Depuis combien de temps consommez-vous de la weed ? Si vous êtes relativement nouveau dans le monde du cannabis, voir des dispensaires, des cartes médicales de prescription de cannabis et des cultivateurs autorisés à vanter les merveilles de leurs récoltes sur les réseaux sociaux doit être une chose assez commune pour vous.

Si vous fumez du cannabis depuis une quinzaine d’années ou plus, ces récentes avancées sont sûrement beaucoup plus impressionnantes et pleines de sens. Vous avez vu de vos propres yeux la révolution du cannabis se faire petit à petit.

Nous sommes passés d’une prohibition mondiale à des réformes libérales formidables en moins d’une décennie. De nombreux pays ont désormais un marché légal du cannabis et certains ont même des revendeurs récréatifs et autorisent leurs citoyens à cultiver leur propre weed à domicile.

Bien-sûr, on a encore beaucoup de chemin à faire pour que tout le monde puisse en profiter légalement. L’opportunité de pouvoir consommer l’herbe de façon récréative sans craindre la moindre poursuite judiciaire a excité des millions de personnes dans le monde entier. Mais le cannabis offre bien plus qu’une simple expérience psychotrope.

Étant probablement l’une des plantes les plus versatiles sur Terre, une légalisation compréhensive du cannabis engendrerait beaucoup de bonnes choses. L’herbe a le potentiel de transformer la médecine, aider l’environnement à se réparer, réduire la criminalité et la dépendance et propulser l’économie vers de nouveaux cieux.

Bien sûr, une révolution du cannabis apporterait encore plus de choses que de simples bienfaits, mais la liste ci-dessous met en lumière les façons les plus importantes dont la légalisation pourrait aider le monde et ses habitants.

1. Progrès dans le cannabis médical

Les humains utilisent le cannabis de façon holistique depuis des milliers d’années. Les médecins de la Chine antique utilisaient cette herbe et l’appelaient « má », comme ceux de l’Inde de la même époque.

Ce n’est pas un hasard si le cannabis apparaît à travers toutes sortes de documents historiques liés à la médecine. Alors que les anciens avaient sûrement attribué les prouesses de soin du cannabis à ses qualités spirituelles et magiques, les scientifiques d’aujourd’hui ont découvert la raison précise expliquant l’efficacité du plant.

Des pionniers du monde cannabique comme Raphael Mechoulam (l’homme qui a isolé le THC), ont travaillé des décennies entières pour rassembler les pièces du puzzle biologique. Au bout d’un certain temps, ils ont découvert tout un réseau de récepteurs et de molécules de signalisation qu’ils ont surnommés le système endocannabinoïde.

Au départ, ils ont constaté que les substances phytochimiques du cannabis, comme le THC, produisaient leurs effets en interagissant avec ce système. Mais il s’avère que le système ECS remplit des fonctions bien plus importantes que la simple facilitation de l’euphorie. Ce réseau à l’échelle du corps régit de nombreux processus physiologiques essentiels.

Progrès dans le cannabis médical

Connu sous le nom de régulateur universel[1], le SEC contribue à maintenir l’organisme dans un état d’équilibre, ou d’homéostasie. Ce mécanisme vital peut aider à expliquer pourquoi la recherche continue de découvrir le potentiel du cannabis dans de nombreux problèmes de santé[2].

Malheureusement, des années de prohibition signifient que nous avons des décennies de retard par rapport à où nous devrions être en termes de recherche sur le SEC. Cependant, suite à plusieurs « révolutions cannabiques » dans le monde, davantage de scientifiques sont libres d’explorer ce domaine. Certains universitaires considèrent actuellement le SEC comme étant plus qu’une simple cible thérapeutique pour le traitement des maladies ; ils le voient comme un système qui a besoin d’être entretenu et alimenté.

Les personnes soucieuses de leur santé tiennent compte de tous leurs rouages physiques lorsqu’elles font des décisions sur leur mode de vie. Elles courent pour garder leur système cardiovasculaire en bonne santé, prennent des probiotiques pour garder leur système digestif sous contrôle et consomment toute une gamme de compléments pour assurer le fonctionnement optimal de leur système immunitaire.

À l’avenir, alors que la légalisation du cannabis continue de gagner du terrain, nous adopterons probablement une approche similaire pour le SEC. Le cannabis contient plus de 100 cannabinoïdes qui interagissent avec ce système de différentes manières, et la plupart d’entre eux sont non psychotropes. Au fur et à mesure que la recherche se poursuit et que les scientifiques découvrent les bienfaits des membres moins connus de cette grande famille chimique, de nombreux autres cannabinoïdes sont en passe d’acquérir un statut similaire à celui du CBD.

Des articles ont également exploré la manière dont les aliments, l’exercice et d’autres variables peuvent nous aider à alimenter le SEC[3]. Ces approches du mode de vie sont sur le point de devenir de plus en plus populaires à mesure de la progression de la révolution cannabique.

2. Ressources renouvelables et bioremédiation

L’Homme cultive industriellement le cannabis depuis des milliers d’années pour créer des produits tels que le papier, la corde et des aliments. Pour clarifier les choses dès le départ, le cannabis et le chanvre sont de la même espèce.

Le terme « chanvre » fait généralement référence à des plantes à faible teneur en THC utilisées principalement pour leurs fibres et leurs graines, tandis que le terme « cannabis » fait généralement référence à des plants à plus forte teneur en THC. Cependant, de nombreuses variétés de cannabis contiennent également des niveaux élevés de CBD et très peu de THC.

En Europe, la plupart des pays définissent les plants de chanvre comme contenant moins de 0,2 % de THC. De nombreuses nations à travers le monde autorisent les agriculteurs à cultiver du chanvre, mais interdisent la culture du cannabis. Par exemple, le Royaume-Uni est sérieusement à la traîne en matière de lois sur le cannabis. Le gouvernement autorise les agriculteurs à cultiver du chanvre, mais uniquement pour les fibres et les graines ; ils sont obligés de détruire les fleurs et les feuilles. La Chine et la Russie cultivent également des quantités massives de chanvre, tout en interdisant le cannabis.

Cependant, nous devrions quand même nous réjouir de la popularisation de l’industrie du chanvre à travers les pays. Cette plante polyvalente offre un moyen de produire des formes plus durables de papier, de corde, de carburant et d’autres ressources importantes.

Ressources renouvelables et bioremédiation

  • Bénéfique pour la planète

Cultiver du chanvre sous-entend moins de pesticides. La plante présente une résistance impressionnante à de nombreux insectes que les agriculteurs arrosent généralement de produits chimiques. Ces substances tuent également les insectes bénéfiques et les pollinisateurs avant d’atterrir dans l’eau et l’écosystème environnant.

  • Graines de chanvre

De nombreux agriculteurs cultivent le chanvre pour ses graines. Celles-ci ont un goût agréable de noix et sont pleines de nutriments[4], dont notamment :

Acides gras Protéines
Acides aminés Vitamine E
Minéraux, dont le potassium, le fer et le zinc
  • Bioremédiation

Le chanvre peut même aider à nettoyer les sols de mauvaise qualité. Les mauvaises pratiques agricoles et la pollution ont laissé des zones de terres agricoles et des régions sauvages dans un mauvais état, mais le chanvre peut nous aider à résoudre ces problèmes. La plante a la capacité d’assainir les terres en éliminant les métaux lourds tels que le plomb, le cadmium et le nickel des sols contaminés par les fusions nucléaires et les fuites d’eaux usées.

  • Produits écologiques

Les fabricants peuvent utiliser le chanvre pour fabriquer 25 000 produits différents. Comme le chanvre nécessite moins de produits chimiques dangereux pour sa culture et qu’il contribue à la régénération des sols, il surpasse les autres plantes industrielles en termes d’impact environnemental. Voici quelques-uns de ces produits à base de chanvre :

Vêtements Matériaux de construction
Composites plastiques Produits de soins corporels
Papier Corde
Biocarburant

3. Réduction des crimes violents et de la consommation d’opioïdes

On est quasiment sûr que vous avez déjà entendu quelqu’un prononcer cette phrase lors d’une session entre amis : « Si tout le monde fumait de la weed, le monde serait bien meilleur ». Vous avez probablement aussi entendu un de vos copains faire remarquer que les gens ivres semblent se battre tout le temps, alors que les gens qui fument de l’herbe veulent juste se détendre.

Bien qu’idéalistes, ces pensées ne sont pas loin de la vérité. Certaines données suggèrent que la réforme du cannabis a pour avantage de réduire les crimes violents.

Un article publié dans le Journal of Economic Behaviour & Organization a étudié la baisse de la criminalité après la légalisation du cannabis[5] récréatif à Washington en 2012 et dans l’Oregon en 2014. Dans l’ensemble, ils ont constaté que cette politique a entraîné une réduction significative des viols, des crimes contre la propriété et de la consommation d’alcool et de drogues dures.

Les auteurs de l’article ont proposé quatre mécanismes principaux responsables du changement :

  • L’effet psychotrope rapide du cannabis
  • Les personnes consommant du cannabis plutôt que des substances incitant à la violence
  • La réaffectation du temps et des ressources de la police aux infractions liées au cannabis
  • La réduction du marché noir du cannabis

Outre l’impact sur le taux de criminalité, la légalisation du cannabis a également entraîné une réduction des décès par overdose liés aux drogues dures. Des recherches sont en cours pour déterminer si le cannabis peut aider à réduire la consommation d’opioïdes[6] chez les adultes souffrant de douleurs chroniques.

Il est intéressant de noter que l’accès au cannabis légal semble réduire les décès liés aux opioïdes[7]. Un article publié dans le British Medical Journal a constaté une diminution des taux de mortalité liés aux opioïdes parallèlement à l’augmentation du nombre de dispensaires de cannabis médical et récréatif.

Les auteurs de l’article ont constaté qu’une augmentation de un à deux points de vente de cannabis dans une région avait tendance à entraîner une diminution estimée à 17 % des décès liés aux opioïdes.

4. Impact économique

Le cannabis est un gros business, ce serait mentir que de croire l’inverse. Un rapport d’Euronews a affirmé que les Européens ont dépensé au moins 11,6 milliards d’euros en cannabis rien qu’en 2017. Alors que le cannabis reste illégal, les pays passent à côté d’énormes quantités d’échanges imposables.

Cependant, certains pays et États ont pris conscience des avantages économiques du cannabis et ont agi selon cette logique. Le Colorado constitue une étude de cas fantastique pour le boom économique qui suit la légalisation du cannabis. L’État a généré plus de 135 millions de dollars en taxes et redevances sur le cannabis en 2015. Naturellement, la disponibilité du cannabis légal a entraîné un nombre record de touristes visitant l’État la même année. La révolution cannabique locale a également entraîné une augmentation des emplois dans l’État, des cultivateurs et des budtenders (serveurs) aux équipes de sécurité, en passant par les comptables et les ouvriers du bâtiment.

En dehors du Colorado, le cannabis légal continue de profiter aux États-Unis dans leur ensemble. Un rapport de 2019 a révélé que l’industrie du cannabis employait directement 211 000 travailleurs à temps plein.

Impact économique

5. Recherche et développement

Nous commençons tout juste à développer une solide compréhension du plant de cannabis et de son fonctionnement dans le corps humain. La légalisation a permis aux scientifiques d’étudier les effets physiologiques du cannabis et aux sélectionneurs de développer de nouveaux profils de cannabinoïdes et de terpènes.

Une compréhension approfondie du plant de cannabis reste l’un des principaux avantages de sa légalisation. Tout développement dans le domaine de la recherche se répercute sur les autres facettes du monde cannabique mentionnées ci-dessus. Ces avancées stimulent une approche plus informée du cannabis médicale et des applications du chanvre, ce qui se traduit par la production de plus de produits, d’emplois et d’un marché florissant.

Vous trouverez ci-dessous certains des développements réalisés dans la recherche sur le cannabis qui ouvrent la voie à une communauté cannabique plus éduquée dans son ensemble.

  • Fini les variétés ?

La terminologie du cannabis a radicalement changé au cours des dernières décennies, et même au cours des deux dernières années. Bien sûr, il faut un certain temps pour que les résultats des recherches soient diffusés dans le grand public, mais vous pouvez vous attendre à voir ces changements apparaître très bientôt.

Un exemple est la dissolution de l’appellation binaire des variétés par indica-sativa. Pendant longtemps, l’indica et le sativa ont été utilisés pour catégoriser les variétés en fonction de leurs effets. Cependant, le Dr Ethan Russo, chercheur respecté dans le domaine du cannabis et neurologue, a qualifié le terme « variété » « d’absurde » et a déclaré qu’il devrait être réservé aux bactéries et aux virus.

Le terme « cultivar » caractérise plus précisément les types de cannabis. Mais même ce mot a ses limites lorsqu’il s’agit de décrire les effets d’une variété. En réalité, les niveaux de terpènes et de cannabinoïdes peuvent varier au sein d’une même variété en fonction de facteurs environnementaux.

Si les termes vagues peuvent convenir au marketing et à l’usage récréatif, les chercheurs désirent un nouveau système de classification du cannabis. Selon eux, le terme « chemovar » (variété chimique) aidera les utilisateurs à identifier et à acheter le produit souhaité.

En considérant le cannabis sous l’angle du chemovar, les dispensaires pourraient se passer complètement des types de variétés. En fait, la commercialisation de chemovars basés sur leurs composants chimiques aidera les patients et les consommateurs récréatifs à trouver le produit parfait pour leurs besoins spécifiques.

Nouveaux cannabinoïdes, terpènes et effet entourage

  • Nouveaux cannabinoïdes, terpènes et effet entourage

La révolution de la légalisation du cannabis nous aidera à exploiter véritablement le potentiel phytochimique du plant. Nous savons que les têtes de weed contiennent plus de 100 cannabinoïdes et 200 terpènes, ainsi que de nombreux autres constituants peu connus. Les chercheurs ont à peine effleuré la surface de la pharmacologie du cannabis.

Des cannabinoïdes comme le CBG, le CBC, le CBN et bien d’autres sont prometteurs dans les premières recherches. Ces dernières années, nous avons également assisté à un grand changement d’orientation vers les terpènes. Alors que les cannabinoïdes tels que le THC et le CBD produisent les principaux effets de la weed, les chercheurs ont découvert que les terpènes jouent aussi un rôle fondamental dans les effets globaux.

Le Dr Russo a également contribué à populariser l’idée de « l’effet entourage[8] ». Ce terme décrit l’effet synergique entre les cannabinoïdes et les terpènes. Le cannabis légal a créé un terrain de jeu qui permet aux consommateurs de mélanger, d’associer et d’expérimenter ces composés pour obtenir les meilleurs résultats.

  • Génétique sur mesure

Plus nous comprenons les composés phytochimiques du cannabis et la physiologie du système endocannabinoïde, plus nous sommes en mesure d’adapter les produits aux besoins du consommateur. Par exemple, les chercheurs ont déjà créé des variétés qui expriment 100 % de leur profil cannabinoïde sous forme de CBG, un cannabinoïde non psychotrope.

En exploitant ces progrès dans la sélection du cannabis, les chercheurs pensent que les patients pourront avoir à disposition des variétés de cannabis sélectionnées sur mesure avec des niveaux spécifiques de cannabinoïdes, de terpènes et d’autres substances phytochimiques pour améliorer leur situation. Bien entendu, cette approche novatrice de la sélection s’appliquera certainement aussi au monde du cannabis récréatif.

La légalisation du cannabis a le potentiel d’apporter des changements positifs dans de nombreux aspects de la vie. Et avec les pays du monde entier qui relâchent enfin les restrictions sur ce plant, il n’a jamais été aussi fascinant de voir les avancées en cours.

Sources Externes
  1. The Endocannabinoid System, Our Universal Regulator https://www.jyi.org
  2. Modulating the endocannabinoid system in human health and disease https://febs.onlinelibrary.wiley.com
  3. Care and feeding of the endocannabinoid system: a systematic review of potential clinical interventions that upregulate the endocannabinoid system - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  4. 6 Evidence-Based Health Benefits of Hemp Seeds https://www.healthline.com
  5. Crime and the legalization of recreational marijuana - ScienceDirect https://www.sciencedirect.com
  6. Medical Marijuana and Opioids (MEMO) Study https://bmjopen.bmj.com
  7. Association between county level cannabis dispensary counts and opioid related mortality rates in the United States https://www.bmj.com
  8. Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects https://www.ncbi.nlm.nih.gov
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.