LE BLACK FRIDAY SE TERMINE ACHETER


Dans la culture du cannabis, un des facteurs clés que les cultivateurs s’efforcent d’atteindre est une récolte massive, qui produit des têtes de haute qualité. Les consommateurs de cannabis mettent aussi la puissance de la weed en haut des priorités, pour s’assurer d’avoir la quantité de cannabinoïdes désirée et un bon rapport qualité-prix. Un autre facteur qui ajoute du caractère et de la valeur à la récolte de beuh, c’est l’odeur et le goût du produit. De nombreuses variétés ont une odeur et une saveur familière et nostalgique, à tel point parfois que la variété est nommée soit d’après l’odeur prononcée du Cheese, du Diesel et de la Skunk, ou des arômes plus fruités, comme le Pineapple, la Blurberry et l'Apple.

Une des premières choses que l’on fait quand on veut acheter de l’herbe, c’est de plonger son nez dans le pochon ou le bocal et de respirer un bon goût ce bonheur aromatique. Le goût et l’odeur sont très importants pour ce qui est des préférences du fumeur. Alors, il existe beaucoup d’informations sur comment produire des récoltes colossales et comment s’assurer que les têtes soient complètement recouvertes de quantités démentes de cannabinoïdes. Même si ces facteurs sont indéniablement importants durant la culture, prendre des mesures pour s’assurer d’avoir un résultat maximum pour l’odeur et le goût de vos cultures ne fera qu’ajouter à la qualité globale de votre récolte.

Terpènes et terpénoïdes

Les acteurs clés pour améliorer le goût et l’odeur de votre cannabis sont, sans l’ombre d’un doute, les terpènes et les terpénoïdes. Ces composés sont formés à côté des cannabinoïdes sur les petites glandes à résine des fleurs de cannabis connues sous le nom de trichomes. Prendre des mesures directes pour influencer une production accrue de terpènes et terpénoïdes vous permettra de maximiser la saveur et le parfum que la variété que vous cultivez est capable de produire. Chaque variété a un goût et une odeur spécifiques, selon ses facteurs génétiques. Ils peuvent être améliorés en utilisant des techniques de culture, mais il est important de savoir en gros quelle odeur et quel goût vous cherchez à obtenir, et de choisir la variété adaptée au résultat que vous désirez.

Les terpènes et terpénoïdes sont les molécules responsables du large éventail d’odeurs et de goûts répartis sur les nombreuses variétés de cannabis différentes. Ils existent aussi ailleurs dans le règne végétal et sont responsables de l’odeur familière de lavande, de pin, d’agrume, de basilic et de bien d’autres. Même s’ils sont absolument primordiaux pour ce qui est des arômes et de saveurs, on a découvert qu’ils pouvaient aussi influencer le type d’effet qu’un plant de cannabis pouvait produire. Il a également été découvert qu’ils avaient un grand potentiel dans le champ du cannabis médicinal.

Terpènes et terpénoïdes

Trichomes : La clé pour mieux comprendre les arômes et les saveurs

Les cultivateurs nous posent souvent des questions sur les meilleures manières de cultiver du cannabis. « Comment faire en sorte que ma weed ait bon gout ? » fait partie des questions les plus souvent posées. Heureusement, il y a quelques variables ajustables pour faire exploser la production de terpènes.

Avez-vous déjà entendu parler des trichomes ? Ces minuscules glandes occupent la surface des fleurs de cannabis et leur offrent leur apparence « givrée ». Elles passent leurs journées à produire des cannabinoïdes et des terpènes en les produisant sous la forme d’une résine visqueuse. Puisque les trichomes produisent les terpènes, il semble logique que tout faire pour maximiser la production de trichomes et ainsi améliorer la saveur et l’odeur de vos têtes.

Ci-dessous, vous découvrirez des méthodes efficaces pour augmenter la production de trichomes et ainsi donner lieu à des saveurs alléchantes et des arômes hypnotisants.

Choisir les bonnes variétés

Les gènes sont rois en ce qui concerne la production de trichomes et les profils de terpène. Le génotype d’une plante prédétermine ses traits majeurs, y compris son odeur et son gout. Certaines variétés sont fruitées et sucrées, d’autres sont florales et terreuses, tandis que certaines rappellent le pétrole et le musc.

Les gènes ne se contentent pas de contrôler le type de terpènes produits, mais aussi la quantité de ces molécules aromatiques. Par le biais de la sélection intentionnelle, les sélectionneurs créent des variétés qui produisent bien plus de résine que d’autres cultivars. Alors que ce processus continue, d’autres hybrides sont créés et les variétés de cannabis deviennent chaque année un peu plus collantes et odorantes.

Si vous voulez cultiver la meilleure weed possible, il faut commencer avec le bon bagage génétique sélectionné pour une haute production de trichomes. Bien sûr, vous devrez aussi choisir vos variétés en fonction des saveurs que vous appréciez. Découvrez quelques exemples de variétés riches en terpènes au sein de la librairie RQS :

Terpenes and Terpenoids
Fruit Spirit: Progéniture d’une Blueberry et d’une White Widow, vous aurez du mal à trouver des têtes plus givrées.
Fat Banana
Fat Banana: Comme son nom l’indique, cette variété hybride à dominance indica produit un tas de variétés riches en terpènes tropicaux.
Haze Berry
Haze Berry: Ses couches de trichomes denses sécrètent des niveaux de THC atteignant les 20 % qui s’accompagnent de terpènes terreux et fruités.
Sherbet Queen
Sherbet Queen: Il vous suffit de voir une photo de cette variété pour comprendre à quel point elle est givrée ! Profitez d’un scandaleux niveau de THC à 24 % en plus de saveurs de bonbons, d’agrumes et de menthe..
Wedding Crasher
Wedding Crasher: Sa forte concentration de trichomes ajoute une couche éclatante à ses fleurs stupéfiantes de couleur verte et violette. Préparez-vous à profiter de saveurs de fruits et de vanille.

Même si des gènes solides forment la pierre angulaire de la culture de la meilleure weed possible, pour obtenir le maximum d’une variété, il faut aussi optimiser son environnement de culture. Tandis que le terme génotype fait référence à la constitution génétique d’un plant de cannabis, le phénotype décrit les traits exprimés par une plante selon la manière dont son génotype interagit avec son environnement.

En infligeant un stress contrôlé et en nourrissant vos plantes comme il se doit, vous pourrez déchainer leur véritable potentiel génétique. Explorez les astuces ci-dessous pour que la résine coule à flots.

Appliquez la bonne quantité de stress

Stresser ses plantes de la mauvaise manière vient provoquer tout un tas de problèmes qui vont de la brulure due aux éclairages jusqu’au surarrosage. Cependant, la bonne quantité de stress peut en fait provoquer des adaptations favorables. Dans la science des plantes, le terme hormèse décrit une réponse favorable à une condition négative durant laquelle la réponse de la plante est régulée à la hausse.

Notre vision anthropocentrique du monde nous a poussés à voir les terpènes comme une chose destinée au plaisir des humains. C’est vrai que ces composés phytochimiques ont un superbe gout et modulent le high du cannabis, mais il s’agit en fait d’armes de guerre dans le monde végétal. Catégorisées comme des métabolites secondaires, ces molécules ne contribuent pas à la croissance ou à la reproduction, au lieu de cela, elles aident à tenir éloignés les nuisibles et les prédateurs.

Mais le cannabis ne crée pas des terpènes au hasard. Après avoir subi des dommages infligés par des herbivores, certaines parties de la plante commencent à produire des terpènes défensifs aux saveurs indésirables pour ces prédateurs affamés. Certaines plantes emploient même les terpènes comme des signaux aéroportés destinés à prévenir leurs voisines qu’une attaque est imminente[1].

Mais qu’est-ce que cela a à voir avec la culture d’un délicieux cannabis maison ? Tout comme il vous est possible d’imiter la lumière du soleil avec des lampes de culture, il vous est possible de répliquer le stress infligé par les herbivores en palissant vos plantes. Non seulement cela viendra booster la production de trichomes, mais la structure et la productivité de chaque plant seront aussi améliorées. Découvrez les techniques de palissage les plus populaires ci-dessous.

  • Low-Stress Training (LST)

Le low stress training implique de faire plier délicatement la plante jusqu’à la position recherchée. Il n’implique pas trop de stress. Juste ce qu’il faut pour remarquer une différence dans la production des trichomes. Il pose peu de risques et fait des merveilles pour améliorer la forme de la canopée et l’uniformité des têtes.

Mis en place assez tôt en phase de croissance, le LST est employé pour forcer la tige principale à se développer en parallèle du substrat de culture. Cela permet aux branches latérales de surgir vers le haut et de former ainsi une canopée dense et productive sous une lumière distribuée uniformément. Vous pouvez mettre en place cette méthode en vous armant d’un peu de ficelle de jardin et d’une petite perceuse à main.

Appliquez la bonne quantité de stress
  • Défoliation

La défoliation est une technique qui complète très bien le LST. Nous vous recommandons de vous y adonner une fois durant la croissance et une fois durant la floraison. Comme son nom l’indique, elle implique l’élagage des feuilles nourricières de manière contrôlée : cette action vient imiter de très près les dégâts infligés par des prédateurs herbivores. La défoliation s’accompagne aussi de bienfaits supplémentaires tels qu’une amélioration de l’aération et également une amélioration de la pénétration lumineuse.

Appliquez la bonne quantité de stress
  • Super cropping

Étant une forme de high stress training, le super cropping implique une main ferme et expérimentée. Cette technique implique de pincer les branches de votre cannabis de manière à rendre les tissus internes plus malléables, sans détruire la couche externe. Bien mise en place, cette technique rend les branches souples et permet aux cultivateurs de diriger leur croissance comme bon leur semble. Le super cropping forme des canopées magnifiquement gérées qui seront très productives tout en soumettant la plante à suffisamment de stress pour que la production de terpènes et de trichomes soit en roue libre.

Appliquez la bonne quantité de stress
  • Fendre les tiges

Fendre les tiges peut sembler extrêmement étrange aux non-initiés, mais faire passer un couteau au travers de la tige principale lors de la dernière semaine de floraison vient en fait aider à améliorer les résultats et booster la production de trichomes.

Appliquez la bonne quantité de stress

Utiliser les meilleurs nutriments pour la saveur

Les cultivateurs viennent souvent vers nous pour nous dire : « mes têtes n’ont aucun gout ! » Parfois, il suffit d’un changement de régime nutritif pour que les trichomes s’élèvent vers de nouveaux horizons. Ajoutez les compléments ci-dessous au régime nutritif de vos têtes pour mettre le feu à vos papilles.

Mélasse La mélasse est un sous-produit sucré issu de la production de sucre, ce produit est riche en glucides, calcium, fer, sélénium, cuivre et magnésium. La mélasse nourrit les microbes bénéfiques présents dans la terre ainsi que vos plantes. Ajoutez-en simplement 4–5 ml par litre d’eau tiède et appliquez 1–2 fois par semaine durant la phase de croissance. Augmentez la dose pour atteindre 8–10 ml durant la floraison.
Acides aminés Les acides aminés sont les blocs de construction des protéines. Ils sont nécessaires à la création d’énergie, au transport des nutriments et à la synthèse de vitamines indispensables. Appliquez des formules d’acides aminés par le biais d’une pulvérisation foliaire pour assister au développement floral durant la floraison.
Choisir une approche biologique Faire le choix d’une approche biologique signifie se concentrer sur la santé de la terre et faire le choix de méthodes naturelles plutôt que de synthèse. Un mélange de techniques culturales simplifiées (No-till) et l’introduction de microbes bénéfiques dans la terre viendront améliorer la santé du sol et enfin, augmenter la production de terpènes. Les champignons mycorrhizaux en particulier sont une méthode testée et approuvée pour booster les niveaux de terpènes.

Commencer la culture dans un mélange super soil

Créer un mélange super soil offrira à vos plantes le meilleur départ possible et leur fournir la plupart des nutriments nécessaires à la formation de fleurs qui déborderont de terpènes. Il existe de nombreuses et différentes recettes de super soil, y compris cette formule simple, mais très efficace.

  • 3 mesures de terreau à semis biologique
  • 1 mesure de perlite
  • 1 mesure de lombricompost
  • ½ cup de sable vert
  • ⅓ cup de guano
  • ½ cup de chaux dolomitique

Faire chuter les températures la nuit

Si vous cultivez en intérieur, réduire les températures nocturnes de votre espace de culture pour atteindre les 12 °C durant les deux dernières semaines de floraison vous aidera à légèrement stresser vote plante et la pousser à produire plus de terpènes. Les basses températures lui permettent aussi de préserver ces précieux composés volatils et éviter leur dégradation. Il est possible d’utiliser une alliance de ventilateurs et d’air conditionné pour atteindre cela.

Utiliser une lampe UV pour améliorer la production de terpènes

Sachez que le type de lumière que vous apportez à vos plants de cannabis peut aussi modifier le résultat final de votre culture pour ce qui est de l’odeur et de la façon dont elle chatouillera vos papilles. Les lampes UV semblent pouvoir améliorer la production de trichomes et comme les terpènes sont produits dans ces petites glandes, il contribueront probablement à l’odeur et au goût de la récolte. De manière spécifique, c’est la lumière UV-B qui provoque cette production, peut-être parce que le plant produit plus de trichomes pour se protéger des rayons. Assurez-vous de prendre des mesures de sécurité quand vous travaillez avec cette source lumineuse, surtout avec des lunettes de protection.

Rincer vos plantes pour améliorer la saveur des fleurs

Si vous cultivez en bio, alors vous n’avez pas à vous soucier du rinçage de vos plantes. Cependant, si vous utilisez des engrais chimiques, vous devrez en priver votre plante les deux dernières semaines précédant la récolte. On parle alors de rinçage. Cela forcera vos plantes à consommer les nutriments stockés et améliorera grandement la saveur de vos fleurs.

Privation lumineuse

Le cannabis a besoin de lumière pour créer de l’énergie. Cependant, en privant votre plante de lumière à l’approche de la récolte, vous profiterez d’une méthode de dernière minute pour booster ses trichomes. Éteignez toutes les lumières durant 24–48 heures avant la récolte pour ajouter une touche savoureuse à vos têtes.

Privation lumineuse

Récoltez vos plantes au bon moment

En récoltant trop tôt, vous ne permettrez pas à vos plantes d’atteindre leur pleine maturité. Cependant, si vous attendez trop longtemps, les terpènes commenceront à se dégrader. Recherchez les signes suivants pour savoir quand récolter votre cannabis :

  • Les trichomes sont blancs et laiteux (méthode la plus fiable)
  • 60–70 % des pistils sont devenus rouge foncé
  • Les feuilles nourricières commencent à jaunir

Séchage et affinage

Vous avez sélectionné les meilleurs gènes de cannabis pour faire le taf et avez offert à vos plantes tout ce qu’il faut pour qu’elles déchainent tout leur potentiel génétique. Mais ce n’est pas pour autant que le travail s’arrête au moment de la récolte. Vous devez maintenant faire sécher et affiner vos têtes pour améliorer leur durée de conservation et faire passer leurs saveurs au niveau supérieur.

  • L’importance du séchage

Le séchage du cannabis permet de débarrasser les fleurs de leur excédant d’humidité, d’éviter la formation de moisissure et de permettre aux cultivateurs de conserver leurs récoltes sur de longues périodes. Pour faire sécher vos têtes, coupez des branches entières et faites-les pendre dans une pièce dédiée à cet effet. Maintenez une humidité relative de 45–55 % et un bon flux d’air. Vos têtes seront prêtes pour l’affinage au bout de 7–12 jours.

  • L’affinage transforme et améliore les saveurs

Une fois séchées, il sera temps d’affiner vos têtes. Cette étape finale permet aux têtes d’atteindre le taux d’humidité parfait et améliore grandement leurs saveurs. Placez vos fleurs dans des bocaux remplis au ¾ de leur volume et ajoutez un sachet de contrôle de l’humidité (ou humidipack). Conservez les pots dans un endroit sec, à l’abri de l’humidité et à une température de 21 °C durant 2–8 semaines en ouvrant les pots tous les jours (ou presque) pour laisser l’air présent être remplacé par un air frais.

Techniques d’aromatisation

Vous pouvez aussi employer des techniques spéciales d’aromatisation avant, pendant et après la récolte. Vous avez un tas de différentes options à votre disposition qui iront de l’application de solutions aqueuses au trempage de boules de cotons dans des huiles essentielles. Faites des tests et trouvez la méthode qui vous correspond au mieux.

Un cannabis savoureux : Vous êtes aux commandes

Même si les gènes jouent le rôle le plus important dans la culture d’une weed délicieuse, vous, le cultivateur, êtes aux commandes. Comme nous l’avons vu, il y a un tas de choses à faire pour améliorer la production de trichomes et faire passer les saveurs de vos têtes au niveau supérieur. Palissez vos plantes, cultivez-les en super soil, utilisez le pouvoir de la mélasse, servez-vous des champignons symbiotiques et n’oubliez pas de prendre le temps de sécher et affiner vos têtes comme il se doit. Faites tout cela et ce sont vos papilles qui vous remercieront.

Sources Externes
  1. Terpenoids in plant and arbuscular mycorrhiza-reinforced defence against herbivorous insects - PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
Avertissement:
Ce contenu est conçu dans un but purement éducatif. Les informations fournies proviennent de recherches rassemblées depuis des sources externes.

AVEZ-VOUS PLUS DE 18 ANS ?

Le contenu de RoyalQueenSeeds.com ne convient qu’aux adultes et est réservé aux personnes majeures.

Assurez-vous de connaître les lois de votre pays.

En cliquant sur ENTRER, vous confirmez
que vous avez
18 ans ou plus.