abord brièvement nous intéresser au système endocannabinoïde (SEC). Ce réseau physiologique inclut des molécules de signalement (endocannabinoïdes), des récepteurs et des enzymes qui décomposent et produisent des endocannabinoïdes. Les récepteurs du SEC se trouvent sur différents types de cellules dans tout le corps, y compris dans les cellules immunitaires, la peau, les muscles et les os.

Le SEC joue un rôle régulateur au sein de nombreux et différents systèmes. Son objectif est le maintien de l’équilibre : on parle ici d’homéostasie. Par le biais de ce mécanisme, il aide à réguler l’humeur, l’appétit, le métabolisme et le remodelage osseux. La liste des récepteurs du SEC continue de s’agrandir alors que les chercheurs essaient de mieux comprendre ce système. Les trois principaux qui semblent importants pour la santé osseuse sont le récepteur cannabinoïde 1, le récepteur cannabinoïde 2 et le potentiel récepteur transitoire du vanilloïde de type 1 (TRPV1).

Les ostéoblastes et les ostéoclastes (cellules qui régulent la masse osseuse) expriment ces sites récepteurs importants. Il est intéressant de noter que des chercheurs ont découvert les cannabinoïdes avant de découvrir le SEC. Les récepteurs de ce système ont hérité de ce nom, car les cannabinoïdes s’y lient et modifient leur activité. Cela signifie que les composés du cannabis ont la capacité de se lier aux récepteurs qui impactent directement le remodelage osseux.

Mais tous les récepteurs de cannabinoïde ne font pas la promotion de la santé osseuse. En effet, le SEC a la capacité de booster comme de dégrader les os. Plus spécifiquement, l’activation du CB2 promeut l’activité ostéoblaste (les cellules qui créent de nouveaux os) alors que le CB1 et le TRPV1 promeuvent l’activité ostéoclaste (les cellules qui décomposent le tissu osseux).

La recherche explore le rôle des agonistes CB2 (molécules qui se lient à ce récepteur) dans la promotion du remodelage osseux. Plusieurs études ont également lié la pathophysiologie de certains os et articulations à des changements dans le SEC. Apprenez-en plus ci-dessous.

Le rôle du système endocannabinoïde dans la santé osseuse
  • Cannabis et ostéoporose

L’ostéoporose fait simplement référence à la réduction de la densité osseuse. Il y a plusieurs causes à ce trouble, y compris le vieillissement, le fait de fumer, certains médicaments, le manque d’exercice et les changements hormonaux faisant suite à la ménopause. Puisque le SEC aide à dicter le remodelage osseux, les chercheurs voient le système comme une cible thérapeutique de ce trouble.

Souvenez-vous, l’activation du récepteur C2 promeut une augmentation de la densité osseuse. Cela signifie que les cannabinoïdes qui ciblent spécifiquement ce récepteur pourraient aider contre ce trouble. Mais tout se complique lorsque l’on observe d’autres cannabinoïdes et leurs actions.

Nos deux endocannabinoïdes majeurs (anandamide et 2-AG) ciblent tous deux les récepteurs CB1 et CB2. Cependant, l’anandamide se lie aussi au TRPV1, le site associé à la réduction de la masse osseuse.

Le THC et le CBD ont souvent toute l’attention en ce qui concerne le cannabis médical. Le THC se lie aux CB1 et CB2, alors que le CBD se lie au TRPV1 tout en augmentant les niveaux d’anandamide au sein du corps. Toutes ces molécules produisent un effet nuancé qui aura des conséquences positives et négatives sur l’ostéoporose.

Cependant, d’autres cannabinoïdes pourraient agir de manière plus favorable. Le terpène-cannabinoïde béta-caryophyllène se lie directement au récepteur CB2, sans activer le CB1 ni le TRPV1. Pour cette raison, les chercheurs étudient actuellement sa capacité à promouvoir l’activité ostéoblaste[1] et la minéralisation osseuse.

Cannabis et ostéoporose
  • Cannabis et arthrite rhumatoïde

En tant que maladie auto-immune, la polyarthrite rhumatoïde s’en prend aux articulations, là où deux os se rencontrent. Les symptômes sont des gonflements, des rougeurs et une amplitude de mouvement réduite lorsque le système immunitaire se trompe en percevant les tissus corporels comme un intrus menaçant. Cet assaut constant endommage les parois articulaires et provoque à terme une érosion des articulations et leur difformité.

Les chercheurs explorent les récepteurs SEC en tant que cible thérapeutique à l’encontre de la polyarthrite rhumatoïde. Il se trouve que ce système omniprésent joue un rôle important dans des processus physiologiques menant à ce trouble et que des composants du SEC travaillent à réduire l’inflammation synoviale[2] et la destruction des cartilages.

Pour vraiment comprendre l’importance du SEC dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, il nous faut rapidement aborder les synoviocytes fibroblastiques (FLS). Ces cellules sont les principales responsables de cette condition. Considérées comme le « moteur » des dommages articulaires, elles produisent des protéines inflammatoires et exacerbent les dommages articulaires. Il faut noter que les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde comprennent des niveaux plus élevés d’expression CB2 et de cellules FLS.

Les chercheurs ont également découvert que l’activation mène à une réduction de la production de ces protéines ravageuses. Des études en cours explorent les cannabinoïdes qui ciblent ce site prometteur. Par exemple, des chercheurs d’Italie testent le béta-caryophyllène pour sa capacité à mitiger les dommages articulaires[3] par le biais des récepteurs C2 et PPAR (un autre ensemble supposé de récepteurs du SEC).

  • Cannabis et fractures

Puisque le SEC régule le remodelage osseux, il joue un rôle dans la guérison des fractures. Accélérer la guérison d’une fracture permet aux athlètes de se remettre en course plus rapidement et aux personnes âgées de se remettre plus vite d’une mauvaise chute.

Même si la recherche reste inconclusive, les chercheurs étudient désormais le CBD en tant que manière de soigner les fractures. Puisque ce cannabinoïde non psychotrope ne se lie pas au CB2 avec une grande affinité, le but est de déterminer s’il peut augmenter la guérison du collagène par des moyens différents. Les scientifiques explorent la manière dont le CBD pourrait stimuler l’expression des gènes et déclencher une cascade favorable à la formation de collagène.

Les différences entre le THC et le CBD pour la santé osseuse

Ce dont nous avons besoin, c’est d’essais de haute qualité menés sur l’humain afin de pouvoir faire une déclaration précise sur ce sujet. Mais pour l’instant, le CBD et le béta-caryophyllène semblent être deux des cannabinoïdes les plus prometteurs dans ce contexte. La recherche clame que le CBD seul pourrait être plus efficace dans la guérison des fractures[4] qu’un mélange de CBD et de THC.

Le futur du cannabis pour la promotion de la santé osseuse

Au point où nous en sommes, il semble que le cannabis jouera un rôle dans la santé osseuse dans le futur. Le rôle critique du SEC dans la maintenance osseuse et dans ses maladies fait des cannabinoïdes des candidats passionnant pour le ciblage de ce régulateur universel. Nous espérons que dans les années à venir, nous verrons des tests sur l’humain ayant pour but de déterminer les effets de différents composés du cannabis sur la densité et la santé osseuses.

Sources Externes
  1. β-Caryophyllene promotes osteoblastic mineralization, and suppresses osteoclastogenesis and adipogenesis in mouse bone marrow cultures in vitro https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  2. The endocannabinoid system and its therapeutic implications in rheumatoid arthritis - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  3. β-Caryophyllene Mitigates Collagen Antibody Induced Arthritis (CAIA) in Mice Through a Cross-Talk between CB2 and PPAR-γ Receptors https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  4. https://asbmr.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/jbmr.2513
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.