Les Mix Packs de graines RQS sont là – Plus ici

By Marguerite Arnold


Le cannabis, comme les autres plantes, existe soit sous forme de pure race, soit sous forme d’un mélange hybride de variétés. Avec la professionnalisation du secteur, les variétés pures et les hybrides existants sont continuellement mélangés et remélangés. Ces nouvelles plantes sont connues sous le nom d’hybrides.

Les hybrides, créés par la main de l’homme, sont une tentative de personnalisation des plantes avec des types spécifiques de caractéristiques généralement trouvées dans les variétés ruderalis, sativa et indica. Les hybrides réussis héritent des meilleures qualités de leurs parents.

Voici un guide pour débutant afin de comprendre d’où viennent les hybrides.

Quels types de variétés hybrides existe-t-il ?

Généralement, il existe quatre types de variétés :

  1. Sativa x sativa : deux variétés sativa différentes sont croisées ensemble.
  2. Indica x indica : deux variétés indica différentes sont croisées ensemble.
  3. Sativa x indica : une variété décrite de cette manière est un hybride aux caractéristiques sativa dominantes. Cependant, il possède des traits des deux types de cannabis. Cela pourrait par exemple être une plante haute avec des têtes violettes.
  4. Indica x sativa : cette variété aura les caractéristiques des deux, mais avec une dominante indica.

De plus, les hybrides à autofloraison sont des cultivars qui ont été mélangés à un moment avec des génétiques ruderalis.

Quels types de variétés hybrides existe-t-il ?

Sélectionner de nouvelles variétés de cannabis

La sélection de toute plante implique le même processus de base. Le cannabis n’y fait pas exception. Un plant femelle doit être pollinisé par du pollen mâle. Cela se produit naturellement. Cependant, dans la création des hybrides, les sélectionneurs se livrent à une reproduction sélective dans un environnement contrôlé. En d’autres termes, ils choisissent le plant femelle et le pollen du mâle pour produire une caractéristique ou un ensemble de caractéristiques spécifiques.

Les graines issues de ce processus seront des hybrides de première génération des parents mâles et femelles. Celles qui possèdent les caractéristiques désirées seront à nouveau reproduites. Une fois que ces caractéristiques ont été produites, les sélectionneurs passeront la variété « au cube ». En d’autres termes, ils croiseront un enfant hybride avec une variété parent pour renforcer les caractéristiques. Ce processus est généralement répété sur trois ou plus générations pour stabiliser les caractéristiques.

Le cannabis peut également être propagé de manière « sexuée » ou « asexuée ». Le processus de reproduction sexuée implique de combiner différents parents. Cependant, les méthodes végétatives incluent également le clonage, le bouturage et même la division des racines. La reproduction asexuée permet de produire encore et encore exactement le même plant.

Video id: 733881361

Caractéristiques dominantes et récessives

L’héritage génétique décrit la manière dont le matériel génétique des parents (qu’il s’agisse de cannabis ou d’humains) est combiné puis légué à la progéniture. Tandis que la progéniture reçoit le matériel des deux parents, des gènes spécifiques de chacun domineront dans l’expression des caractéristiques de l’individu.

Gregor Mendel l’a détaillé pour la première fois durant des expériences impliquant la sélection de plants de pois. Le scientifique a établi les trois principes suivants de la manière dont l’hérédité détermine comment les caractères sont passés du stock génétique parental à celui de la progéniture.

Loi d’uniformité des hybrides de première génération
La première des lois de l’hérédité par Mendel clame que la progéniture n’hérite que du caractère dominant. Les allèles (gènes) étouffés qui ne se voient pas sont dits récessifs.
Loi de disjonction des allèles
La loi de disjonction des allèles par Mendel clame que chaque parent possède deux allèles, mais qu’un seul est légué à la progéniture.
Loi de l’indépendance de la transmission des caractères
Cette loi clame que l’hérédité de plusieurs gènes est un processus indépendant qui n’est ni contingent ni associés à l’hérédité des autres gènes.

Jusqu’à la découverte de Mendel, on pensait que la progéniture recevait un « mélange » des gènes des deux parents, ce mélange donnait alors en théorie lieu à un « juste milieu » des deux caractéristiques plutôt qu’un ensemble de gènes dominants et récessifs.

Dominance complète vs incomplète

Pour comprendre ce concept ainsi que son rapport avec le cannabis et les limites de la Mendel, nous devons commencer par expliquer qu’il existe deux types de dominance.

  • Dominance complète : On parle de dominance complète lorsque le gène dominant supprime complètement l’expression du gène récessif, ce qui signifie que seul le trait dominant se retrouve dans le phénotype résultant. Cette théorie est en accord avec la théorie originale de Mendel. Utilisons des couleurs pour simplifier cet exemple en se servant du cannabis. Si un plant comprend le vert en tant que couleur primaire (dominant) et qu’un autre comprend du violet (récessif), selon la règle de la dominance complète, cela ne donnera lieu qu’à des plants verts lors de la première génération et une majorité de plants verts avec quelques violets lors des générations suivantes.
  • Dominance incomplète : On parle de dominance incomplète lorsqu’aucun gène n’est dominant, ce qui donne lieu à un phénotype exprimant à la fois le gène dominant et le récessif. Bien que moins commun, cela donne lieu à des traits intermédiaires sur la première génération et les générations suivantes, ce qui rentre en opposition avec la loi d’uniformité des hybrides de premières générations de Mendel. En utilisant notre exemple du cannabis énoncé ci-dessus, la progéniture exhiberait un mélange de nuances de vert et de violet plutôt que seulement l’une ou l’autre couleur. De ce fait, la loi de disjonction des allèles par Mendel est la seule à être acceptée comme véridique sans exception. Les autres lois sont valides, mais souffrent d’un manque de cohérence.
Dominance complète vs incomplète

Cannabis landrace vs sous-espèce du cannabis

Le cannabis landrace est un cannabis qui n’a pas encore été domestiqué par les humains, mais qui s’est adapté à différentes régions géographiques où il se développe désormais de manière « sauvage » sans interférence humaine (on parle aussi de pollinisation ouverte). Ainsi, ces variétés ont tendance à se développer dans des régions isolées, généralement montagneuses.

Il existe trois principaux types de cannabis qui se retrouvent sous forme de landrace dans le monde entier, puis il y a les cannabis hybrides :

  • Indica : Il s’agit de variétés petites et solides avec une production de résine intense et des têtes denses. Certaines landrace indica telles que la Kush contiennent des niveaux de THC modérés en plus de cannabinoïdes secondaires et d’une abondance de myrcène, le terpène stone. Adaptées aux régions difficiles et montagneuses, de nombreuses landrace indica sont utilisées pour donner lieu à des cultivars solides et robustes.
  • Sativa : Les sativa sont connues pour être grandes et presque semblables à des arbres avec des têtes plus duveteuses que celles des indica. Ces variétés majestueuses se retrouvent par exemple au Mexique et en Afrique du Sud. Ce dernier est le foyer de la Durban Poison, une variété unique qui comprend du THC et du THCV en plus d’une forte présence de terpinolène, ce qui confère à cette variété sa saveur unique à la fois herbacée et poivrée.
  • Ruderalis : Il s’agit d’une sous-espèce faible en THC native d’Asie centrale et d’Europe de l’Est. Son caractère le plus important est qu’il est non photopériodique, ce qui signifie qu’il fleurit sans se soucier de la lumière présente. C’est un trait très recherché par les cultivateurs professionnels. Lorsque vous voyez une version autofloraison de votre hybride préférée, alors vous pouvez être certain qu’elle résulte d’un croisement indica/sativa et ruderalis.
  • Hybrides : Les variétés de cannabis hybrides sont le résultat de croisement par l’humain des sous-espèces mentionnées ci-dessus. Mélange d’indica, sativa et/ou ruderalis, les hybrides existent pour exhiber des traits spécifiques recherchés par les sélectionneurs, cultivateurs et par les consommateurs. Un des tout premiers hybrides commercialisés est connu sous le nom de Skunk. Elle est probablement la première variété « grand public » à être un croisement indica et sativa, mais elle n’est clairement pas la dernière.

Quels sont les caractères recherchés par les sélectionneurs ?

Certains caractères sont considérés comme très recherchés sur ce marché où les clients peuvent se permettre d’être extrêmement tatillons étant donné l’ampleur du choix qui leur est offert. Cela continuera d’être vrai alors que l’industrie du cannabis se fera de plus en plus légitime.

C’est pour cela que la plupart des sélectionneurs professionnels sont aussi conscients de l’importance du maintien d’une biodiversité du cannabis. Qui a envie qu’il n’existe qu’une ou deux variétés de cannabis et qu’il subisse le même sort que la banane ?

Ci-dessous, vous trouverez les caractères les plus recherchés chez les variétés de cannabis modernes.

  • Rendements

La quantité de fleurs qu’un plant de cannabis est capable de produire est principalement le produit (sans considérer une culture hasardeuse) de son hérédité. Les indica par exemple, sont connues pour leur production importante de têtes denses et permettent souvent aux hybrides un rendement supérieur. Cela dit, les sativa sont aussi naturellement de grosses productrices, mais elles atteignent des tailles vertigineuses à moins d’être hybridées avec des variétés indica pour permettre le maintien de gros rendements tout en réduisant leur stature.

  • Puissance

Dans un monde si amateur d’extrême, les limites des concentrations de THC ne font qu’être repoussées. Bien sûr, cela est le fruit de la sélection de variétés déjà puissante dans le but d’obtenir un produit encore plus puissant. De nos jours, certains hybrides expriment 25–30 % THC ou plus (c’est le cas de notre Cookies Gelato) dans leurs têtes. Néanmoins, les niveaux de THC ne peuvent dépasser un certain palier que l’on pense être aux alentours de 35 % du poids sec, car il provient du même gène que celui employé à la création d’autres cannabinoïdes.

Quels sont les caractères recherchés par les sélectionneurs ?
  • Cannabinoïdes spécifiques

Mis à part la puissance en elle-même, il y a une grande demande d’autres cannabinoïdes. CBD, THCV, CBDA et CBG sont quatre exemples de cannabinoïdes qui existent désormais à des niveaux sans précédent à la suite de témoignages et études vantant leurs potentiels effets sur le bien-être. En gardant cela en tête, l’intervention humaine a permis l’avènement de profils de cannabinoïdes qui n’existent pas chez les landrace.

De nos jours, on trouve des cannabis hybrides qui proposent différents ratios THC:CBD pour répondre à vos besoins. Mais tout comme pour le taux de THC, il y a des limites au taux global de cannabinoïde présent dans les fleurs et il faut donc faire des concessions durant le processus de sélection.

  • Effets

Pendant un temps, on pensait que les effets du cannabis étaient déterminés par le type de variété (indica ou sativa), mais cela n’est plus valable. En effet, c’est la concentration phytochimique (particulièrement en cannabinoïdes et terpènes) d’un cultivar donné qui dicte ses effets. Nous savons que le THC est responsable des effets psychotropes, mais c’est le terpène qui donnera son caractère unique à chaque expérience en proposant différentes sensations et ressentis (relaxé, euphorique, etc.).

C’est pour cela que les sélectionneurs sont à même de proposer des variétés hybrides conçues sur mesure pour répondre aux préférences des consommateurs.

Énergique et revigorant
Les effets énergiques et revigorants que certains considéraient pendant un temps comme des traits associés aux variétés sativa peuvent être atteints par la création d’un hybride comprenant des niveaux moyens de THC et des terpènes revigorants tels que le limonène et le pinène. Le CBD pourrait aussi permettre de garder les pieds sur terre lors du high.
Détendu et capable de clouer au canapé
Alors que les niveaux de THC commencent à augmenter et que s’y ajoutent des terpènes types myrcène et linalol, ce sont les effets détendus du cannabis qui augmentent. Si vous voulez profiter d’un effet stone physique qui viendra aussi vous débarrasser de vos soucis, alors les variétés hybrides exhibant ces profils seraient un bon choix.
Limpide
Choisir le CBD (autre cannabinoïde non psychotrope) en tant que cannabinoïdes dominants vous assure d’une expérience qui ne sera pas surmenante. Les variétés riches en CBD sont sélectionnées pour permettre aux consommateurs de rester concentrés et productifs tout en permettant une certaine détente. Ici encore, les terpènes sont employés à améliorer les effets des cannabinoïdes.
  • Structure de la plante

La structure de la plante est un autre caractère que les sélectionneurs professionnels cherchent à optimiser. Tandis que l’observation d’énormes arbres cannabiques est une merveille, ce n’est pas l’idéal pour la plupart des cultures domestiques ou professionnelles. Cela dit, les variétés les plus longues et étirées sont parfois recherchées. Quoi qu’il en soit, les plants sont croisés pour montrer des formes et des tailles plus désirables sans pour autant faire de concessions pour ce qui est des rendements. Parmi ces caractères on retrouve l’espace internodale, la présence de nombreux sites de têtes, la vigueur des branches et des tiges, etc.

  • Saveurs et arômes

Ce sujet est majeur et dépend lui aussi des terpènes trouvés au sein d’un plant en particulier. Heureusement, il existe tout un tas de cultivars de weed hybride aux arômes et saveurs uniques qui sauront satisfaire les préférences de chacun. Que vous soyez après une odeur ou un gout profonds et puissants ou légers et fruités : il existe une variété pour satisfaire vos attentes.

En général, les hybrides sont produits pour exprimer des saveurs affirmées et dynamiques qui se concentrent vraiment sur la nature chocolatée, citronnée ou sucrée des têtes. De l’autre côté du spectre, on retrouve ces hybrides qui permettent aux cultivateurs de se faire plaisir avec des odeurs puissantes et presque déconcertantes en plus de profils de saveurs rappelant le fromage et le diesel.

Ce ne sont là que quelques exemples possibles de profils, il en existe beaucoup plus que cela. Les sélectionneurs peuvent créer des variétés aux notes, d’eucalyptus, de miel, de bonbons, de poivre, de lavande, de menthe, de myrtille, de pâtisseries et la liste continue, ainsi de suite à l’infini. Des saveurs qui paraissent opposées peuvent être combinées pour créer quelque chose de complexe et surprenant : on peut croiser une Blueberry (myrtilles) et une Cheese (fromages) pour obtenir un hybride au gout de cheesecake aux myrtilles avec en prime une touche de THC.

  • Compacité

La taille du plant est un caractère important que les sélectionneurs cherchent à optimiser. Afin de répondre à la demande pour des plans compacts et productif, de puissantes indica sont souvent hybridées pour atteindre une stature idéale. Cependant, il est possible d’obtenir un hybride à dominance sativa ou 50/50 indica/sativa en croisant et en stabilisant certains cultivars sur plusieurs générations.

  • Rapidité (Floraison rapide)

Voilà encore un autre énorme domaine dans lequel les indica (et les ruderalis) ont tendance à exceller. De nos jours, les cannabis hybrides sont sélectionnés pour disposer d’un temps de floraison court, en moyenne 8–10 semaines. Ce temps est généralement encore plus court avec les variétés autofloraison, qui en plus disposent d’un temps de croissance encore plus bref (près de 3 semaines).

Pour les amoureux des variétés à floraison longue comme la Haze, les sélectionneurs ont croisé ces plants avec des indica et des ruderalis pour écourter les 15 semaines de floraison et qu’elles n’en prennent plus que 10 ou 11.

  • Autofloraison

Les autos offrent de nombreux bienfaits aux cultivateurs. En plus de la floraison selon leur âge, les autos modernes sont robustes et ne font plus de sacrifices majeurs en termes de puissance ou de rendements. Même si les autos ont tendance à être légèrement moins puissantes et productives que leurs comparses photopériodiques, elles permettent aux cultivateurs de se lancer dans la culture et d’avoir l’opportunité de faire plusieurs récoltes. Les meilleures variétés hybrides à autofloraison sont celles qui retiennent les qualités de leurs parents originales indica et sativa tout en capitalisant sur le caractère autofloraison du parent ruderalis.

  • Résine

Une grosse production de résine est synonyme d’une abondance de cannabinoïdes et de terpènes. Cela rend un cultivar plus adapté à la production de hasch ou de concentrés. De plus, les têtes givrées remplies de cristaux sont juste sublimes. Certaines indica sont par nature de grosses productrices de résine et les sélectionneurs ont harnaché ces variétés afin de créer des variétés qui ont l’air d’être recouvertes de glace. Les variétés connues pour produire une grande quantité de résine incluent la White Widow et la ICE.

Quels sont les caractères recherchés par les sélectionneurs ?
  • Réponse au stress provoqué par la température

Le cannabis peut aussi être sélectionné pour montrer une résistance à un excès de froid ou de chaud. Les sélectionneurs font de leur mieux pour créer des variétés hybrides capables de s’adapter à presque n’importe quel climat. En effet, certaines variétés montreront des teintes violettes si les températures tombent à un certain niveau la nuit. En stabilisant ces variétés, les cultivateurs offrent aux cultivateurs domestiques l’opportunité de légèrement stresser leurs plants pour atteindre de meilleurs résultats esthétiques. Ce n’est ici qu’un seul exemple de la manière dont les plants de cannabis ont été sélectionnés pour résister au stress infligé par les températures.

  • Résistance à la moisissure, aux maladies et aux nuisibles

En plus des températures, les plants de cannabis sont hybridés pour montrer une résistance à la moisissure, aux maladies, aux nuisibles et aux pathogènes. Par exemple, des plants très résineux sont considérés comme pouvant repousser les nuisibles plus efficacement et les têtes plus duveteuses et « aériennes » peuvent aider à lutter contre la moisissure dans des conditions humides. En se munissant de plants déjà résistants et en les croisant, il est possible de créer des variétés hybrides qui feront face à toutes les menaces.

  • Couleur

Certaines landrace expriment naturellement des couleurs différentes du vert habituel. Ces nuances sublimes peuvent être maitrisées et ajustées sur-mesure pour créer des variétés tons violets, rouges, roses, jaunes, (presque) noirs et, bien sûr, verts. Le cannabis violet existe depuis longtemps et est très recherché, ainsi les sélectionneurs ont réussi à adouber d’autres variétés de ses nuances colorées.

Tous les hybrides ne se valent pas

Il y a différentes manières pour les sélectionneurs d’hybrides d’approcher un projet de sélection. Ils peuvent opter pour la reproduction compensatoire, qui limite essentiellement les défauts d’une plante en l’associant à une autre, la sélection directionnelle, qui vise à cibler une certaine caractéristique dans un phénotype et à la perpétuer au cours des générations suivantes, ou la production de graines (par exemple, la pollinisation ouverte).

  • Reproduction compensatoire

La reproduction compensatoire permet aux sélectionneurs de se munir des caractéristiques idéales de deux plants distinctes et ainsi créer une progéniture qui démontrera les meilleures des deux et masquera ou compensera les limites de chacune. C’est très courant dans le monde de la sélection du cannabis. Par exemple, un parent pourrait grandement contribuer en termes de saveurs et de puissance tandis qu’un autre offre des rendements et des temps de floraison intéressants. Même si un parent ne dispose pas des traits qui rendent l’autre si intéressant, cela peut être mitigé par le biais de la reproduction compensatoire.

  • Sélection directionnelle

Il s’agit essentiellement du processus d’identification des traits recherchés chez un phénotype et de la perpétuation de ces traits sur plusieurs générations par la stabilisation de cette progéniture. En d’autres mots, vous vous débarrassez des spécimens indésirables et ne vous occupez que de ceux qui vous offrent une caractéristique spécifique telle que d’énormes rendements ou des saveurs et puissances exceptionnelles. Cela permet une influence importante lors de la création de variétés dans un but précis.

Tous les hybrides ne se valent pas
  • Production de graines

Dans la sélection du cannabis, la production de graines de la sorte laisse ce processus à la nature. En exposant des plantes femelles à du pollen venu d’un mâle, ces premières viendront produire des graines et une grande variation génétique aura lieu au sein de la progéniture. Pour autant, certains ne considèrent pas cela comme de la vraie sélection, car elle ne vise pas l’accès à des caractères spécifiques. Cela dit, ce genre de sélection aléatoire peut offrir de bons résultats même s’ils sont bien moins uniformes.

Néanmoins, développer un nouvel hybride n’est pas simple. Cela nécessite de l’expérience, de la patience et un travail acharné. Tous les hybrides ne se valent pas en termes de qualité ou de stabilité.

En gardant cela en tête, les types d’hybrides suivants peuvent se retrouver sur le marché actuel :

  • Issus de clones seulement : Un hybride issu seulement de clones est cultivé exclusivement à partir de clones (ou boutures) du même pied mère. Les conditions de culture auront un énorme impact sur le produit final, mais les gènes seront la copie exacte de ceux de la mère. Ainsi, les caractéristiques globales de la variété sont perpétuées génération après génération.
  • Issus de graines stables : Une variété issue d’une graine stable est issue du produit d’un accouplement répété de plants mâles et femelles dans le but de conserver certains caractères spécifiques. On peut s’attendre à une légère variation génétique. Ce sont généralement les types de graines que les cultivateurs domestiques recherchent, car ce sont celles qui produisent les résultats les plus uniformes.
  • Issus de graines instables : Une variété de cannabis issue de graine instable peut être produite plus rapidement qu’une variété stable, mais ses résultats sont bien moins prévisibles. Les magasins de graines ne vendront pas de graines d’hybrides instables.

Les hybrides à l’assaut du monde

De nos jours, le cannabis hybride est la norme de l’industrie. Il existe des hybrides plus anciens qui ont été perpétués durant des décennies, mais aussi de nouveaux qui apparaissent chaque jour sur le marché. Trouver la variété hybride parfaite avec la bonne combinaison de caractéristiques est en partie ce qui rend la culture si divertissante et qui donne un vrai intérêt à s’essayer à un tas de cultivars.

Même si certains cultivateurs choisissent de cultiver les mêmes variétés chaque année, beaucoup expérimentent avec des hybrides plus variés et exotiques afin de donner une touche de nouveauté à leur jardin.

Lâchez-vous. Explorez. Profitez-bien !

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.