Chaque culture a ses tabous ; l’adoption de certains comportements s’accompagne d’un certain degré de honte. Si certaines actions sont intrinsèquement immorales et méritent d’être stigmatisées, d’autres sont considérées comme négatives par le biais de l’ingénierie sociale. Le cannabis est un exemple parfait de ce dernier point. Les humains ont cultivé cette plante pendant des milliers d’années pour construire, nourrir et guérir. Bien que la prohibition se soit manifestée à plusieurs reprises au cours des derniers siècles, les efforts déployés pour railler le cannabis dans les années 1900 ont toujours un impact sur la façon dont la plupart des sociétés considèrent cette plante aujourd’hui.

Vous découvrirez ci-dessous pourquoi tant de stigmates rémanents s’accrochent au cannabis. Une fois que nous aurons fait la lumière sur cette question, nous vous montrerons comment cette honte a encore un impact sur l’industrie. Mais les choses changent pour le mieux ; des transformations positives au sein du marché du cannabis, en particulier dans la culture du cannabis, sont susceptibles de renverser la stigmatisation rampante et de la transformer en respect.

Pourquoi le cannabis est-il si stigmatisé ?

En un mot : propagande. Il y a deux façons de regarder la réalité. La première implique l’objectivité. Lorsque nous utilisons la méthode scientifique et faisons de notre mieux pour écarter les préjugés, nous obtenons souvent des résultats reproductibles et cohérents qui donnent une image solide de la vérité. La deuxième voie implique l’idéologie. Lorsque nous abandonnons l’objectivité et que nous regardons à travers le prisme de la partialité, nous déformons la réalité en faveur de nos propres désirs, objectifs et résultats escomptés.

Quel est le rapport avec le cannabis ? Un simple coup d’œil à l’histoire du cannabis au cours du 20ᵉ siècle révèle des affirmations obscènes, des personnages malveillants et des actes criminels alimentés par des préjugés et des menaces plutôt que par l’objectivité et la vérité.

Le cannabis a figuré dans la pharmacopée des États-Unis de 1850 à 1942. Bien avant cela, de nombreuses cultures utilisaient cette plante pour des raisons holistiques, de la Chine et du Japon au Moyen-Orient.

Que s’est-il donc passé ? Pourquoi l’un de nos plus anciens alliés botaniques a-t-il soudainement été abandonné ? Aux États-Unis, les propagandistes qui soutenaient la criminalisation du cannabis ont lancé une campagne de journalisme sensationnel basée sur le mensonge et le racisme. Les sentiments anti-cannabis ont commencé à se développer dans les années 1930, atteignant un pic après la sortie de Reefer Madness en 1936, un film qui associe la consommation de cannabis à des hallucinations, des tentatives de viol et des meurtres.

Ce succès fictif a fait son effet et les autorités ont adopté le Marihuana Tax Act en 1937, permettant le contrôle et la taxation de toutes les ventes de cannabis. Harry Anslinger, l’homme à l’origine de cette législation, a continué à salir l’image publique du cannabis. Anslinger a alimenté les mensonges racistes et a fait courir le bruit que le cannabis provoquait une violence démoniaque, en particulier dans les communautés noires et hispaniques.

Au cours des décennies suivantes, un langage militarisé a commencé à s’immiscer dans le débat. Le président Nixon a lancé la guerre contre les drogues avec le Controlled Substances Act de 1970. Cette loi a fait du cannabis l’ennemi public numéro un et l’a placé dans la catégorie des substances de l’annexe 1, aux côtés de l’héroïne et de la cocaïne.

Pourquoi le cannabis est-il si stigmatisé ?
Font: Wnyc (www.wnyc.org)

L’impact mondial de la prohibition du cannabis

Évidemment, la prohibition du cannabis a eu une portée mondiale. Alors que certains pointent du doigt une conspiration magistralement orchestrée, il est plus probable que cela se résume à quelque chose d’inhérent à la nature humaine. Il ne fait aucun doute que ceux qui ont un intérêt direct et une forte présence de lobbying ont joué un rôle important dans la prohibition, mais la plupart des préjugés proviennent de personnes qui jugent quelque chose qu’elles ne connaissent pas.

En l’absence de données scientifiques permettant d’expliquer l’effet d’euphorie du cannabis, les différentes cultures ont donné leur propre interprétation. Les Védas hindous affirment qu’un ange gardien vit dans les feuilles, tandis que les prohibitionnistes associent souvent le changement de conscience à de la folie.

Bien qu’une grande partie de la peur exagérée derrière le cannabis se soit dissipée, le cannabis reste injustement criminalisé dans la plupart des pays, et la stigmatisation qui l’entoure existe toujours, même dans les nations où le marché du cannabis est légal.

Les utilisateurs de cannabis médical en font également les frais

Heureusement, nous constatons quelques progrès, plusieurs pays ayant légalisé le cannabis dans une certaine mesure. Mais cela reste encore compliqué. Les zones d’ombre juridiques rendent les choses confuses, et la stigmatisation résiduelle fait que les utilisateurs de cannabis médical sont laissés sans conseils concrets.

Aux États-Unis, 36 États au total ont approuvé des programmes de cannabis médical, mais la plante reste une drogue de l’annexe 1 au niveau fédéral. Cette classification incohérente inquiète certains employeurs et signifie que les utilisateurs de cannabis médical risquent de perdre leur emploi ou d’être renvoyés avant la fin d’un entretien. Des signalements en Pennsylvanie[1] montrent que des vétérans souffrant de SSPT et de problèmes de dos ont manqué des opportunités d’emploi parce qu’ils avaient été honnêtes avec des employeurs potentiels au sujet de leur consommation de cannabis médical.

Une fois encore, nous constatons un conflit entre une solide objectivité et un parti pris irrationnel. Aux États-Unis, la Drug Enforcement Agency (DEA) classe le cannabis parmi les substances de l’annexe 1, au motif qu’il présente un fort potentiel d’abus et qu’il n’a aucune valeur thérapeutique actuellement reconnue. De nombreuses recherches en dressent un tableau différent. L’alcool et le tabac sont également en vente libre et remplissent pourtant aisément les critères de l’annexe 1.

Même dans les régions où la consommation de cannabis est légale, les utilisateurs de cannabis médical souffrent encore du contrecoup de la prohibition qui a sévi pendant plusieurs décennies. Mais cette stigmatisation n’affecte pas seulement les individus — elle a des répercussions sur l’ensemble du marché professionnel du cannabis.

Les utilisateurs de cannabis médical en font également les frais

Stigmatisation du cannabis : comment elle affecte le marché professionnel

Comment la stigmatisation du cannabis affecte-t-elle exactement le marché actuel ? Tout d’abord, elle l’empêche même d’exister dans de nombreux pays, à l’exception du marché noir qui connaît un grand succès. D’innombrables États mettent un frein à leur propre croissance économique en maintenant l’interdiction du cannabis.

Pendant ce temps, l’État du Colorado montre ce qui se passe lorsque les législateurs font tomber ces murs. Au cours des six dernières années, cet État a perçu plus de 1,6 milliard de dollars en taxes et redevances sur le cannabis. Non seulement des pays comme la France perdent beaucoup d’argent, mais ils empêchent la création de milliers d’entreprises et l’accélération essentielle de la recherche et du développement.

Mais les entreprises qui opèrent dans un cadre légal subissent également les conséquences de la stigmatisation du cannabis. PayPal domine le commerce et compte actuellement 403 millions de comptes actifs et 29 millions de marchands. Toutefois, PayPal a placé le cannabis sur sa « liste d’articles limités », ce qui signifie que les entreprises vendant tout ce qui est lié au cannabis, y compris la verrerie et les produits au CBD, sont interdits.

Nous avons connu notre part de discrimination chez Royal Queen Seeds. Notre entreprise a obtenu des dizaines de milliers d’avis cinq étoiles sur Trustpilot jusqu’à ce que le site d’évaluation des consommateurs nous mette à la porte en raison de la nature de notre activité axée sur le cannabis.

La professionnalisation de la culture du cannabis

On pourrait penser que le cannabis est à bout de souffle à ce stade. C’est tout le contraire. Il y a beaucoup d’esprits novateurs dans le monde du cannabis ; à bien des égards, la prohibition a forcé les cultivateurs et les sélectionneurs à trouver des solutions ingénieuses à des difficultés draconiennes.

Des greniers jusqu’aux serres

La professionnalisation de la culture du cannabis continue de changer le visage du cannabis. Nombreux sont ceux qui associent les installations de cannabis à celles que l’on voit dans les séries policières et dans les journaux. Ces installations se présentent généralement sous la forme de greniers tapissés de papier d’aluminium et de sous-sols équipés de lampes de mauvaise qualité et de ventilateurs d’extraction. Les gens se sont tellement habitués à ce spectacle qu’il est synonyme de criminalité.

Mais la légalisation dans certains pays a permis aux entrepreneurs et aux innovateurs d’utiliser les dernières techniques horticoles au profit des consommateurs et du secteur dans son ensemble. Les grandes serres équipées de systèmes d’irrigation automatisés et de contrôle de l’atmosphère effacent « l’apparence criminelle » et présentent le cannabis comme une culture commerciale raisonnable, digne d’une étude scientifique ou d’un investissement sérieux.

En vérité, les cultivateurs et les sélectionneurs qui ont travaillé — et continuent de travailler — pendant la prohibition ont préparé le terrain pour ce progrès. Ils sont à l’origine d’une grande partie des génétiques prisées disponibles aujourd’hui, sans parler des méthodes de contrôle biologique et d’engraissage dont nous disposons.

Des greniers jusqu’aux serres

Une nouvelle ère technologique dans la culture du cannabis

Aujourd’hui, nous sommes témoins du fruit de leur travail. Les installations agricoles verticales et les cultures hydroponiques massives de cannabis utilisent cette génétique et ces techniques pour repousser les limites. De nombreuses entreprises de cannabis de premier plan engagent des botanistes professionnels, des sélectionneurs qualifiés et des experts en culture pour optimiser la production et elles s’aventurent même dans le domaine futuriste de l’intelligence artificielle pour faire fonctionner des systèmes complexes de culture du cannabis.

Les producteurs de cannabis à grande échelle suivent également de près les dernières données acquises par les chercheurs sur le cannabis. Au fur et à mesure que de nouvelles découvertes concernant les cannabinoïdes, les terpènes et d’autres composants deviennent disponibles, les cultivateurs et les sélectionneurs continuent de développer des cultivars qui offrent des taux plus élevés de nouveaux composés.

Bien que les grandes serres et les systèmes automatisés soient impressionnants, un autre secteur de l’industrie créé une niche avec des produits locaux, bios et durables. Des centaines de cultivateurs professionnels de cannabis aux États-Unis produisent tous les apports nécessaires pour créer des sols vivants et sains avec un impact minimal sur l’environnement.

Mais les installations professionnelles ne sont pas les seules à bénéficier des nouvelles technologies, car les cultivateurs amateurs de cannabis sont également en mesure de produire un approvisionnement sans utiliser de produits chimiques nocifs ou de systèmes d’éclairage trop chauds. Au contraire, grâce à l’amélioration des technologies de culture du cannabis et de l’éclairage, les particuliers peuvent désormais cultiver en intérieur à l’aide de systèmes LED sécurisés et de nutriments organiques pour assurer la réussite de la récolte de leurs plantes !

Tous ces efforts remarquables remplacent lentement mais sûrement la stigmatisation du cannabis par le respect, la révérence et la fascination. Même les opposants les plus sceptiques ne peuvent s’empêcher d’être intéressés lorsqu’ils entendent parler des avantages économiques et des incroyables possibilités d’investissement.

Le potentiel de la culture du chanvre

Qui ne respecte pas les agriculteurs ? La société a une image positive de cette profession. Après tout, c’est grâce à eux que nous avons de la nourriture à manger tous les soirs. Vous avez probablement l’habitude de voir des champs remplis de maïs, de blé et d’orge. Mais de nombreux agriculteurs se lancent dans la culture du cannabis.

Les variétés hautes et fibreuses à faible teneur en THC (connues sous le nom de chanvre) constituent une option intéressante pour les propriétaires d’exploitations agricoles. Les graines sont une source de nourriture nutritive, les fibres sont un superbe matériau pour la fabrication de cordes, de papier et d’autres matériaux, et la fleur riche en CBD est qui plus est un produit précieux. La Farm Bill de 2018[2] aux États-Unis a autorisé la culture du chanvre à grande échelle et n’a imposé aucune restriction à la vente, au transport ou à la possession de produits dérivés du chanvre.

De nombreux pays d’Europe tirent également de gros profits de la culture du chanvre. Mais le chanvre n’enthousiasme pas seulement les personnes tournées vers l’économie. La plante s’inscrit aussi parfaitement dans les efforts pour notre planète et sert d’espoir à ceux qui sont sensibles à la durabilité. Le chanvre permet de fabriquer des produits plus durables que ceux dérivés du coton, sa culture demande moins de produits chimiques et il contribue à éliminer les polluants du sol par bioremédiation.

La professionnalisation dans le milieu du cannabis est-elle en train de changer de paradigme ?

Bien sûr, le cannabis a connu un siècle difficile. Mais les choses changent pour le meilleur. Des installations de culture impressionnantes, des développements innovants, une recherche de plus en plus détaillée et une transformation économique sont en train de changer le visage du cannabis et la façon dont les individus et les gouvernements considèrent le cannabis dans son ensemble. Nous avons parcouru un long chemin et la prochaine décennie devrait, espérons-le, faire disparaître les derniers stigmates qui pèsent encore sur l’herbe.

Et grâce aux développements réalisés par les pionniers de l’industrie du cannabis, les amateurs peuvent désormais produire du cannabis cultivé chez eux, bien au-delà de ce qui était réalisable il y a quelques décennies. À mesure que l’industrie se professionnalise et se développe, la qualité et l’efficacité des installations maisons ne peuvent que s’améliorer. Quelle chance !

Sources Externes
  1. Pain or a paycheck: how medical marijuana can impact employment in Pennsylvania https://www.abc27.com
  2. The Farm Bill, hemp legalization and the status of CBD: An explainer https://www.brookings.edu
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.