Ganja. Ce mot est omniprésent sur la scène mondiale du cannabis. Vous verrez ces cinq lettres placardées sur des sites Internet, des vitrines de magasins, des produits à fumer et des paquets de graines. L’utilisation occasionnelle de ce terme signifie qu’il est souvent assimilé à d’autres mots d’argot de fumeurs. Mais la ganja a des racines anciennes et une histoire fascinante. Découvrez les origines de ce mot et comment il est devenu si dominant dans la culture du cannabis.

Il existe de nombreux mots pour désigner la weed

Pensez-y une seconde : vous connaissez probablement plus de synonymes pour le cannabis que pour tout autre nom commun. Il existe des centaines d’appellations pour désigner la plante et les fleurs qu’elle produit. Si certains de ces noms ont des racines botaniques, beaucoup d’entre eux sont répertoriés comme argotiques. Le cannabis ayant une histoire controversée, les consommateurs ont souvent inventé des noms pour garder secret le sujet de leurs discussions. Bien entendu, lorsque ces mots ont gagné en popularité, ils ont dû en adopter d’autres par souci de discrétion. Voici quelques-uns des noms les plus utilisés pour désigner le cannabis :

Weed Ganja
Beuh  Têtes
Verte Herbe
MJ Charline




Mais l’un de ces mots n’est pas comme les autres. Les consommateurs de cannabis pensent souvent que le mot « ganja » est issu de l’argot jamaïcain. Bien que le terme ait une histoire sur l’île des Caraïbes, elle remonte à bien plus loin dans l’antiquité.

Inde : les racines de la ganja

Le cannabis a une longue et riche histoire en Inde. Bien que l’herbe soit probablement originaire de la Chine[1] actuelle, la plante a fini par atteindre les frontières de l’Inde où elle a joué un rôle important en tant qu’herbe holistique et sacrement religieux. L’utilisation de la plante remonte à 2 000 ans avant notre ère dans la région.

Divers textes anciens feraient référence au cannabis. Certains chercheurs présentent le cannabis comme candidat à la préparation rituelle enivrante appelée soma durant la période védique. Le Rigveda, écrit entre 1 700–1 100 avant notre ère, vénère cette concoction qui altère l’esprit. L’Atharvaveda, composé entre 1 500–1 000 avant notre ère, mentionne également une plante sacrée appelée « bhanga », utilisée pour soulager l’anxiété.

Ces références restent toutefois contestées. Les documents sont rédigés en sanskrit, l’une des langues les plus anciennes et les plus systématiques du monde. Ce système linguistique ancien est complexe ; par exemple, il comporte environ 70 synonymes pour l’eau et 100 noms pour les éléphants.

Le terme ganja trouve son origine dans cette langue sous la forme du mot « gañjā », qui désigne une préparation à base de cannabis. Le terme a également été repris en hindou, une langue indo-aryenne plus récente qui descend d’une forme ancienne du sanskrit védique. Le mot est extrêmement similaire en hindi : « gāñjā ».

Mais le mot se réfère uniquement à un certain produit dérivé des plants de cannabis. Gāñjā est le titre donné aux fleurs, tandis que « charas » fait référence à la résine et « bhang » aux graines et aux feuilles.

L’impact du sanskrit sur la terminologie du cannabis demeure à l’ère moderne. Non seulement nous utilisons toujours ces termes, mais les chercheurs se sont servis de cette langue ancienne pour nommer de nouvelles molécules liées au cannabis.

L’éminent chercheur Raphael Mechoulam a découvert le THC – le principal constituant psychoactif de la plante – en 1964. En 1992, dans le but de comprendre les effets du cannabis sur l’organisme, il a découvert un endocannabinoïde essentiel qu’il a nommé « anandamide ». Ce terme vient du sanskrit « ananda » qui se traduit par « félicité » ou « joie ». Il est intéressant de noter que les chercheurs pensent que cette molécule est à l’origine des sensations galvanisantes de « l’euphorie du coureur ».

Le mot « ganja » a en effet une histoire intéressante. Mais comment cet ancien terme sanskrit a-t-il pu devenir un élément clé du vocabulaire mondial du cannabis ? Cela regroupe une cruauté incroyable, la fusion de cultures et la naissance d’une nouvelle religion.

Inde : les racines de la ganja

Une flamme dans l’obscurité : la contribution de la ganja au Rastafari

Le mot « ganja » n’a pas atteint le monde occidental par le biais d’une sorte de mission ou de sensibilisation culturelle. Il est plutôt arrivé par les chaînes liées au colonialisme et à l’esclavage. En 1845, l’Empire britannique a commencé à envoyer des Indiens asservis vers les Caraïbes pour renforcer la main-d’œuvre des plantations de sucre. Plus de 40 000 d’entre eux sont arrivés en Jamaïque en provenance d’Inde au cours des décennies suivantes.

Les esclaves capturés ont beaucoup perdu pendant le voyage : famille, liberté et patrie. Mais ce voyage périlleux n’a pas réussi à leur faire perdre des éléments de leur culture. Certains de ces esclaves ont apporté avec eux un petit morceau de chez eux, dont la ganja.

Des esclaves venus d’ailleurs sont arrivés sur l’île des centaines d’années auparavant : les victimes de la traite atlantique, soit des esclaves africains qui ont été amenés en Jamaïque en 1513. En faisant venir des Indiens sur l’île, les Britanniques ont involontairement créé un melting-pot de cultures. Leur synergie allait affecter le monde, et tout ce qui concerne le cannabis, pour toujours.

Les missionnaires chrétiens ont répandu l’Évangile en Jamaïque et les membres de l’importante population africaine qui s’y trouvait ont donné à ce pays leur propre culture. Cette fusion de la religion et de la culture a donné naissance au rastafari, une religion fondée sur la Bible. Les rastas ont toutefois des opinions opposées à celles de nombreuses sectes du christianisme. Ils croient que le paradis est sur Terre, que l’esprit de Dieu se manifeste sous la forme de l’empereur Haile Selassie I et ils accordent une grande importance à la signification spirituelle de la ganja.

La traite des esclaves a laissé une empreinte sombre sur l’humanité. Mais il y a des côtés positifs en toute chose. Bien que définie par d’horribles actes de malveillance, une lumière a brillé pendant cette période. Le métissage des cultures a donné naissance à un nouveau système de croyances, fondé sur l’espoir, la nature et la paix.

Globalement, un mélange de christianisme, de culture africaine et des racines indiennes de la ganja a donné naissance à la religion rastafari. Il est intéressant de noter que les saints hommes du rastafari et de l’hindouisme ont quelques points communs. Par exemple, les rastas et les sadhus portent tous deux des dreadlocks et fument de la ganja en utilisant des instruments simples comme des chillums et des calices.

Utilisation moderne de la « ganja »

Des figures de proue culturelles comme Bob Marley ont popularisé le rastafari et la ganja par le biais de la musique reggae et leur reconnaissance a rapidement augmenté dans la culture occidentale. À ce jour, le mot ganja est largement associé à la culture jamaïcaine. Bien que l’origine du mot intéresse peu, le terme lui-même apparaît presque partout sur la scène occidentale du cannabis, des dispensaires et des banques de graines à la musique et aux films. Il n’y a, bien sûr, rien de mal à cela, tant que nous respectons l’histoire de ce terme désormais omniprésent.

Sources Externes
  1. Large-scale whole-genome resequencing unravels the domestication history of Cannabis sativa | Science Advances https://advances.sciencemag.org
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.